NANAMI #4 Le prince noir

voir la série NANAMI
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Fantastique

Jeunesse

Manga

Sortie :
ISBN : 9782505011231

Résumé de l'album Le prince noir

Ayant toujours rêvé de jouer la comédie, Nanami est engagée dans la troupe du théâtre du vent pour incarner le rôle d'une Princesse. Elle découvre sur place un livre étrange, un livre qui lui ouvre les portes d'un royaume invisible, mais malgré tout bien réel où elle devient la princesse Akata.
Menacée de mort ou de mariage forcé dans le royaume invisible, le conte de fée tourne au tragique lorsque Nanami ne parvient pas à retourner dans sa vraie vie, ou plutôt pas dans son intégralité. Son esprit reste attaché à Akata quand son corps repart. Ni le conseil, ni Alessandro ne peuvent lui venir en aide, que va-t-il advenir de Nanami, sans aide, sa fin sera tragique.

Par Olivier, le 29/04/2011

Notre avis sur l'album Le prince noir

Les affaires de Nanami se compliquent donc dans les deux mondes. Son corps est reparti dans le monde réel, mais son esprit est resté dans le royaume invisible. Hospitalisée dans le coma, les médecins sont perplexes et n'ont que peu d'espoir de la voir reprendre conscience mettant ses parents au désespoir.
De l'autre coté de la porte, dans le royaume, sa situation n'est guère plus brillante. Convoitée par Okalya et Carolus qui souhaitent se servir d'elle pour accéder au trône, le premier prévoyant par la même occasion de la mettre dans son lit. Son état de santé se dégrade très rapidement.
Nanami ne pourra pas s'en sortir seule et si son esprit et son corps ne sont pas rapidement réunis, l'issue de l'aventure sera fatale. Comme toute jeune et jolie princesse, elle pourra compter sur l'aide de jeunes et preux chevaliers : Robinson, l'un des Black Rose qui n'hésitera pas à affronter les monstres gardiens pour la rejoindre et Matéo, fils illégitime du roi assassiné par le couple Okalya et Carolus.

Mêlant réel et fantastique, le scénario d'Amélie Sarn fonctionne sans accrocs, l'histoire se déroule harmonieusement, les allers retours entre les deux mondes se faisant naturellement. Conte de fée contemporain, rêve de jeune fille moderne, Nanami est une histoire à laquelle on se laisse prendre d'autant plus que Nauriel, la dessinatrice, met en scène ce récit avec un trait clair et précis dans de grandes cases qui donnent de l'espace à la narration qui va même parfois s'effacer pour laisser le dessin seul dire l'histoire.
Si le scénario, basé sur une série imaginée par Corbeyran, vise un public de jeunes adolescentes romantiques, qui craquent sur le beau et ténébreux Okalya. il est évident qu'Amélie Sarn et Nauriel s'amusent beaucoup avec leur récit en introduisant une assemblée d'esprits gardiens étrangement proche du conseil des Jedi, tant graphiquement que dans le rôle de sages qui leur est attribué par la scénariste. Ce n'est d'ailleurs pas la seule allusion cinématographique que la talentueuse dessinatrice Nauriel s'amuse à introduire dans ses planches, comme le costume de la princesse Akata ou un Carolus qui a un vrai faux air de Jean Reno.

C'est léger, coloré et plein de charme.

Par , le

Les albums de la série NANAMI

Nos interviews liées

Rencontre avec Amélie Sarn

Un entretien avec Amélie Sarn.


Interviewer : Berthold
Image & Son Mathieu & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›

Elsa BRANTS

Sceneario.com : Bonjour Elsa. Tu t’es passionnée très jeune pour la BD choisissant d’en faire plus tard ton métier. Qu’est-ce qui a déclenché cet engouement?

Elsa BRANTS : Prenez des grands parents artistes, peintres, sculpteurs, dessinateurs, une mère photographe, un père dévoreur de bd… laissez reposer 12 ans, et vous obtiendrez une petite fille persuadée que dans la vie il n’y a rien de plus beau que la bd ^ ^

Les Week-end et les vacances je dessinais, j’inventais mes histoires, ça n’avait ni queue ni tête mais en 5 ans je suis tout de même arrivée à faire plus de 900 pages…

Si je ne devais retenir qu’un seul élément déclencheur, ce serait sans doute les gags de Gottlib racontant la vie d’un auteur de bd ^ ^.
extrait tome 1

S
ceneario [...]

Lire la suite ›