Nada

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Collection :

Aire Libre

Genre :

Adaptation

Polar

Sortie :
ISBN : 9782800162515

Résumé de l'album Nada

Ca commence à Paris, Ils sont cinq, gauchistes révolutionnaires, qui organisent l'enlèvement de l'ambassadeur américain. Tout est calculé, pesé et le jours venu tout se passe plus ou moins bien... Sauf que bien sur il y a quelques petits imprévus, tout d'abord il y a les gars qui surveillent le diplomate quand il va au bordel, puis il y a cette patrouille de flics qui intervient et enfin ce journaliste verreux qui filme tout... Sans oublier ce complice qui s'est défilé au dernier moment... Mais les gars réussissent à s'échapper et à se réfugier dans une maison à 60 bornes de la capitale... Il faut désormais demander une rançon et avancer un certain nombre de doléances... Et pendant ce temps, les flics enquêtent et remontent des pistes...

Par Fredgri, le 19/10/2018

Notre avis sur l'album Nada

Nouvelle adaptation d'un roman de Manchette par le duo Headline/Cabane (après La princesse de sang et Fatale) et nouvelle réussite.

Les auteurs misent ici sur un croisement de pistes narratives, sur plusieurs personnages qui vont faire avancer le récit chacun de leur côté. On voit ainsi l'histoire progresser petit à petit, s’entremêler parfois, semer quelques fausses pistes tandis que le verbe de Manchette, très bien retranscrit pas des pavés de textes judicieusement choisis, nous emporte du début à la fin.
Et c'est peut-être ce phrasé, cette façon de découper une histoire, de présenter ses personnages qui restent le véritable intérêt de ce récit somme tout assez classique dans le fond ! Après tout, de quoi s'agit-il réellement ? D'un banal enlèvement qui part un moment donné en vrille, mais qui ne s'écarte jamais vraiment des sentiers battus...
Non, ce qui nous emporte, ou plutôt nous transporte, ce sont l'écriture omniprésente et le graphisme de Cabanes... Deux éléments majeurs qui semblent se lover l'un contre l'autre, presque hypnotiques, fascinant mélange proche de la perfection.
Le mot est sec, sans empathie, presque clinique même, il nous décrit parfois la scène qu'on regarde, mais bien plus souvent les états d'âme des personnages nouant une sorte de complicité délicieuse entre le lecteur et ces figures qui trainent les pieds dans ces planches incroyablement vivantes. Car le dessin de Cabanes habite chaque plan, chaque regard en coin, chaque ombre. On est complètement sous le charme de cette maestria qui se déploie devant nous !

Alors peut-être qu'en effet Nada reste un polar très série noire, avec tout ces codes et ces gars infréquentables, toutefois, personne n'est ici rachetable, tous sont perdus d'avance et cette atmosphère qui en ressort est un pur délice de lecture. Je vous ai prévenu !

Très recommandé, bien sur !

Par , le

Nos interviews liées

MAX CABANES

Sceneario.com: Comment avez-vous rencontré Marie-Charlotte Delmas?
Max Cabanes: La ville de Bezons avait monté une expo sur mon travail, en 97, si j'ai bonne mémoire, sous l'égide de Jean-Luc Lantenois, journaliste et commissaire de l'expo. Marie-charlotte y était venue et j'ai immédiatement été séduit par son mauvais caractère, et son humour froid qui aurait pu éteindre n'importe quel incendie.

Sceneario.com:Vous avez illustré quelques un de ses romans. Est-ce vous qui l'avez attiré vers la bande dessinée?
Max Cabanes: Comme tout s'est fait sans témoin, je dirais que oui. Marie-Charlotte m'a écrit un premier scénario pour l'hommage à Roba, chez Dargaud, ensuite 4 pages pour l'album collectif "2000" chez Albin. Puis, rencontre avec Didier Convard, et donc, la grande Porte lui fut ouverte...

Sceneario.com:Depuis plusieurs années, vous avez un rythme de parution d'environ un album tous les 2 ou 3 ans, voire parfois plus. Est-ce votre rythme de travail naturel ou on ne vous soumet pas assez de projets bd qui vous intéressent?
Max Cabanes: Je n’ai jamais su comment faire pour avoir un abattage et une régularité sans faille [...]

Lire la suite ›