MURENA #6 BD+DVD Le sang des bêtes

voir la série MURENA
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

CD-ROM BD

Document

Historique

Sortie :
ISBN : 9782505002291

Résumé de l'album BD+DVD Le sang des bêtes


Résumé du DVD  :


Le reportage commence dans le restaurant italien de Bruxelles où, à l’époque, Jean Dufaux et Philippe Delaby s’étaient rencontrés pour la première fois, sous l’ombre bienveillante d’une statue de la louve allaitant, symbole de Rome...

Ponctuée par quelques plans montrant différents endroits du restaurant, leur conversation filmée nous refait vivre par leurs mots d’aujourd’hui cette rencontre pendant laquelle ils s’étaient découvert un peu plus, abordant des sujets comme leurs lectures et leurs films préférés relatifs à la Rome antique.

Puis c’est chez eux que la caméra nous invite à les suivre. Tout d’abord chez Philippe Delaby où nous seront présentés aussi sa femme et leur enfant. Et ensuite chez Jean Dufaux qui, avant de nous parler de son travail, nous fera visiter son bureau, une véritable bibliothèque d’Alexandrie !

Le thème de la documentation et de la difficulté d’être précis, le thème de leur manière de concevoir leurs BD de manière cinématographique, celui du matériel utilisé, des phases de réalisation seront abordés tout au long de différentes petites interviews et d’autant de petits reportages dans le reportage.

Tout s’articule aussi autour de séquences accélérées pendant lesquelles Philippe Delaby est filmé, dessinant les personnages principaux de la série Murena.

Mais leurs bureaux ne sont pas non plus les seuls endroits où les deux auteurs seront suivis par la caméra : ancien élève de l’Académie des Beaux-Arts de Tournai, Philippe Delaby nous y emmène dans son sillage. On l’y voit intervenir auprès d’un groupe pour parler, entre artistes, du métier. Il présente ses originaux, échange avec les élèves, donne quelques conseils avisés, répond aux questions...

Jérémy Petiqueux, heureux coloriste donnant l’impression de ne toujours pas trouver les mots pour exprimer la chance qu’il a de faire ses premières armes aux côtés de grands noms de la BD actuelle, apparaît aussi dans le reportage. On l’y voit travailler au côté de Delaby et lui aussi est interrogé sur son excellent travail.

De très nombreux visuels issus des planches de la série ne manquent pas d’illustrer les dires des auteurs interrogés. Croquis, crayonnés, encrés, planches terminées... Autant d’images que l’on peut apprécier dans leur version finale chez soi, en lisant la BD.

En plus de ce film, au menu du DVD, on trouve quatre bonus filmés il y a quelques années. Le premier, tourné en 1999, ne nous apprend pas grand chose de plus étant donné qu’on y entend les auteurs répondre à des questions que le reportage principal du DVD a reprises. On y voit donc les auteurs quelques années plus jeunes nous parler de leur rencontre, etc... C’est un flashback !

Les autres films en bonus nous emmènent au BD-World de Bruxelles lors d’une exposition des planches, reviennent sur le travail du duo Dufaux-Delaby sur la Complainte des Landes Perdues et sur l’impression du tome 5 : on voit les trois co-auteurs à la validation des couleurs, à la découverte de l’impression...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album BD+DVD Le sang des bêtes

 
Le tome 6 de la série Murena a fait l’objet d’un tirage spécial BD + DVD. Ce qui différencie cette version de la version courante est le visuel de la couverture et le macaron autocollant annonçant que si l’album est sous blister, c’est parce qu’à l’intérieur se trouve le DVD résumé ci-dessus.

Je ne reviendrai pas dans cette chronique sur l’histoire elle-même (et tout le bien que j’en ai pensé !) : le lien ci-dessus vers le tome 6 en version courante vous renseignera dessus ! Je continue donc sur le film...

D’une durée de 52 minutes, le reportage proposé est très agréable à regarder. Il a été réalisé par Chantal Notté et Nicolas Lourosa. Un peu moins d’une heure est une durée idéale - comparable au temps de lecture moyen d’une BD - pour trouver le temps de le visionner.

Ensuite, si on peut craindre au début que toute l’interview soit filmée dans un seul lieu (le restaurant où sont tournées les premières images), on est vite rassuré par l’orientation que prend le film et on est même agréablement surpris puisqu’en plus d’écouter les auteurs, les images nous permettent aussi de jeter un petit coup d’œil chez eux, de voir intervenir la femme du dessinateur, ou de suivre ce dernier aux Beaux-Arts de Tournai. Rien n’est donc statique, et même si les réponses des auteurs semblent logiques parce que les questions sont parfois basiques ou parce que peut-être on a déjà lu ailleurs des interviews d’eux, c’est forcément plus sympa en vidéo ; ils ne sont plus les inaccessibles auteurs dont les dédicaces sont de plus en plus difficiles à obtenir mais simplement des personnes passionnées qui nous parlent naturellement de leur travail. On a l’impression de prendre du temps avec eux, de bien pouvoir les observer, chose plus ardue parfois sur les salons !

La série Murena étant une série extrêmement esthétique, matière est, en plus, toute trouvée pour que l’iconographie du reportage soit d’excellente qualité. Eh, pardi !

Vous ne pourrez pas vraiment dire que vous regarderez d’un autre œil la BD après avoir vu ce reportage parce que les talents de Delaby, de Petiqueux et de Dufaux sont tels que vous n’aviez pas besoin du DVD pour vous convaincre que Murena est une série incontournable. Vous serez par contre ravis de posséder cette version BD+DVD : pour un prix certes plus important que celui de la version courante, vous posséderez dans votre bibliothèque un ouvrage plus original, plus rare aussi, et qui méritait bien de toutes façons d’être mis en avant de manière exceptionnelle.
 

Par , le

Les albums de la série MURENA

Nos interviews liées

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jeremy Pétiqueux interviewé pour le festival d'Angoulême 2011

Sceneario.com : Bonjour Jérémy. Tu as commencé par t’intéresser au manga. Comment as-tu évolué vers une BD disons plus classique ? Jeremy Petiqueux : Quand j’étais ado, ce que l’on voyait partout dans la cour d’école c’était du manga. Il n’y avait pas une grande communication sur la BD franco-belge dans le milieu adolescent.

Puis j’ai rencontré Delaby quand j’avais quinze seize ans. Je lui ai montré mon travail. Avec lui j’ai pu m’ouvrir à tout ce qui se faisait en dehors du manga et des comics. Quand j’étais gamin je lisais bien des « Tintin » et des « Astérix », mais c’est vraiment avec Delaby que j’ai pris goût au dessin réaliste.

Quand je l’ai rencontré il travaillait sur «Moriganes » pour « La complainte des landes perdues » [...]

Lire la suite ›