MOREA #6 La mort dans le sang

voir la série MOREA
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Action

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782302015142

Résumé de l'album La mort dans le sang


En la cité parisienne, les Dragons de la Terre entière sont en plein conciliabule. Fort de sa notoriété au sein de cette communauté d'immortels et grâce aux résultats encourageants des recherches scientifiques menées à la DWC, société dont elle est responsable, Moréa Doloniac se prépare à restaurer la civilisation des Dragons sur la planète où ces derniers vivaient auparavant à savoir Mars. Mais pour cela, il leur est nécessaire de pactiser avec ceux qui y résident déjà et qui ont défiguré la planète rouge, à savoir leurs anciens adversaires les Anges. Considérant l'adversité millénaire entre les deux clans, cette proposition d'alliance se voit considérée par certains membres comme un acte de trahison et une perte de leurs prérogatives. C’est le cas de Torrès et de ses extrémistes qui trouvent ainsi l’occasion de renforcer leur soif de pouvoir. Au regard des réactions que suscite sa proposition, l’avenir de Moréa semble du coup bien incertain, surtout que dans l’ombre, quelque chose de dangereux se trame. Serait-ce la vindicte d'un Ange revanchard ou d'une faction de Dragons en total désaccord avec la jeune femme ? Et pourquoi pas les deux ? A coup sûr que Jeeves, Terkio et Théo vont avoir du fil à retordre pour assurer la sauvegarde de la belle immortelle.


 

Par Phibes, le 01/04/2011

Notre avis sur l'album La mort dans le sang


Après 5 années de silence, Moréa refait surface via un sixième tome qui annonce un changement dans l'équipe. En effet, Thierry Labrosse a cédé sa place de dessinateur attitré à Laurent Libessart (Sphères, Le casque d'Agris…) tandis que le tandem composé de Christophe Arleston et Dominique Latil reste fidèle à leur héroïne.


Cet opus vient concrétiser les aspirations que la belle immortelle avait annoncées en petit comité à la fin de La brûlure des ténèbres. En effet, le cercle s'est agrandi puisque nous la retrouvons dans sa toute puissance au moment où elle tente de faire approuver son projet d'amélioration du futur de ses frères de race, les Dragons. Par cette déclaration, les deux scénaristes amorcent, avec un peu moins d'ironie que d'habitude, leur récit au moyen d'une fronde intestine, perpétrée par des personnages avides et sans scrupule, prêts à sacrifier la pauvre Moréa pour assouvir leur soif de pouvoir.


Comme il se doit, les amateurs de cette saga seront comblés une fois de plus par la tournure vibrante des évènements, subtilement orchestrés qui mettent au premier plan la pauvre immortelle. Celle-ci se voit  encore malmenée par ses pairs et également par un ancien adversaire que l'on croyait définitivement perdu. L'action a évidemment sa place et ne laisse que très peu d'espoir au sentimentalisme porté par Théo. L'on assiste ainsi à la mise en place d'un piège tordu qui mêle les antagonismes et qui génère une course-poursuite quelque peu endiablée.


Laurent Libessart assure sans coup férir la succession de Thierry Labrosse. Sa vision du futur de Moréa et de la capitale française est des plus agréables et reste conforme au travail fait précédemment, entre monuments historiques au look d'antan et paysages urbains grouillant de véhicules volants, dans une colorisation informatique réussie. Le mouvement est bien restitué, son dessin ayant un punch certain. Les personnages sont aisément reconnaissables, évitant de fait de déstabiliser le lecteur de la première heure.


Un nouvel épisode futuriste de la sémillante et néanmoins immortelle Moréa à porter à l'actif d'un quatuor d'auteurs en pleine forme créatrice.


 

Par , le

Les albums de la série MOREA

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›

Sébastien Lamirand


Sceneario.com : Sébastien Lamirand bonjour ! C’est la première fois que nous avons le plaisir de vous accueillir sur notre site, pourriez-vous vous présenter ?


Sébastien Lamirand : Je suis coloriste chez Soleil, j’ai 32 ans et autant de dents, je travaille sur Tessa, Kookaburra et les Conquérants de Troy, Lotus Noir (magazine de cartes à jouer) et Lanfeust Mag entre autres.

Sceneario.com : Vous faites partie du trio qui met en images les aventures de Tessa, pour notre plus grande joie. Est-ce facile de travailler avec Louis et Nicolas ? Comment travaillez-vous avec ces deux autres auteurs ?

Sébastien Lamirand : En général j’ai carte blanche pour les couleurs, s’il y a des indications précises, genre fin de journée, c’est Louis qui me les donne [...]

Lire la suite ›

Dominique LATIL

Sceneario.com: Peux tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas ?
Dominique Latil: Heu, Ben, je m'appelle Dominique Latil, je suis scénariste et rédacteur en chef adjoint de Lanfeust Mag, je vis à Aix-en-Provence où je travaille à l'atelier Gottferdom et j'aime faire des mots fléchés

Sceneario.com: Quel a été ton parcours professionnel ?
Dominique Latil: J'ai rencontré Christophe Arleston en 1995. Il cherchait un collaborateur pour travailler avec lui sur une nouvelle série dont il avait déjà posé les bases, "Mycroft Inquistor" (avec Jack Manini au dessin). Après quelques bières, il m'a demandé de faire un essai qui lui a paru concluant et nous nous sommes lancés dans l'écriture du premier tome. Comme il appréciait mon travail, il m'a présenté à quelques jeunes qui venaient le voir pour faire de la BD et avoir une opinion professionnelle. C'est ainsi que j'ai rencontré Franck Biancarelli, Philippe Pellet et Jean-Marc Ponce presque coup sur coup et que nous avons travaillé ensemble, coachés par Arleston qui nous conseillait et nous a appuyé auprès de Soleil [...]

Lire la suite ›