MON PEPE EST UN FANTOME #2 Saison 2

voir la série MON PEPE EST UN FANTOME
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Genre :

Humour

Vie Quotidienne

Sortie :
ISBN : 9782800144429

Résumé de l'album Saison 2

Depuis que son grand-père est mort, Napoléon tran le voit sous la forme d'un fantôme. Mais il est bien le seul à pouvoir discuter avec son pépé. Surtout que pépé est là pour s'occuper de son petit fils depuis que les parents sont plus occuper à divorcer.
mais le père et la mère de Napoléon craigne aussi que le petit garçon soit sujet à des hallucinations et sur les conseils d'un docteur, ils vont lui trouver un animal de compagnie. Le choix de Napoléon va se porter sur un caméléon qu'il nomme Iggy.
Par le plus grand des hasards, Iggy voit aussi pépé. Entre les deux, va débuter une sorte de combat pour gagner l'affection de Napoléon. Pépé qui commençait à être jaloux de l'iguane va décider de partir. mais au bout d'un moment, les relations avec son petit fils vont lui manquer...

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album Saison 2

Enfin !!!!
Enfin, la saison 2 de Mon pépé est un fantôme.

La première saison m'avait beaucoup surpris et beaucoup plu. J'avais bien ri et trouvé cette série fort sympathique, fort agréable. j'avais du coup, trouvé les personnages très proches. Il me semblait être presque de la famille. Puis, ils m'ont manqué bien que je relisais ce premier tome assez souvent.
Enfin ! La saison 2 sort !!

Quel bonheur de retrouver Napoléon Tran et son fameux pépé Tran. Un pépé qui va nous la jouer jaloux d'un iguane. La réside une des très bonnes et belles idées de ce second tome. La confrontation Iggy/pépé vaut vraiment le détour.
Mais que serait aussi cette série sans les autres personnages : la mère et le père de Napoléon, l'oncle (la scène où il va fêter Noel dans le restaurant de son autre frère et que celui ci ne le remet pas pour se moquer de lui, m'a beaucoup fait rire), les copains de Napoléon : Miguel et les autres et grand-mère Tran. Avec elle, les deux auteurs vont aussi aborder des sujets sensibles comme Alzheimer. Là aussi, j'ai été très touché par la façon dont ils annoncent cette maladie.
Et un autre personnage va aussi faire son apparition : Joséphine qui est nouvelle en classe et qui va devoir se mettre à coté de Napoléon. Comme le dit le proviseur : <<Napoléon et Joséphine, oui, il y a un précédent, héhé...>>. La saison 3 risque d'être aussi fort prometteuse.
je rapprocherai cette série de celle imaginé par Goscinny et Sempé : Le petit Nicolas. Il y a un petit quelque chose qui les rapproche.
Mon pépé est un fantôme vous fait vraiment découvrir Nicolas Barral (Baker Street, Les ailes de plombs)comme scénariste. J'ai bien apprécié son ton, son humour et sa façon d'aborder les choses.
Mais cette série est aussi la découverte d'une autre facette du dessinateur de Chinaman, Olivier Taduc; Nous le découvrons dans un autre style graphique où il fait mouche à chaque coup de crayon. il nous montre aussi son talent de caricaturiste avec ce personnage qui a les traits de Jamel Debouze (très réussi).

Cette saison 2 est aussi réussi que la première. Si vous n'avez pas encore fait connaissance avec Napoléon Tran et son univers, c'est encore le moment. Surtout que la saison 3 est proche.

Par , le

Les albums de la série MON PEPE EST UN FANTOME

Nos interviews liées

Questions à Olivier Taduc et Nicolas Barral pour Mon pépé est un fantôme

Sceneario.com : Bonjour Nicolas, Bonjour Olivier. Même pas un an après la sortie du premier tome de Mon pépé est un fantôme vous voici de retour avec cette seconde saison. Mais avant toute chose, pouvez-vous vous présenter ? Quel a été votre parcours ? Quelles ont été vos influences ?
Nicolas Barral : Après un BAC littéraire, j’ai passé un an à l’atelier BD des Beaux-Arts d’Angoulême où j’ai croisé Christophe Gibelin qui, quelques années plus tard, devait signer le scénario des Ailes de Plomb. A partir de 1991, j’ai fait mes premières armes dans la presse jeunesse et à Fluide Glacial jusqu’en 1996 où j’ai publié mon premier album chez Delcourt. Parmi les gens qui m’ont donné envie de faire ce drôle de métier, je place en tête de liste Goscinny, Uderzo et Morris, sans oublier Hergé, qui correspondent à mes lectures d’enfance et ont influencé la partie humoristique de mon travail [...]

Lire la suite ›