MON AMIE LA POOF #5 Ivan tout conte fée

voir la série MON AMIE LA POOF
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

PETIT à PETIT

Genre :

Humour

Noir et Blanc

Policier

Sortie :
ISBN : 2849490431

Résumé de l'album Ivan tout conte fée

Liv est enfin sortie de l’institut des bonnes sœurs Trapatte. Elle rejoint la vie active et décide d’œuvrer pour l’association de Monique, qui vient en aide aux filles en détresse.
Liv, Monique et Ivan continuent leur incursion dans leurs souvenirs. Cette fois-ci, c’est au tour de Saïd de venir les hanter. Même si ce dernier leur a laissé une belle surprise en rejoignant son ami Moorad au paradis. On suit ainsi, leurs pérégrinations à travers les années 80, qu’ils traversent pratiquement presque tous sans encombres malgré la menace du SIDA. Ivan ne tardera pas rejoindre les amis au paradis, certains auraient pu prédire à « Iron Dick » une fin moins enviable, mais il a fait les frais de la vengeance de Patricia.
Plus rien, si ce n’est les souvenirs retient Liv en Europe.

Par Eric, le NC

Notre avis sur l'album Ivan tout conte fée

Enfin la chute tant attendue des aventures de la plus célèbres des « poofs ». Efix a su nous surprendre en inventant une fin pour Ivan moins convenue. Quand on connaît le passif de nos deux héros on s’attendait vraiment à un épilogue plus dramatique. Et pourtant cet ultime tome en surprendra plus d’un, car on découvre ici une « poof » indestructible. Durant quatre tomes, elle naviguait entre Charybde et Scylla et là elle termine son voyage dans le temps comme Ulysse.
Les scénario d’Efix est vraiment très prenant et c’est avec une larme à l’oeil que l’on referme le livre sur les aventures de notre poof adorée. L’auteur a su nous concocter une histoire mélancolique parsemée de moments de joie, comme peut l’être la vie en somme. Mais cette série est en fait une vraie catharsis, car on passe en revue tout le panel des émotions humaines. Ainsi, ce cinquième tome de la série vient clôre cette odyssée d'une manière agréable.
Il est vrai que le style plutôt caricatural d’Efix renforce ce côté irréel des aventures de Liv, mais le récit n’aurait pas cette profondeur avec un style réaliste. Et le noir et blanc omniprésent est vraiment très esthétique, et donne cette ambiance de roman policier, même si cela peut paraître « tristounet » à la première lecture.
Tout comme Liv, on finit par ressortir en un morceau à l’issue de la lecture de cette série vraiment pas comme les autres.

Par , le

Les albums de la série MON AMIE LA POOF

Nos interviews liées

EFIX

Cedric pour SCENEARIO.COM : Etes vous comme la plupart des auteurs Bd « tombé dedans tout petit » ?
EFIX:
Un jour, pour mes 4 ans, mon père m'a offert « L'AFFAIRE TOURNESOL ». Ce jour là, je ne me souviens même plus si je savais déjà lire mais ce qui est encore tout frais, c'est qu'à la dernière page de ce merveilleux livre, une idée lumineuse s'est imposée : je serai auteur de bandes dessinées ! Au moment du lycée, ça m'a procuré un super avantage sur mes potes. Je ne me suis jamais demandé ce que je voulais faire plus tard puisque je le savais. Malgré le chaos de ma scolarité, j'ai toujours vécu ça comme un drôle de don. Car si vraiment j'en avais un, c'est celui-là : le don de la conviction. La prétention suprême, quoi ! C'est marrant mais je ne pense pas être quelqu'un de très sûr de soi mais je dois reconnaître que dans ce domaine, ça a toujours été imaginé avec candeur : « - Caisseu tu veux faire plus tard ?- Ben, de la bande dessinée, pourquoi ? »

Cedric pour SCENEARIO [...]

Lire la suite ›

EFIX

SCENEARIO.COM: Peux-tu te présenter et quel a été ton parcours professionnel ?

FX: "My name is Robert. François-Xavier Robert", comme aurait dit un autre serviteur de sa majesté la reine des pommes.
Quand un copain en CM2, fou de BD, comme moi, a su que certaines initiales pouvaient se transformer en surnom (vous connaissez Georges Remi ?), il a immédiatement transformé F.X. en efix. Et c'est comme ça que j'ai commencé
à signer mes premières BD (une parodie de Goldorak, à l'époque).
A 10 ans, je ne mesurais pas la prétention d'une comparaison entre mon aœûûûvre naissante et celle finissante du grand Hergé.
Je ne faisais qu'ajouter une pierre à mon petit édifice personnel : "Quand je serai grand, je serai dessinateur de BD !" [...]

Lire la suite ›