MON AMIE LA POOF #4 Emile

voir la série MON AMIE LA POOF
Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

PETIT à PETIT

Genre :

Fiction

Noir et Blanc

Policier

Sortie :
ISBN : 2849490024

Résumé de l'album Emile

La poof et Monique continuent de raconter le passé avec le fantôme d'Ivan. Mai 1979, quatre mois après l'arrestation de maître Cragnard et des trois veuves, Liv est toujours dans le coma à cause du coup de couteau de Patricia.
Ivan et Monique partent voir la mère de Liv pour en apprendre plus sur elle et son passé. Après plusieurs refus, sa mère accepte de raconter l'histoire de Liv et Emile avant qu'elle parte à Paris.
A son réveil, tout le monde se retrouve au chevet de Liv.

Par Fef, le NC

Notre avis sur l'album Emile

Cela m'a pris un bon moment avant de pouvoir faire l'avis de ce tome 4. J'ai une ou deux bonnes excuses et pas mal de mauvaises. Une des bonnes est qu'il m'a fallu relire les trois premiers tomes de la série pour bien remettre tout les éléments en place, car le tome 3 (Monique) est paru il y a deux ans et que les premiers tomes sont des albums d'une centaine de pages. Le nouveau est un peu moins épais (64 pages)
Il amène doucement vers la conclusion. La situation s'éclaire et donne un tome un peu plus 'heureux' que les précédents car les choses commencent à bien tourner pour la poof. Les dernières pièces du puzzle commencent à s'assembler, bien qu'il y ait l'arrivée d'un nouveau personnage, Emile. Celui ci donne beaucoup d'information sur le passé de Liv jusqu'à son départ pour Paris.
Evidement, il reste encore quelques éléments non éclaircis pour le dernier tome. Un des plus important et que j'attends depuis le premier tome est le pourquoi/comment est mort Ivan ?

Le dessin d'Efix est toujours aussi bon, dans le style cartoon. Le dessin est en totale contradiction avec l'histoire. J'adore le graphisme des personnages et leurs expressions alors que les évènements qui leur arrivent sont très noirs, (drogues, morts, prison, ...). Et surtout il y a tout les gags, détails et réflexions en arrière plan. Cela permet de faire des break dans l'histoire et amène a sourire.

Comme je le disais plus haut, il reste encore un album pour finir les histoire de mon amie la poof. Malgré tout cela va être dur de faire une happy end. Car même le dernier évènement qui pourrais être heureux est tout de suite remis en cause.
Mais bon, on est pas a l'abris d'une bonne surprise, mais pour cela, on ne peut qu'attendre impatiemment !

Par , le

Les albums de la série MON AMIE LA POOF

Nos interviews liées

EFIX

Cedric pour SCENEARIO.COM : Etes vous comme la plupart des auteurs Bd « tombé dedans tout petit » ?
EFIX:
Un jour, pour mes 4 ans, mon père m'a offert « L'AFFAIRE TOURNESOL ». Ce jour là, je ne me souviens même plus si je savais déjà lire mais ce qui est encore tout frais, c'est qu'à la dernière page de ce merveilleux livre, une idée lumineuse s'est imposée : je serai auteur de bandes dessinées ! Au moment du lycée, ça m'a procuré un super avantage sur mes potes. Je ne me suis jamais demandé ce que je voulais faire plus tard puisque je le savais. Malgré le chaos de ma scolarité, j'ai toujours vécu ça comme un drôle de don. Car si vraiment j'en avais un, c'est celui-là : le don de la conviction. La prétention suprême, quoi ! C'est marrant mais je ne pense pas être quelqu'un de très sûr de soi mais je dois reconnaître que dans ce domaine, ça a toujours été imaginé avec candeur : « - Caisseu tu veux faire plus tard ?- Ben, de la bande dessinée, pourquoi ? »

Cedric pour SCENEARIO [...]

Lire la suite ›

EFIX

SCENEARIO.COM: Peux-tu te présenter et quel a été ton parcours professionnel ?

FX: "My name is Robert. François-Xavier Robert", comme aurait dit un autre serviteur de sa majesté la reine des pommes.
Quand un copain en CM2, fou de BD, comme moi, a su que certaines initiales pouvaient se transformer en surnom (vous connaissez Georges Remi ?), il a immédiatement transformé F.X. en efix. Et c'est comme ça que j'ai commencé
à signer mes premières BD (une parodie de Goldorak, à l'époque).
A 10 ans, je ne mesurais pas la prétention d'une comparaison entre mon aœûûûvre naissante et celle finissante du grand Hergé.
Je ne faisais qu'ajouter une pierre à mon petit édifice personnel : "Quand je serai grand, je serai dessinateur de BD !" [...]

Lire la suite ›