Mon album Platini

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Historique

Sport

Sortie :
ISBN : 9782413037705

Résumé de l'album Mon album Platini

Le 8 juillet 1982, la France affronte à Séville la RFA en demi-finale de Coupe du Monde. Malgré la défaite, ce match va constituer l’événement marquant de toute une génération. Christopher et Sylvain Venayre reviennent sur le souvenir et la mémoire de ces années Platini !

Par V. Degache, le 07/05/2021

Notre avis sur l'album Mon album Platini

Le titre du nouvel ouvrage de la collection de Coup de tête éditée par Delcourt, Mon album Platini, évoquera d’emblée nostalgie et souvenirs d’enfance à ceux qui ont scrupuleusement collé leurs stickers dans les albums Panini du Championnat de France de football ou de la Coupe du monde, du temps où Platoche régnait sur le monde du football, en club et en sélection. Il paraîtrait même que certains continueraient ce rite, avec ou sans leur progéniture à leurs côtés…

Mais Mon Album Platini ne propose pas un simple retour en arrière chronologique sur ces années-là. L’historien Sylvain Venayre, Grenoblois d’adoption, dont on a déjà pu apprécier les talents d’écriture sur, entre autres, Histoire dessinée de la France – La balade nationale : les origines, assure le scénario, mais se met également en scène, tendant même à devenir le personnage central du récit, et ceci par deux fois !
En effet, la BD fait dialoguer le grand Michel Platini (on s’en serait douté), le cultissime Thierry Roland, Sylvain Venayre adulte, le gamin Sylvain Venayre du début des années 80, et l’inattendu Sigmund Freud pour analyser ces souvenirs générationnels et les rêves les accompagnant.

Le dessin de Christopher surprendra ceux qui le découvriront. Celui-ci a déjà dessiné le foot dans Histoire illustrée de l’Olympique de Marseille, chez Hugo & Cie en 2018. Son trait particulier, épais, avec parfois certains dessins pouvant apparaître comme rudimentaires au niveau de la représentation des visages, peut dérouter, voire déranger sur quelques personnages difficilement reconnaissables. Les planches ou double-planches sur fond blanc restituant des scènes de jeu de manière éclatée sont splendides et une vraie réussite !

Le récit se concentre sur le mythique France / RFA de Séville en 1982 (l’ouvrage est sous-titré Génération Séville 82), même si c’est l’ensemble des années Platini qui sont survolées, avec même des incursions plus contemporaines. Au fil des pages, Venayre arrive à transmettre le concept élaboré par l’historien Marc Bloch de « communauté d’empreinte » venant d’une communauté d’âge, qui fait une « génération » (S. Venayre y revient dans le dossier de fin d’ouvrage). Et cette empreinte, pour toute une classe d’âge, est ici constituée par le souvenir du jeu offensif de l’équipe de France menée par Michel Platini, par ces images que l’on collait religieusement dans les albums dédiés, par la voix et les mots d’un Thierry Roland passionné et parfois excessif, par les parties enflammées de Subbuteo, par la célébration de la victoire de 1984 dans la rue, ou bien encore par la lecture d’un France Football Jean-Marc Rochette nous racontait en dessin les buts du week-end, etc.
Une génération est née. Séville 1982, dont se remémorera encore et encore le déroulé extraordinaire, en sera un des climax.

L’émotion est bien présente lorsque l’on referme Mon album Platini, les auteurs réussissent à faire revivre dans une narration intelligente et originale ces mêmes événements constitutifs de la Génération Platini. Nostalgie pour ceux qui en font partie, découverte pour de plus jeunes lecteurs, et pour tous le plaisir de retrouver le « carré magique » le temps de quelques pages !

Par , le

Nos interviews liées

Et si Les Filles nous étaient contées... par Christopher

Scenenario.com : Bonjour Christopher. Ton nom a une consonance anglo-saxonne, quelle en est la raison ?

CHRISTOPHER : Mes origines… Mais je n’en veux pas à ma mère. Grâce à ça, j’ai grandi au son des Beatles, des Teacakes et de Mary Poppins. Même si dans un village à côté de Marseille, ça fait bizarre.

Scenenario.com : On te connaît surtout pour « Les Filles » série originale, dynamique et passionnante. Comment est née l’idée de la série ?

CHRISTOPHER : De mon déménagement à Tours. Après dix ans de vie parisienne, j’étais en dédicace à Tours, j’ai craqué pour cette ville et deux mois après, on y était.
Là, le libraire (exceptionnel Bédélire) m’a proposé de faire une exposition présentant mes différents travaux aux clients de la librairie. Je sais pas s’il m’a choppé au Chinon ou au Bourgueil, toujours est-il que je me suis retrouvé à lui proposer en plus d’une expo un happening qui consistait à réaliser une bd en direct [...]

Lire la suite ›