Missy

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

LA BOITE A BULLES

Collection :

Champ Livre

Genre :

Drame

Intimiste

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 2849530468

Résumé de l'album Missy


Une fois encore, après une nuit d’amour, l’oiseau est parti, emportant avec lui les espoirs de Missy d’être enfin tombée sur l’homme qui voudra rester auprès d’elle... Missy travaille dans un bar à hôtesses. Elle y présente un numéro de strip-tease avant d’aller faire chavirer la raison des clients... Missy est une femme grosse. Très grosse. Si c’est un atout certain pour son spectacle, c’est aussi devenu aussi la cause d’un véritable mal-être puisqu’elle l’associe à son manque de chance en amour.

Un jour, Missy prend congé avec l’intention de perdre du poids. A son retour, sa transformation ne sera pas du goût de tous...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Missy


Missy est une bande dessinée toute en rondeurs. Pas étonnant, pourriez-vous me dire, dans le cas du catalogue d’une maison d’édition appelée "La boîte à bulles" ! A première vue, on ne sait pas ce que va cacher une telle couverture montrant un dessin très stylisé de femme que la nature a trop généreusement dotée. Et en fait de bulle, c’est bien dans une bulle dramatique que vit Missy, l’héroïne. Rien d’humoristique ne sera au programme...

Les deux thèmes principaux de cet album sont la quête de l’amour et le mal-être. L’amour, c’est Missy qui le recherche désespérément, elle qui donne envie aux hommes mais qui se rend bien compte qu’elle n’est pas celle qu’on veut pour la vie. Le mal-être, c’est peut-être les clients du bar, en manque d’une tendresse qui leur sera tarifée, qui le vivent. Mais c’est aussi, et encore, Missy. Obèse. Après des BD comme Les cœurs boudinés ou In the clothes named fat, l’obésité est une fois de plus au centre de l’histoire.

C’est avec un dessin très simple, tout en volumes, très géométrique que le scénario est porté en images. Il est également mis en couleur de manière très basique. Cette basicité est poussée à l’extrême : les visages sont volontairement inexpressifs, réduits à de simples ovales ou à des formes rappelant le taureau de Picasso ou les sculptures de Brancusi. Ce sont donc les formes qui font tout le reste. Et le résultat est très bon : on est happé par cette dramatique histoire ! Je dirais même qu’on s’attachera plus aux personnages (et notamment à Missy) ainsi dessinés : si elle avait eu un visage, qui sait si nous n’aurions pas eu d’a-priori alors que là, on est d’emblée tout acquis à sa cause.

Si la fin est assez prévisible, c’est la manière de nous y conduire qui est talentueuse. Et qui nous laissera un excellent souvenir de cette lecture aussi dérangeante que belle.
 

Par , le

Nos interviews liées

Svart : coloriste, mais pas que...

Sceneario.com : Bonjour Svart ! Avant toute chose, pourriez-vous vous présenter en quelques mots et nous expliquer d’où vous est venue l’idée de ce pseudonyme ?
Svart : Bonjour ! Alors... Je m’appelle Fabrice Gagos, ça fait bientôt 14 ans que j’ai 17 ans, et certainement pas toutes mes dents : ça fait longtemps que je ne les ai pas comptées ! Quant à « Svart », ça vient de mon passé de super héros, mais j’ai raccroché car c’était pas rentable financièrement. En vrai, je voulais un pseudo car le fait de signer de mon nom me donnait l’impression de remplir une copie, comme à l’école, ou ma feuille d’impôts ! Bref...

On m’a souvent comparé à un nain : trapu, barbu, grognon... Je sais pas trop où on est allé chercher ça mais le fait est là ! A la base, comme j’avais l’idée de monter une sorte de studio, le Svartalfheim qui est, dans la mythologie nordique, le pays des Nains (en réalité, c’est le mondes des elfes noirs, souvent confondu avec Nidavellir, domaine des Nains, mais Nidavellir même si c’est joli, ça me parlait moins ^^), me semblait donc un nom approprié (en faisant disparaître le « f », quand même) De là, comme finalement je me suis mis à bosser en solo, Svart s’est un peu imposé comme pseudo (parce que Svartalheim c’ est trop compliqué, faut avouer) [...]

Lire la suite ›