MICHEL ANGE #1 Le banquet des damnés

voir la série MICHEL ANGE
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Esotérique

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782723499750

Résumé de l'album Le banquet des damnés

Au printemps 1508, dans la magnifique cité de Milan, une tête proprement décapitée, posée sur un plat, est retrouvée dans la cathédrale de la ville et plus précisément dans le baptistère de Saint Antoine. Les autorités religieuses font appel au Prévôt Vitorre pour enquêter sur ce sacrilège, cette profanation du lieu saint béni par Amboise en personne.
Cette macabre découverte n’est pas sans rappeler la décapitation de Saint Jean Baptiste dont la tête fut également présentée sur un plat à Salomé. Quant à l’inscription portée au dos du plat « le soleil de justice a brillé », elle semble renvoyer directement au baptême de Saint Antoine, onze siècles auparavant.

Par Olivier, le 06/06/2017

Notre avis sur l'album Le banquet des damnés

Si l’œuvre d’un meurtrier dément semble être rapidement écartée, celle d’une société secrète pourrait être plausible comme pourraient le laisser croire les indices trouvés sur place ainsi que les références à certains mystères historiques.
Mais le fil de l’intrigue est loin d’être aussi réducteur et Didier Convard et Eric Adam sont passés maitres dans l’art de cultiver le mystère et dans l’élaboration de scénarios à tiroirs, multipliant les pistes et les axes pour mieux surprendre le lecteur.

De la Galilée du tétrarque Hérode Antipas à l’Italie du pape Jules II les deux coscénaristes tracent une arche narrative autour d’un symbole disparu. Véritable thriller historique et ésotérique dont le socle s’appuie sur l’histoire et les récits bibliques Michel Ange nous entraine dans un récit puissant, violent et mystérieux.

Si Michel Ange fait une apparition courte mais tonitruante dans ce premier tome, Convard et Adam prennent le temps d’installer leur détective, en lui donnant une réelle profondeur. Le Prévôt Vittore est un homme cultivé, qui se fie à ses observations et a son sens aigu de la déduction. Ni le discours dramatique de l’évêque, ni l’irruption fracassante de Michel Ange ne lui font perdre de vue les éléments concrets à sa disposition.

Le dynamisme de la mise en page, le cadrage très cinématographique de Thibaud de Rochebrune emportent le lecteur dans ces aventures où l’histoire, les arts et la religion se mêlent étroitement à l’ésotérisme le plus étrange et le plus terrible. Chaque planche, chaque case, d’un réalisme puissant servi par un dessin élégant est en parfaite harmonie avec l’esprit de ce XVIème siècle italien.

Un diptyque au premier tome très accrocheur.

Par , le

 Michel-Ange est une nouvelle enquête du prévôt Vittore, personnage dont nous avons suivi la première enquête dans le Vinci de Convard & Chaillet. Le Banquet des Damnés est l'adaptation par Eric Adam, un des fidèles collaborateurs de Didier Convard, d'un roman de ce dernier : "Michelangelo et le Banquet des Damnés" (Fayard, 2012).

Le récit démarre fort avec la mort du Baptiste en l'an 34. Puis, nous nous retrouvons en 1508 et nous recroisons le prévôt Vittore qui a 57 ans et qui commence à faitguer. Il va falloir faire avec tout ça lors de son enquête. Au lecteur de se demander quel est lien avec cette affaire et la mort du Baptiste par décapitation. De plus, pourquoi est ce Michel-Ange quitte son chantier pour rallier Milan ?
Cette première partie apporte beaucoup d'interrogations. Qui est ce mysterieux assassin à la hache et pourquoi s'attaque t'il à ses victimes de cette façon ? Le suspense tient bon jusqu'au bout, et se termine d'une telle façon que l'intrigue ne nous laisse pas indifferent. Mais, il nous faudra attendre le prochain tome pour connaitre le dénouement.
Eric Adam nous captive par cette ambiance et cette reconstitution fort réussie.

C'est Thibaud de Rochebrune qui s'occupe du dessin. Il fait un magnifique travail. L'ambiance, l'atmosphère, le contexte historique, la mise en scène, tout y est pour nous offrir une lecture passionnante et admirer de belles planches. Le dessin est efficace. Son style se marie parfaitement avec ce genre de thriller historique. Et tout cela embelli par les couleurs de Delf.

Une première partie qui ravira les amateurs et qui fera énormement plaisir à ceux qui avaient découvert Vinci.
Un premier tome à ne pas rater.

Par , le

Les albums de la série MICHEL ANGE

Nos interviews liées

A L'ORIGINE DES CONTES

Les quatre auteurs nous parlent de la création de Pinocchio, La Barbe Bleue et Blanche Neige aux éditions Glénat.
    Interviewer : Olivier
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Didier Convard

Sceneario.com : Nous sommes dans la série des Gardiens du sang, avec le Triangle secret et I.N.RI., doit on parler de saga ou de feuilleton?
Didier Convard : C'est vraiment un feuilleton, depuis le Triangle secret qui est né d'un roman que j'avais écrit il y a une vingtaine d'années et que je n'avais jamais publié.
Sceneario.com : Il a été publié depuis. Didier Convard : Tout à fait, il a été publié depuis, mais je l'ai revisité car la bande dessinée est intervenue entre temps, j'ai du changer quelques axes d'écriture. Ce roman, je l'avais fait lire à Jacques Glénat et c'est lui qui a eu l'idée de l'adaptation en bande dessinée. J'avais un roman de 700 pages, le travail était titanesque. Il y avait plusieurs flashbacks dans le roman, il y en a beaucoup que j'ai traduit dans le triangle secret en quatorze ou quinze pages et puis, il y avait un gros qui était I [...]

Lire la suite ›

Interview Convard & Chaillet

Sceneario.com : Vous avez déjà travaillé ensemble sur le Triangle Secret, mais seulement sur un tome ?
Chaillet :
Oui tout à fait, dans le premier tome de cette belle saga. C'était une façon pour nous de travailler ensemble. C'était un projet qu'on avait depuis très très longtemps. J'avoue que cette petite incursion dans le domaine du Triangle Secret a été pour moi un très grand plaisir, mais avec quelque part une petite frustration : c'était un peu court.
Convard : Cela faisait bien un quart de siècle qu'on avait envie de travailler ensemble. Le Triangle Secret nous a permis de faire déjà un premier pas. Il y avait un flash-back à réaliser, et j'avais l'intention de demander à mes amis d'en faire un chacun. J'ai immédiatement pensé à Gilles, à André Juillard, à Jean Charles Kraehn, qui sont mes amis [...]

Lire la suite ›

Didier Convard

Sceneario.com: Concernant le Triangle Secret, vous avez réalisé 7 tomes, un one-shot, une deuxième saison est apparue avec INRI qui se terminera avec la sortie du 4° tome en avril prochain, y aura t-il une 3° saison?
Didier Convard: Oui. La troisième saison se rapprochera du Triangle Secret, puisqu'elle se passera du coté des Gardiens du Sang. Le Triangle Secret et INRI raconte l'histoire du coté du Christ, l' histoire des Héritiers du Christ, mais quand j'ai écrit le Triangle Secret il y a une vingtaine d'années, sachant qu'il est sorti en Bande Dessinée qu'en avril 2000, j'avais fait un énorme travail composé de plusieurs chapitres: Le triangle Secret avec INRI qui était dans le triangle Secret, une sorte de flashback du Triangle Secret. Lorsque j'ai adapté le Triangle Secret en Bande Dessinée je me suis aperçu que je n'avais pas assez de place, en accord avec les dessinateurs et l'éditeur, on c'est dit qu'on allait se donner le temps de travailler ensuite sur INRI [...]

Lire la suite ›

Les auteurs de Bluehope chez Glénat

Questions pour Nadine Thomas (Coloriste)
SCENEARIO.COM: Nadine, peux tu te présenter en quelques mots?
Oui.Nadine Thomas, née le 19 avril 1973 à Meulan (oui trente ans cette année, vos calculs sont bons).
J'habite depuis 4 ans à Bordeaux, ville que j'affectionne particulièrement malgré son taux d'humidité !
Je suis coloriste depuis...1997, oui c'est çà, entre autres des séries Candélabres (éd.Delcourt), Les Teigneux (éd.Soleil) et bien sûr Bluehope chez Glénat.

SCENEARIO.COM: Combien de temps pour faire cette première BD?
Pour le 1er tome de Bluehope vous voulez dire ?
A franchement parler je ne peux pas vous dire exactement car à ce moment là, comme aujourd'hui, je travaillais sur d'autres séries en parallèle, donc j'ai pas mal alterné, me consacrant à l'une ou l'autre selon l'arrivage des planches (il ne faut pas oublier que le travail de coloriste dépend beaucoup du "rendement" du dessinateur ou de la dessinatrice) [...]

Lire la suite ›