MEUTES #1 Lune rouge

voir la série MEUTES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782344000564

Résumé de l'album Lune rouge

Otis Keller est une jeune fille ordinaire, elle suit ses cours au lycée, est amoureuse d’un jeune garçon et vit dans une famille de la bonne bourgeoisie avec son frère plus jeune.
Mais, sous des apparences très classiques se dissimule une réalité beaucoup plus sauvage. Par le père, la famille Keller fait partie d’une confrérie très hiérarchisée avec à sa tête un grand maître, Oblast, qui domine et régente la vie de ses initiés.

Par Olivier, le 27/09/2015

Notre avis sur l'album Lune rouge

Alors que le père semble mêlé à une sordide histoire de meurtre, les repas de famille sont l’occasion pour les Keller d’évoquer la grande fête du loup blanc qui approche. Cette cérémonie intronise les jeunes mâles des familles affiliées et leur accorde le passage dans le rang supérieur de cette société et leur ouvre le droit de participer aux chasses.
L’attente d’Oblast est grande, une prophétie prédit que la lignée des Keller doit apporter à la confrérie un Maître, tous les espoirs se portent sur Oscar, le jeune frère d’Otis et pourtant …

Un nouvel univers du grand Jean Dufaux où le fantastique introduit dans la douceur d’un banal automne parisien une explosion de violence et une complexe trame d’intrigues qui s’entremêlent.
Le scénariste nous fait ressentir très rapidement un décalage entre la normalité d’une vie familière et ce que l’on hésite encore, dans les premières planches, à qualifier de fantastique.
L’art subtil de l’écriture de Dufaux réside dans cette hésitation, cette ouverture vers des explications plus terre à terre, un garagiste trop gourmand qui découvre du sang dans le coffre d’une voiture et qui cherche à en faire chanter le propriétaire, est-ce un meurtre crapuleux, l’acte d’un chef de grande famille liée au crime organisé ?
Loin de la banalité d’un règlement de comptes, lentement, par touches subtiles, Jean Dufaux introduit une explication bien plus terrible et effroyable, comme le chantait si bien Serge Regiani, Les loups ont envahi Paris …
En appuyant son récit sur les personnages à qui il apporte cette profondeur réelle qui seule donne au récit un ancrage dans la réalité, il offre au fantastique une assise solide.

Quelques séries télé ont fait leurs choux gras des récits de Vampires, créatures que l’imaginaire a rendues beaucoup plus sexy que les lycanthropes, mais peu de choses sur les loups garous qui n’interviennent souvent que comme faire valoir des vampires, la brutalité bestiale opposée à l’érotisme raffiné.
Avec Meutes, Jean Dufaux et O.G. Boiscommun nous ouvrent les portes d’une société dissimulée sous des abords ordinaires, des familles menées d’une main de fer, où l’initiation et la hiérarchie régulent les rapports des membres.

Un récit puissant, porté par le dessin d’Olivier Boiscommun dont le trait fluide et délicat, adoucit encore par une mise en couleur directe à l’aquarelle, s’adapte avec élégance aux développements d'une histoire aux multiples facettes.
Le découpage très cinématographique, aux plans très soignés laisse le lecteur basculer dans le fantastique tout en lui maintenant un pied dans le réel.

On se laisse emporter, ravis, par ce récit dont le second tome prévu pour janvier 2016 laisse présager de multiples bouleversements qui chahuteront les certitudes des lecteurs.

Par , le

Les albums de la série MEUTES

Nos interviews liées

O.G. Boiscommun

Un entretien avec Olivier G. Boiscommun


Interviewer : Berthold
Image & Son Mat & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Olivier Boiscommun

Interview d'Olivier Boiscommun réalisé durant le Festival de Saint Malo en octobre 2010.

[...]

Lire la suite ›

entretien avec Olivier G. Boiscommun

Sceneario.com : Tu as toujours eu envie de faire de la bande dessinée ? Quels étaient tes rêves d’enfant ? Olivier G. Boiscommun : J'ai toujours dessiné, écrit aussi. 
Enfant je voulais retrouver le plaisir que j’avais en lisant des albums de bande dessinée et raconter moi aussi des histoires, quelque soit le biais. Mon père était architecte. Il faisait de la bande dessinée pour son plaisir. Du coup, la bande dessinée m’apparaissait comme quelque chose d’abstrait et surtout pas un moyen de gagner sa vie. 
Ayant toujours beaucoup dessiné, je me suis naturellement dirigé vers le dessin, plus particulièrement vers la publicité. J’avais à l’idée de faire de la bande dessinée pour moi. Quand j’ai démarré on embauchait à tour de bras. 
Et puis à un moment les choses se sont un peu calmées [...]

Lire la suite ›