METRONOM' #2 Station orbitale

voir la série METRONOM'
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Grafica

Genre :

Anticipation

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 9782723477826

Résumé de l'album Station orbitale

Par un « hasard arrangé » Lynn et Linman (tout juste sorti de prison) vont avoir l’occasion de se rendre sur une station orbitale où a été transféré Doug… Pendant ce temps, le commissaire Radcliff poursuit son enquête pour tenter de débusquer les auteurs du livre de propagande intitulé Metronom’. Mais bientôt les deux intrigues vont être amenées à se rejoindre…

Par Melville, le 27/03/2011

Notre avis sur l'album Station orbitale

Eric Corbeyran est un auteur que l’on peut aisément qualifier de prolifique, et si son talent de scénariste est indéniable, il lui arrive parfois de s’égarer un peu… Mais rassurez-vous avec Metronom’ il n’en est rien, bien au contraire ! Eric Corbeyran est en pleine forme et son inspiration bien présente.

L’intrigue de Metronom' repose sur les fondements de la SF des années 80, et si du fait la surprise n’est plus vraiment de mise, c’est un réel plaisir de se replonger dans cet univers fortement référencé. En quelque sorte Eric Corbeyran répond à nos attentes d’amateur, mais il y répond avec habileté en sachant trouver l’équilibre juste entre les éléments incontournables et les petits plus qui donnent du « punch » au récit. Le scénario est tentaculaire, et peut-être encore davantage dans ce deuxième tome, les histoires des trois personnages principaux (Lynn, Linman et Radcliff) se recoupent puis s’éloignent pour ensuite mieux se rejoindre… C’est peut-être en cela que réside la force d’Eric Corbeyran : il est un scénariste qui manie son histoire sans jamais oublier l’aspect de « l’efficacité » sans pour autant perdre de vue la qualité d’écriture. Bien que morcelée, la narration de Metronom’ est parfaitement fluide et rythmée.

Côté illustrations on retrouve Grun et son dessin qui représente l’atout majeur de cette bande dessinée. L’auteur campe avec des teintes de bleues ou d’ocres des atmosphères crépusculaires et crasseuses qui ne sont pas sans rappeler celle de l’excellent Blade Runner de Ridley Scott. Quasiment à elles seules, elles nous permettent une immersion totale dans ce monde dépeint par le scénario de Corbeyran. Grun nous offre vraiment du beau travail tout en finesse et élégance.

Ce deuxième volet confirme donc la très bonne impression laissée par le tome 1. Metronom’ est à ne pas manquer pour tous les amateurs de science-fiction.

Par , le

Les albums de la série METRONOM'

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›