MEMOIRE DE CENDRES #7 Calimala

voir la série MEMOIRE DE CENDRES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Vécu

Genre :

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 2723432114

Résumé de l'album Calimala


En cet été 1234, sur l'éperon rocheux de Montségur, Héléna file le parfait amour avec Jordan qui se voit proclamé chevalier pour sa bravoure. C'est à la suite de la cérémonie que le couple est missionné par Guilhabert de Castres pour partir en Toscane apporter une missive importante à un de ses amis Corso Dominati. Ayant atteint leur destination, Héléna et Jordan ont tôt fait de présenter l'objet de leur venue à savoir le recouvrement d'une forte somme d'argent prêtée par Guilhabert. Malheureusement, leur hôte est noyé dans des difficultés financières et ne peut subvenir au besoin de ses invités. A moins qu'il convainque le banquier Cavalcanti de lui prêter l'argent. Mais, dans ce cas, ne va-t-il pas faire le jeu de l'Arte di Calimala et de surcroît, celui de Rome ?

Par Phibes, le 12/02/2010

Notre avis sur l'album Calimala


Pour les besoins de ce nouvel épisode, la belle Héléna, personnage inconditionnel de la saga, s'expatrie. Elle quitte pour un temps son repaire fortifié de Montségur pour atteindre le territoire italien de la Toscane.


Philippe Jarbinet confirme ici ses talents de scénariste en gérant son histoire sur plusieurs fronts et également son aptitude à restituer l'histoire des cathares dans des considérations au plus proche de la réalité. A ce titre, fort d'une recherche documentaire bien assimilée (il suffit d'apprécier les nombreux rappels historiques disséminés), il nous immerge dans un complot à grande échelle perpétré par les plus hautes instances catholiques italiennes pour éradiquer la toute puissance d'une famille toscane partisane des patarins (cathares italiens).


L'intrigue est parfaitement ficelée et nous conduit indubitablement dans une affaire financière souterraine qui tourne à l'effusion sanglante. Le drame, bien soutenu et mystérieux, couve dès la première planche et vient progressivement prendre corps au fur et à mesure que l'aventure se déroule. L'acharnement terrifiant dont est victime Dominati est assurément bien structuré et se veut démontrer, au gré de dialogues éloquents et de scènes énergiques, la radicalité des gens de l'église contre les défenseurs des hérétiques.


Le style graphique de Philippe Jarbinet évolue dans le bon sens du terme. Alors qu'il peaufine de mieux en mieux les visages de ses personnages, il s'octroie un peu plus de précisions dans la représentation des monuments historiques. Sa quête d'authenticité est donc indéniable et donne à son travail une qualité qui sied à merveille à son récit.


Badille, un tome de cet acabit sur une épopée dramatique, ça ne se délaisse pas !


 

Par , le

Les albums de la série MEMOIRE DE CENDRES

Nos interviews liées

Philippe JARBINET nous parle de son diptyque AIRBORNE 44

Sceneario.com : Bonjour Philippe, en ce mois de septembre 2009, les éditions Casterman mettent à l’honneur votre dernière réalisation "Airborne 44". Comment ce projet est-il né ? Pourquoi avoir adopté ce titre ?
Philippe Jarbinet : D’abord le titre ! Il y a un an, j’avais terminé notre dernier entretien sur le fait que cela ne s’appellerait pas AIRBORNE. C’était un titre de travail que je trouvais trop militaire, trop utilisé dans le cinéma américain de série B. Chez Casterman, qui n’a pas la réputation de produire de séries B, la réaction n’a pas été la même. Le titre leur plaisait. Moi, il me faisait peur. Je voulais être plus lapidaire : j’ai fait un projet de couverture avec un énorme 44 sur toute la moitié supérieure de la couverture. Ce n’était pas mal mais nous hésitions tous [...]

Lire la suite ›

Philippe JARBINET se confie

Sceneario.com : Bonjour Philippe, vous voilà aujourd’hui à la tête d'une bibliographie conséquente. Pourriez-vous nous expliciter votre parcours et votre intérêt pour la bande dessinée ?
Philippe Jarbinet : A 43 ans, ma bibliographie n’est pas si importante : 17 albums en comptant le fait que, sur « Une Folie Très Ordinaire », j’ai fait une grosse quarantaine de pages sur trois albums, sur base du scénario de Christian Godard. « Sandy Eastern » était scénarisé par Franz. En fait, j’en ai réalisé 13 tout seul (scénario, dessin, couleurs) auxquels il faut ajouter les deux prochains que je réalise pour les éditions Casterman. Question parcours, celui-ci est un peu accidentel puisque lorsque j’ai fais mes études artistiques, je n’étais pas vraiment décidé à partir sur la voie de la bande dessinée [...]

Lire la suite ›