Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

NEOPOLIS

Genre :

Cyberpunk

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 1123504829

Résumé de l'album Inside

Dans un futur indéterminé, les champs de batailles sont dominés par de gigantesques robots pilotés appelés Méka. Au cours, d’une énième bataille opposant les troupes du levant à celles du couchant on suit les tribulations d’un jeune équipages des forces de levant : le lieutenant Llamas, pilote et le caporal Onoo, mécanicienne. Ils sont jeunes et beaux, pleins de certitudes comme celle d’être les meilleurs dans leur partie. Et pourtant cette énième offensive contre les forces du couchant va ébranler leur croyance. Leur méka est sérieusement endommagé. Dans le Méka ils sont invincibles. Qu’en sera-t-il en dehors ?

Par Eric, le NC

Notre avis sur l'album Inside

Ce tome situe l’action dans un futur indéterminé, dans une guerre indéterminée… Ainsi toutes ces indéterminations font que l’on s’oriente vite vers un huis clos avec trois protagonistes : le lieutenant Llamas, le caporal Onoo et …le méka. Ce sentiment est suggéré par le fait que l’on ne voit que l’équipage du méka, le reste des personnages sont des robots et des cadavres. On n’a aucune indication de temps ni de lieu et l’aspect géopolitique est totalement ignoré.
Le style de cette bd est résolument manga d’une part l’auteur revendique ces influences. D’autre part on peut penser en voyant le début du tome, à trouver des similitudes avec diverses séries nipponnes. Des similitudes comme par exemple avec Neon genesis evangelion, pour l’aspect filiforme des mékas et la jeunesse de leurs pilotes, et aussi à Macross pour ce qui est du traitement de la scène de combat.
Le style de Bengal est fluide et assez dépouillé mais avec la mise en couleur l’ensemble est agréable et je n’ai pas eu le sentiment de vide. L’œil n’est pas attiré par des détails inutiles De plus, on sent un petit côté cinématographique dans ce tome. Il y a très peu de bulles. Au début ce qui renforce cette impression c’est que l’on ne perçoit ni bruits ni paroles, et là on s’attend à un déferlement de son, une sorte d’apothéose : une belle séquence de combat. Et tout au long de l’album l’action rebondit de la sorte. Si l’effet est garanti, la contrepartie c’est un tome qui se lit très rapidement en dix minutes la bédé est fermée. Mais bizarrement, on arrive à s’attacher aux personnages et arrivé à la dernière page on en vient à regretter que ce soit la dernière.
Le but ici n’est pas de vendre complètement du robot géant. Car en cherchant à évacuer leur méka endommagé nos héros reviennent vers lui en passant d’embuches en embuches. Cela cache-t-il quelque chose ? Le second tome de cette série, à venir, viendra conclure le récit

Par , le

A vrai dire, je n'ai pas du tout accroché à cet album.
Je suis pourtant généralement bon public lorsqu'il y a des mechas, mais là non, cela n'accroche pas du tout...
On notera d'ailleurs ici l'allusion aux mechas japonais de Patlabor, aux Evas d'Evagélion, et aux autres Transfomers, donc cette BD n'est qu'une redite un peu légère.
L'histoire est vide, nous ne sommes en présence que d'un huit clos banal, et trop court. C'est à peine commencé que c'est déjà fini, et les quelques bulles qui se promènent par ci par là ne vont pas venir ralentir le rythme de lecture.
Le dessin lui est globalement correct, mais c'est dépouillé au possible. Pas de décor, ou alors de simples esquisses de batiment, rien qui ne saurait retenir une attention particulière sur une case ou l'autre. On passe d'une page à l'autre sans vraiment entrer dans le récit, et au final, quelques minutes suffisent à parcourir cet album, sans avoir réellement du faire un effort pour lire la page de texte cumulée sur tout l'album.
Nous verrons peut-être du mieux dans le second tome, mais pour ma part, je ne serais certainement pas au rendez-vous... Je préfère me lire un bon vieux roman de Cyberpunk, ou me regarder un vieux Patlabor, au moins, je ne serais pas déçu...

Par , le

Les albums de la série MEKA

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Bengal... dessinateur de Manga Européen

Sceneario.com : Comme à l’accoutumé des interviews, peux tu te présenter ?
Bengal :
J’ai 27 ans, je suis né dans la région des Alpes, j’habite sur Paris depuis de nombreuses années, et je suis arrivé à la BD le jour où j’ai rencontré Morvan en 1996. La mise en place a été plutôt longue, le temps que je m’améliore en dessin, j’ai eu une expérience dans le jeux vidéo, et enfin j’arrive dans la BD avec Meka.

Sceneario.com : Le jeu vidéo ?
Bengal :
J’ai travaillé dans le jeu vidéo suite à un besoin de terminer la production du jeu "Alone in the dark 4" fait par le studio darkworks, et j’ai continué durant 3 années dans une team de 3 dessinateurs qui s’entendaient plutôt très bien [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›