MARCEL PAGNOL Le schpountz

voir la série MARCEL PAGNOL
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

BAMBOO

Collection :

Grand Angle

Genre :

Adaptation

Humour

Sortie :
ISBN : 9782818941737

Résumé de l'album Le schpountz

Irénée Fabre travaille comme commis-épicier chez son oncle à Marseille. Souvent rabroué par ce dernier pour son inefficacité, Irénée n’a pas le cœur à l’ouvrage car il sait qu’il a un don et qu’il se doit de l’assumer en dehors des caisses d’anchois et des paniers de croissants. En effet, il est persuadé d’être né pour être acteur au cinéma. Un jour, une équipe de tournage fait halte devant l’épicerie. L’opportunité est trop grande pour Irénée qui tente de faire valoir son talent. Comprenant qu’ils ont affaire à un schpountz, les techniciens s’amusent avec lui et lui propose, à l’issue d’une représentation spontanée, un contrat extraordinaire pour faire du cinéma. Devant l’incompréhension de son oncle et aveuglé par sa naïveté, Irénée décide de partir pour Paris rejoindre les studios cinématographiques. Arrivé sur place, il ne tarde pas à s’apercevoir qu’il est très difficile de faire valoir son contrat et se fait jeter à moult reprises. Ayant retrouvé l’équipe des techniciens, Irénée fait à nouveau l’objet d’une farce qui cette fois-ci lui ouvre les yeux. Il décide alors de tourner la situation à son avantage et de prendre ses détracteurs à leur propre jeu.

Par Phibes, le 15/07/2017

Notre avis sur l'album Le schpountz

La superbe collection créée par Bamboo et dédiée au romancier cinéaste Marcel Pagnol prend du volume. Après La gloire de mon père, le château de ma mère, Merlusse et Topaze, c’est au tour de la célèbre œuvre cinématographique Le Schpountz réalisée en 1938 et interprétée par le charismatique Fernandel à être mise en valeur dans un format illustré.

L’on pourra saluer la grande qualité de cet ouvrage qui a l’avantage d’une part de traiter le sujet dans son intégralité en un seul opus et d’autre part, de le présenter dans cette forme qui lui sied à merveille et qui fait l’apologie de l’humour. Toujours sous le couvert de Nicolas Pagnol, petit-fils du plébiscité, et retravaillée pour les besoins de cette initiative éditoriale par Serge Scotto et Eric Stoffel, les coscénaristes patenté de la saga, nous découvrons le remuant Irénée, commis-épicier de son état qui a comme passion le cinéma et qui va chercher à l’assouvir opportunément.

On ne pourra qu’être subjugué par l’excellence des dialogues (dont certains sont passés à la postérité comme les différentes tirades sur un extrait du code pénal) desquels les accents chantants de Marseille semblent fuser. On ne peut plus fleurie et emplie de ferveur, cette adaptation très fidèle se démoule naturellement, selon un concept théâtral enchanteur, mêlant avec beaucoup de justesse, tragédie et comique. Evidemment, Irénée crève « l’écran » et en véritable fada nous attire dans son appétence cinématographique incertaine. Aussi, les effets sont immédiats, on rit généreusement de toutes ses galéjades, on le plaint eu égard à sa naïveté dans laquelle il se noie et on applaudit quand il se réveille.

Au niveau de la mise en images, le travail d’Efix est généreux (plus de 80 pages) et resplendissant. Dans un semi-réalisme parfois caricatural réellement accrocheur qu’il maîtrise sans ambiguïté, l’artiste croque la destinée d’Irénée dans une frénésie rafraîchissante. Son amusement est perceptible, au point qu’il n’hésite pas à certains moments à faire évoluer des personnages qui n’ont rien à voir avec l’histoire. Ses nombreux décors sont particulièrement soignés et servent efficacement de fonds à des personnages terriblement irrésistibles.

Une adaptation jouissive à la portée de tous, gorgée d’humour et empreint de modernité, à lire absolument et qui vous donne réellement envie de (re)voir le film originel.

Par , le

Les albums de la série MARCEL PAGNOL

Nos interviews liées

EFIX

Cedric pour SCENEARIO.COM : Etes vous comme la plupart des auteurs Bd « tombé dedans tout petit » ?
EFIX:
Un jour, pour mes 4 ans, mon père m'a offert « L'AFFAIRE TOURNESOL ». Ce jour là, je ne me souviens même plus si je savais déjà lire mais ce qui est encore tout frais, c'est qu'à la dernière page de ce merveilleux livre, une idée lumineuse s'est imposée : je serai auteur de bandes dessinées ! Au moment du lycée, ça m'a procuré un super avantage sur mes potes. Je ne me suis jamais demandé ce que je voulais faire plus tard puisque je le savais. Malgré le chaos de ma scolarité, j'ai toujours vécu ça comme un drôle de don. Car si vraiment j'en avais un, c'est celui-là : le don de la conviction. La prétention suprême, quoi ! C'est marrant mais je ne pense pas être quelqu'un de très sûr de soi mais je dois reconnaître que dans ce domaine, ça a toujours été imaginé avec candeur : « - Caisseu tu veux faire plus tard ?- Ben, de la bande dessinée, pourquoi ? »

Cedric pour SCENEARIO [...]

Lire la suite ›

EFIX

SCENEARIO.COM: Peux-tu te présenter et quel a été ton parcours professionnel ?

FX: "My name is Robert. François-Xavier Robert", comme aurait dit un autre serviteur de sa majesté la reine des pommes.
Quand un copain en CM2, fou de BD, comme moi, a su que certaines initiales pouvaient se transformer en surnom (vous connaissez Georges Remi ?), il a immédiatement transformé F.X. en efix. Et c'est comme ça que j'ai commencé
à signer mes premières BD (une parodie de Goldorak, à l'époque).
A 10 ans, je ne mesurais pas la prétention d'une comparaison entre mon aœûûûvre naissante et celle finissante du grand Hergé.
Je ne faisais qu'ajouter une pierre à mon petit édifice personnel : "Quand je serai grand, je serai dessinateur de BD !" [...]

Lire la suite ›

Eric STOFFEL et Olivier THOMAS

Questions pour Olivier Thomas:

Sceneario.com: Olivier, juste quelques mots pour qu'on vous connaisse un peu plus. Comment êtes vous arrivé à la BD?

Olivier Thomas:Par passion ! J'ai été élevé à la BD franco belge, puis au Fluide Glacial. Au lycée je me suis mis à dessiner des planches dans mon coin, et plus tard, alors que j'étais étudiant à Marseille, j'ai suivi les Ateliers de Jean Louis Mourier et Herlé.
Diplôme en poche, j'ai décidé de rester à Marseille que j'aimais bien, mais il n'y avait pas de boulot pour moi, alors je me suis mis au dessin pour en vivre... Ca a précipité les choses : J'ai rencontré Eric Stoffel, avec qui nous avons commencé ARVANDOR [...]

Lire la suite ›