MALGRE NOUS #1 Elsaß

voir la série MALGRE NOUS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

QUADRANTS

Genre :

Fiction

Historique

Sortie :
ISBN : 9782302007314

Résumé de l'album Elsaß


Du haut de ses 21 ans, le jeune Louis Fischer se sent Français. Mais avec un père qui s’est battu pour l’Allemagne en 1917 et qui se fiche bien de sous quel drapeau il vit du moment qu’il vit en paix, avec les frontières de son pays qui évoluent au gré des conflits, avec un frère tombé au combat et avec, en cette année 1941, une oppressante occupation allemande de la région imposant par la force les doctrines nazies, Louis sait les risques qu’il encourt à revendiquer son identité de cœur.

Paradoxalement, lorsqu’il devra partir dans les rangs de jeunesses hitlériennes, il en tirera la satisfaction de quitter le foyer familial où les conversations politiques mettaient en lumière les divergences de pensées entre son père et lui et rappelaient à leur souvenir à tous la douloureuse perte de son frère. Son enrôlement ne l’enjouait cependant pas, la raison prenant le dessus, et il rejetait la propagande qu’on lui servait...

Mais d’avoir vu sa sœur aux bras d’un Boche et de voir sa petite amie s’éloigner de lui pour des raisons qu’il n’acceptait pas l’ont fait un soir se perdre dans l’alcool... Ce qui l’a conduit à être arrêté par la police, et ce fut par les services d’un ancien camarade qui voulait tenir sur lui une revanche et qui l’a, pour se venger, envoyé servir dans la Waffen SS, dans le genre d’unité où la première étape pour l'encadrement est de faire perdre sa libre pensée et son libre arbitre aux hommes...
 

Par Sylvestre, le 28/09/2009

Notre avis sur l'album Elsaß


On se rappelle de la série Le Boche, de Bardet et Stalner, qui touchait du doigt le sujet de l’identité alsacienne apatride en la personne de son héros avant de proposer une aventure au cours de laquelle ce prétexte identitaire se délayait ensuite. Avec Malgré nous, Thierry Gloris et Marie Terray abordent également le thème et semblent vouloir ancrer ce malaise de toute une génération bien plus profond dans leur récit historique.

Le scénariste prévient, cependant, dans son préambule, que Malgré nous est une pure fiction. Mais n’entendez pas par là qu’il traite le sujet avec une quelconque envie de faire de l’historique sans s’être documenté. En effet, on sent bien qu’il a fallu qu’il recueille des témoignages et qu’il compulse des livres pour nous offrir cette histoire qui sinon n’aurait pas manqué de montrer rapidement des lacunes. Simplement, il a plutôt voulu s’attacher à suivre un héros lambda et en dépeindre sa vie quotidienne sous l’occupation l’a forcé à être sérieux sur le contexte. (On notera simplement des fautes de Hochdeutsch, ce qui est dommage dans l’objectif de perfection mais ce qui ne nuit en rien à la lecture de l’album par des lecteurs avant tout francophones !)

Ce tome 1, Elsaß (Alsace), est donc une lecture intéressante et fort agréable, avec un scénario un peu téléfilm mais qui sied parfaitement à son traitement en bandes dessinées. L’excellent dessin à l’aquarelle signé Marie Terray est d’ailleurs très adéquat, assurant ce petit côté "passé" qu’on apprécie aussi par exemple dans les œuvres de Gibrat. On notera en passant les effets de couleurs, comme cette dominante de couleurs roses lorsqu’il s’agit de scènes romantiques, ou ces teintes plus sombres dès lors que l’oppression nazie est de mise...

Vous l’avez compris, Malgré nous se présente comme une œuvre répondant sur tous les tableaux à ce que l’on attend en BD d’une bonne fiction historique. Et avec un héros au cœur meurtri du côté amoureux et corrompu du côté politique, on peut s'attendre à des rebondissements qui en feront à n'en pas douter une lecture à recommander fortement !
 

Par , le

Les albums de la série MALGRE NOUS

Nos interviews liées

Souvenirs d'un Elficologe par Thierry Gloris, scénariste.

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce début d’année 2009 est très chargé pour toi. : en janvier, Saint-Germain (chez glénat), en février le troisième et dernier tome du Codex Angelique puis, pour le mois de marc , Souvenirs d’un elficologue chez Soleil. Les hasards du calendrier, me diras tu. Mais intéressons nous donc à Souvenirs d’un elficologue, ta nouvelle série chez Soleil Celtic. Peux-tu nous en faire un pitch rapide ? Nous presenter le départ de cette série ?
Thierry Gloris : Le monde celtique et ses légendes n’est guère accessible pour le non initié : Korrigans, ondine, feys, cromlech… Tout un univers à apprivoiser si l’on n’est pas né dedans. Il n’existe pas de bible, ni de dogmes prédéfinis. Le « celtisme » forme un corpus disparate formé de bribes d’anciens poèmes épiques chantés et d’ajouts plus ou moins heureux issus des contes retransmis oralement lors des veillées des siècles passés [...]

Lire la suite ›

Les secrets de Saint-Germain

Sceneario.com : Bonjour Thierry. Ce mois de janvier 2009 voit apparaître un nouvel héros et une nouvelle série dans le monde de la bande dessinée : Saint-Germain. Œuvre qui se situe sous le règne de Louis XV. Peux tu nous présenter ce nouveau héros ? Ainsi que ses compagnons ?
Thierry Gloris : Maximilien Dubet de Mondou, dit « Le comte de Saint Germain » est un personnage ambigu, qui travaille en tant qu’agent secret pour Louis XV mais poursuit simultanément ses propres objectifs. Ses origines sont nébuleuses, ses motivations mystérieuses. Ceci étant dit, il est un archétype du héros positif et pragmatique. Jamais pris à court d’humour, il préfère rire de la mort plutôt que de la craindre. Nous verrons au fur et à mesure des épisodes qu’un tel tempérament n’est pas inné mais s’est construit sur de nombreux drames personnels [...]

Lire la suite ›

Thierry GLORIS & Mikael BOURGOIN pour Le Codex Angélique tome 2

SCENEARIO : Bonjour Thierry. Bonjour Mikaël 
Pouvez-vous faire une présentation de Thierry Gloris et de Mikaël Bourgoin pour les internautes : sur votre parcours avant la publication de votre première BD Le Codex Angélique ?

Thierry Gloris : J’ai commencé par des études d’histoire que j’ai poussées jusqu’au DEA, puis je suis passé par une licence de communication. Avant de me lancer sur la voie logique du CAPES pour devenir professeur, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire et je me suis rendu compte que ce qui m’importait le plus n’était pas l’histoire mais raconter DES histoires. J’ai alors commencé, avec un ami qui faisait les Beaux-Arts, à monter des projets pour l’édition. J’ai progressivement rencontré de nouvelles personnes (professionnels, dessinateurs amateurs, éditeurs…) qui m’ont orienté, critiqué, et j’ai dû prendre mon bâton de pèlerin car le chemin allait être long avant de décrocher le saint Graal du premier contrat [...]

Lire la suite ›