MAGAZINE MALIKA Juillet 2008

voir la série MAGAZINE MALIKA
Dessinateurs :



Scénaristes :



Éditions :

PRESSE

Genre :

Josei

Manga

Presse

Sortie :

Résumé de l'album Juillet 2008


Malika est un magazine japonais de prépublication de manga destiné aux amatrices et aux amateurs de titres de style jôsei. Avec sa couverture souple et ses mensurations (!) généreuses (un bon 26cm par 18cm) cette publication propose mensuellement plus de 340 pages parmi lesquelles on compte un nombre insignifiant de pages de publicités – pour ainsi dire : pas.

Sceneario.com se fait l’écho de la presse spécialisée BD autant qu’il le peut. Vous me direz alors que ce n’est peut-être pas une raison assez forte pour aller chercher à l’autre bout du monde (fût-ce dans un pays grand producteur de bandes dessinées) des magazines à chroniquer...

Je vous rétorquerais alors que si ce numéro de Malika a gagné sa place dans notre base de données, c’est parce qu’il est quand même un numéro bien spécial en son genre ; à vous de juger !
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Juillet 2008


342 pages, pour être plus précis ; en comptant les pages de la première de couverture jusqu’à la quatrième de couv, à l’opposé (dans le sens de lecture japonais, bien entendu !) C’est le nombre de pages mis en avant pour attirer les Japonais(es) amateurs(trices) de jôsei vers ce magazine qui est composé, ce mois de juillet 2008, par non moins d’une quinzaine d’extraits d’histoires originales différentes commençant, en cours ou à suivre.

Ce qui fait l’intérêt de ce numéro (allez, je ne vous laisse pas trépigner plus longtemps !), c’est qu’il compte parmi ses prépublications une série de planches signées... par notre Vanyda nationale ! Le rêve de tout mangaka français, je suppose : voir son travail publié au pays du soleil levant ! Et c’est chose faite pour la Chaurienne d’origine établie depuis à Lille où elle travaille en atelier avec des amis avec lesquels elle a usé les bancs de l’Académie des Beaux-Arts de Tournai.

Huit pages. Placées dans un cahier central d’un format un peu plus petit que celui du magazine ; et sur un papier un peu moins noble. C’est peu et peut-être un peu frustrant pour l’auteure, mais c’est aussi pour elle à n’en pas douter un grand pas dans sa carrière et une grande satisfaction. Huit pages à lire dans le sens de lecture français. L’ultimatum...

Oh, bien sûr, ne comptez pas sur moi pour vous préciser de quoi il est question, le fond de l’histoire, puisque je ne comprends pas le Japonais. Ne me demandez donc pas non plus si la mention « End » signifie que le prochain numéro de Malika verra une suite à cette histoire ou une autre nouvelle, indépendante (ça s'appellera en tout cas normalement La visite). Je n’irai pas embêter Vanyda avec mes questions ; je ferai comme pour les manga japonais que je lis et dont la réalisation est en cours au Japon : j’attendrai que le titre soit traduit dans la langue de Molière !

Cette chronique en forme de grand bravo à Vanyda, donc, dont le travail est d’ailleurs supérieur en qualité à plusieurs des autres épisodes rassemblés.

Enfin, voici dans l’ordre d’apparition la liste des auteur(e)s concerné(e)s – moins les deux ou trois dont je n’ai pas vu le nom apparaître en caractères latins :

Fujisue Sakura* (l’auteure de Comme elles), Takeda Mito*, Sakurazawa Erica* (Body & Soul), Misato Konari, Matsuda Naoko, Ogura Fuyumi*, Sakuta Hiromi, Harada Rika (Amours félines), Utsuro Akiko, Vanyda (L’immeuble d’en face, L’année du dragon), Yumi Unita*, Naomi Lemon et Shino Yukiko.

Les auteur(e)s dont le nom est suivi d’une astérisque ont l’honneur, dans ce magazine, de la bichromie sur leurs planches ou d’une page en couleurs...

Je ne vous dis pas « bonne lecture », si comme moi vous n’y entendez rien en Japonais. Je dis alors plutôt : « bonne chasse au collector » aux fans de Vanyda !   : -)
 

Par , le

Les albums de la série MAGAZINE MALIKA

Nos interviews liées

Rencontre avec Vanyda

Sceneario.com : Bonjour Vanyda. Ma première question va concerner tes débuts, puisque le fait d’avoir fréquenté l’Ecole des Beaux-Arts de Tournai t’a fait rencontrer des gens, en particulier François Duprat avec lequel tu as pas mal travaillé et avec qui tu as sorti ta première BD : L’année du dragon. Est-ce que ça te paraissait plus facile de réaliser une première BD avec quelqu’un d’autre plutôt que toute seule ?

Vanyda :
Non, ça s’est fait un peu par hasard. En fait, avec François, on avait remarqué qu’on avait des univers assez proches avec pour chacun, pourtant, une influence différente : lui était plutôt "Franco-Belge" et moi j’étais plutôt "Manga". Puis il y a eu ce concours organisé par les éditions Tonkam dont le thème était les dragons et c’est sur ce projet-là qu’on a décidé de travailler ensemble [...]

Lire la suite ›