Lueur de nuit

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Contes

Fantastique

Poésie

Sortie :
ISBN : 978272349272n

Résumé de l'album Lueur de nuit

Pris dans une monstrueuse tempête, alors que leur bateau menace de sombrer sous les coups de boutoir d’immenses vagues déferlantes, un couple et leur fils Joshua ouvrent un mystérieux coffret dont ils tirent chacun une bougie dont la lueur les protégera, … aussi longtemps qu’elles resteront allumées.

Par Olivier, le 06/09/2013

Notre avis sur l'album Lueur de nuit

A quelques temps de là, trois enfants, Martin, Gabriel et Emile, dont le quotidien est fait de débrouillardise, de petits larcins et de pieds de nez aux institutions échappent de peu à la maréchaussée qui les poursuit pour avoir subtilisé la bourse d’une bourgeoise.
Ils trouvent refuge dans une abbaye en ruine, un endroit lugubre et froid, où étrangement, les murs sont envahis d’algues et de coquillages.
Fatigués, ils dévorent une miche de pain achetée avec le fruit de leur larcin et s’allongent à même le sol, partagés entre une sourde angoisse de dormir dans ce lieu et le fait de ne pas être à la cloche.
Durand la nuit, chacun d’eux va se retrouver victime d’étranges phénomènes. Sont-ce des hallucinations, la projection de leurs peurs et angoisses ou la présence du petit Joshua qui a trouvé refuge lui aussi dans l’abbaye et qui pour se protéger, ouvre par la magie de sa chandelle la porte à un monde terrifiant.

Après la cité de l’Arche, Olivier Boiscommun nous entraine au cœur d’un conte fantastique, un récit envoutant, au scenario terriblement efficace qui vous plonge au beau milieu d’une tempête homérique aux échos fracassants pour vous lâcher ensuite dans le chœur d’une abbaye dont la réputation maudite ne semble pas usurpée.
Par la magie appelée par la flamme de la bougie, le jeune Joshua, traumatisé par la perte de ses parents, appelle d’étranges sortilèges, des créatures et des esprits effroyables qui repoussent toute intrusion dans son univers. Seul, terrifié, il rejette avec haine et violence toute tentative de contact avec Martin, Gabriel ou Emile, déchainant à leur encontre une cohorte de visions effroyables.
Le récit est poignant, d’une subtile richesse émotionnelle portée par les dialogues et le dessin. La palette de sentiments qui s’expriment par les yeux de ces enfants emporterait à elle seule l’empathie du lecteur. L’art du dessinateur semble s’être condensé dans ces regards et toute leur âme, leur désirs, leurs peurs et envies nous saisissent et nous émeuvent.

Lueur de nuit est un conte qui vit, qui respire, on sent une réelle palpitation au fil des planches et on imaginerait tout à fait son passage en film d’animation.
La magie qui habite chaque case, le mystère et la poésie qui perlent derrière chaque phrase, le dessin dont chaque trait est mouvement font de ce nouvel album d’Olivier Boiscommun, tout en couleurs directes, un des must de la rentrée.

Par , le

Nos interviews liées

O.G. Boiscommun

Un entretien avec Olivier G. Boiscommun


Interviewer : Berthold
Image & Son Mat & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec les créateurs de Meutes

Rencontre avec Jean Dufaux et Olivier Boiscommun à l'occasion de la sortie de Meutes


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Olivier Boiscommun

Interview d'Olivier Boiscommun réalisé durant le Festival de Saint Malo en octobre 2010.

[...]

Lire la suite ›

entretien avec Olivier G. Boiscommun

Sceneario.com : Tu as toujours eu envie de faire de la bande dessinée ? Quels étaient tes rêves d’enfant ? Olivier G. Boiscommun : J'ai toujours dessiné, écrit aussi. 
Enfant je voulais retrouver le plaisir que j’avais en lisant des albums de bande dessinée et raconter moi aussi des histoires, quelque soit le biais. Mon père était architecte. Il faisait de la bande dessinée pour son plaisir. Du coup, la bande dessinée m’apparaissait comme quelque chose d’abstrait et surtout pas un moyen de gagner sa vie. 
Ayant toujours beaucoup dessiné, je me suis naturellement dirigé vers le dessin, plus particulièrement vers la publicité. J’avais à l’idée de faire de la bande dessinée pour moi. Quand j’ai démarré on embauchait à tour de bras. 
Et puis à un moment les choses se sont un peu calmées [...]

Lire la suite ›