LONG JOHN SILVER #3 Le labyrinthe d'émeraude

voir la série LONG JOHN SILVER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Adaptation

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782205063486

Résumé de l'album Le labyrinthe d'émeraude

La traversée de l'Atlantique n'a pas été sans laisser de traces sur l'équipe du Neptune. Enfin du répit pour les hommes de Long John Silver. Un répit très vite écourté par la visite de l'immense forêt sombre et hostile. A la recherche de la mythique cité de Guyanacapac et de son trésor, l'aventure continue.

Par Aub, le 24/05/2010

Notre avis sur l'album Le labyrinthe d'émeraude

Certainement l'un des albums les plus attendus de ce premier semestre 2010, le tome 3 de Long John Silver est à la hauteur de nos attentes. Dès les premières pages nous sommes happés par la première planche, qui d'entrée de jeu est une double page... Au milieu de la tempête, avec un mal de mer qui se fait sentir pour nous, lecteurs, Mathieu Lauffray nous offre une première double page grandiose. Dès le début de l'album il est à nouveau au sommet de son art.

Le scénario lui aussi est toujours aussi bon. Les rebondissements dans les évènements et le rythme donné à l'aventure en font une Bande Dessinée très réussie, et ce troisième tome est tout aussi grandiose que les deux premiers. Le suspense est à chaque page, et avec son talent de narration, Xavier Dorrison nous offre des frissons dans la moiteur des lieux explorés. Nous pouvons entendre les animaux sauvages, sentir les odeurs de vase, voir la noirceur de cette forêt verte si hostile aux hommes. Il fait bon sentir l'or du trésor, même si l'odeur de la mort reste encore bien plus forte. Les frissons de la cruauté des pirates, mais aussi leur sensibilité parfois si mal cachée, donne une humanité à cette bande de sauvages prête à tout pour revenir riche de cette aventure fantastique.

Nous ne sommes que de petits lecteurs devant cette série immense. Merci.

Par , le

Allons, moussaillons !
Si vous ouvrez les pages de ce Labyrinthe d'émeraude, c'est que vous avez des tripes ! C'est que vous n'êtes pas des petits joueurs ! C'est que vous savez ce qui vous y attend et ce que vous ont mijoté le captaine Long John Dorison et son second, Matthew Lauffray !

Pour vous mettre en condition, une double page nous montre le Neptune pris dans la tourmente, puis vient une image d'accalmie où nous suivons le docteur Livesey se promenant sur le pont du navire pour voir les dégâts, que ce soit ceux du Neptune ou ceux humains. Ce sont des images fortes qui nous montrent que l'homme est bien peu de choses face aux colères de la nature après la bêtise des hommes.
Mais Dorison va aussi nous donner des frayeurs avec ce Neptune qui va essayer de se frayer un passage parmi les récifs de ces terres inconnues de l'Amazonas, où les marins se lancent sur la piste du Nemrod et du trésor qui se trouve quelque part par là.

Ces scènes sont vraiment angoissantes jusqu'à ce que vous arriviez à des pages de calme (avant la tempête ? ).
Le scénario est toujours aussi prenant et réussi que ce que nous avons lu dans les deux premiers tomes. Et puis, vous allez vous retrouver face à de nouvelles angoisses avec ce qui attend le Neptune. Il y a une sacré atmosphère digne des meilleurs films d'épouvante. Dorison nous prend et nous plonge dans la moiteur de cette jungle infectée de moustiques. Alors, qu'y a-t-il là, à l'intérieur des terres?

Matthieu Lauffray explose de talent sur cette oeuvre. Il y a des pages qui m'ont estomaqué, surpris, où je suis resté béat d'admiration (l'arrivée sur la route de Guyanapac) et les couleurs ! Magnifiques !
Il a su concocter l'ambiance qu'il fallait pour ce récit. Le lecteur a l'impression d'être pris dans la moiteur, dans la tempête, il a des embruns sur lui, les moustiques qui le piquent et la peur qui le taraude !

Le labyrinthe d'émeraude confirme tout le bien déjà dit sur cette série.

Hardi, pirates d'eaux douces ! Plus qu'un tome pour avoir la conclusion de ce déjà classique de la bande dessinée.

Par , le

La suite de cette aventure reste très réussie. Les auteurs parviennent, en effet, à nous entraîner dans un univers qui frôle le Monde Perdu. En entrant dans ce fleuve caché et inquiétant, Dorison ouvre une porte qui nous éloigne encore un peu plus du modèle qu’était L’Ile au trésor. Mais la sève originelle a été préservée, à savoir le goût de l’aventure et la petite folie qui poussait des hommes à se dépasser pour de nouveaux horizons.

Un grand bravo à Lauffray pour ses planches toujours aussi belles et envoûtantes, avec ces grands dessins d’une réelle intensité. Les pages semblent happer le lecteur et l’entraîner dans la tempête aux côtés du roi des pirates.

Par , le

Les albums de la série LONG JOHN SILVER

Nos interviews liées

Un entretien avec Xavier Dorison pour la sortie de sa nouvelle série : Red Skin

Avec Red Skin, Xavier Dorison nous plonge dans un univers inspiré comics qui entremêle bien harmonieusement super-héros, humour, sensualité, action en tout genre et affrontements idéologiques.

Interviewer : Olivier
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Xavier Dorison Scénariste de Long John Silver

Sceneario.com : comment à débuter cette association avec Matthieu Lauffray ?
Xavier Dorison: Entre Mathieu et moi, c'est une longue histoire d'amitié et de collaboration de plus de 10 ans et que je ne pourrais pas résumer ici... Pour faire court, j'ai écrit les séquenciers des 4 tomes de LJS en les "visualisant" dessinés par Mathieu... Et sans espérer une seconde que ce soit possible ! A la fois pour des raisons de disponibilité et, sans doute, parce que je n'osais pas espérer qu'ils lui plaisent. François Lebescond a eu le courage que je n'avais pas et a joué les entremeteurs. Mathieu a aimé et a trouvé la disponibilité en question....
Après, il s'est "emparé" du sujet (dans le meilleur sens du terme) et nous le travaillons ensemble. Nous sommes maintenant comme les personnages de cette histoire. Tous les deux sur le bateau, essayant de le faire avancer en utilisant nos forces et métiers respectifs [...]

Lire la suite ›

Mathieu LAUFFRAY pour Long John Silver

Sceneario.com: Quelles sont vos influences ?
Mathieu LAUFFRAY: Je ne sais pas vraiment. Cela paraît simple et pourtant c’est une question compliquée. J’aime beaucoup de chose, j’aime regarder, j’admire les victoires des autres, parfois les miennes quand mon intention passe selon mon souhait . Mais aimer voir et aimer faire sont deux choses différentes.
Je pense qu’aujourd’hui je reviens naturellement vers ce qui m’a fait découvrir la beauté du dessin au tout début. Ce moment de transition entre culture classique et redécouverte de la stylisation. J’aime les écoles françaises et Américaine de la fin du 19e et du début 20e.
Les deux premières bandes dessinées qui on compté pour moi sont « Tintin » et « Little Nemo » de Windsor McKay. Les deux à égales forces et je les cites car elles illustrent un sacré grand écart stylistique ! Or, j’adore les deux [...]

Lire la suite ›

Sanctuaire Remined tome 1

Sceneario.com : Qu’est-ce qui vous a décidé à proposer une adaptation manga de votre série ?
Xavier Dorison : L’une des raisons de ce choix est liée au fait que, lorsque l’on travaille sur une BD franco-belge, on a une place limitée. Il y a une forme d’essentiel, de radicalisme. Le manga permet de développer les univers et les personnages. On savait que Sanctuaire offrait des pistes à emprunter et nous avions le choix des auteurs. Cela est donc apparu comme une bonne idée. En outre, cela permettait d’accompagner le développement de Shôgun mag. Sceneario.com : Aviez-vous des contraintes pour la reprise du scénario ?
Stéphane Betbeder : On avait toute latitude. On ne souhaitait pas faire une simple adaptation mais une réelle interprétation. L’objectif était de s’approprier l’univers de Sanctuaire [...]

Lire la suite ›