LONG JOHN SILVER #4 Guyanacapac

voir la série LONG JOHN SILVER
Dessinateur :


Scénaristes :



Éditions :

DARGAUD

Genre :

Adaptation

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782205067514

Résumé de l'album Guyanacapac

Les membres rescapés du Neptune, embourbés et perdus dans la forêt amazonienne, découvrent la formidable et néammoins mystérieuse cité de Guyanacapac. Proche du trésors, la cité ne se laisse pas approcher. Des varans géants gardent sauvagement les lieux. Long John Silver, « La murène », le docteur Livesey et ce qui reste de l’équipage vont tenter de pénétrer dans la pyramide.
Au pied de celle-ci, des restes de conquistadors espagnols, qui avaient piégé l’endroit pour le détruire, laissent présager quelques difficultés toutes plus surprenantes les unes que les autres.

Par Aub, le 27/04/2013

Notre avis sur l'album Guyanacapac

Certainement l'album le plus attendu de ce premier semestre 2013, LJS4 comme il a été surnommé, alias Long John Silver tome 4, a débarqué dans les librairies fin d'avril.
Bien avant d'en connaitre le contenu, que la presse n'en parle, avant les premiers retours de lecteur, avant même de l'avoir feuilleté, nous savions que nous aurions là un 4° opus formidable.
Cet engoument pour cette série ne date pas d'hier, mais bel et bien dès la sortie du premier tome. Largement encensé par la critique, Long John Silver tome 1 (Prix 2017 des Rédacteurs de Sceneario.com, entre autre...) revisite L'île au trésor, le chef d’œuvre de R.L Stevenson. Sans prétention aucune, Mathieu Lauffray et Xavier Dorison souhaitaient rendre hommage à ce super roman.
Dès les premières pages du 1° tome de la Bande Dessinée, il y avait quelque chose qui nous faisait dire qu'il y avait là un chef d'oeuvre de 9° art...

L'Ile au Trésor cette formidable Histoire qui a marqué tant de génération a été reprise par ces deux grands auteurs de talents que sont Dorison et Lauffray. Ils ont réussi à s'approprier ce récit sans le dénaturer, mais en y apportant subtilement leur touche personnelle. Mathieu Lauffray, homme d'images (Cinéma, BD...), Xavier Dorison, scénariste créatif (Sanctuaire, WEST...), ce couple d'auteurs remarquablement doués nous a litéralement porté sur cette Ile au Trésor.
La Bande Dessinée donne un second souffle à l'oeuvre de Stevenson, nous donnant même envie de nous replonger dans le roman.

Dans le 4° opus, les amoureux de piraterie n'y retrouveront pas les codes habituels, pas de bateau ni de combats maritimes, juste la bonne vieille terrre, mais quoi de plus normal quand on s'approche du trésor...
Dans cet ultime volume, cette pointe de fantastique ne suprend pas et ne dénature aucunement l'histoire. Mélange de dieux païens, de monstres "Lovecrafnien", il fallait une fin digne de ce nom à Long John Silver. Les auteurs ont réussit leur pari, Long John Silver se termine en beauté.

Le travail graphique de Mathieu Lauffray est grandiose. Son trait d'une rare qualité, d'une puissance indéniable qui nous laisse émerveillé devant chacune des planches. Entre la sortie du tome 1 en 2007 et ce 4° tome, se sont écoulés quelques 5 ans. Autant d'années qui n'ont fait que montrer la progression de Mathieu dans son trait, le magnifiant toujours plus.
Long John Silver 4 est la baffe de ce première semestre 2013.

Si je n'avais qu'une BD à emporter sur une île déserte, ça serait Long John Silver, alors l'île déserte deviendrait... l'île au trésor !

Par , le

Guyanacapac ! Quatrième et dernier tome de la série Long John Silver !
Enfin !
Le dénouement est enfin disponible chez vos libraires !
Enfin, je l'ai lu !

Parbleu ! Mais quelle claque ! Quelle classe ! Quelle conclusion ! Quelle tuerie que ce quatrième tome !
Je l'attendais ce livre, je l'appréhendais et, mildiou, je n'ai pas été déçu.
Ma foi, j'ai été embarqué dans cette ultime aventure riche en diverses révélations.
Comme Silver, Livesey, Dantzig et la Murène, nous allons arpenter les couloirs de ce lieu maudit, dangereux où la mort rôde. Nous allons découvrir quel sort attend les autres marins de la Neptune mais aussi ce que va rencontrer Lady Vivian. De plus, elle aussi va avoir droit à de sacrés surprises la concernant !
Xavier Dorison signe avec Long John Silver, une oeuvre qui restera dans les mémoires, un chef d'oeuvre du genre, un titre qui rend hommage à l'oeuvre de Stevenson : L'île au trésor.
Cette conclusion surpasse même les autres volumes de la saga (qui déjà, étaient d'un haut niveau !). Là, j'ai été embarqué dans ce récit dès les premières cases. Quand j'ai vu cette double page (pages 7 & 8), j'ai su que ce livre allait me marquer.
Les auteurs arrivent à faire monter la pression, à ne rien laisser au hasard pour vous donner l'émotion nécessaire à ce grand spectacle !

Et que dire de plus du dessin (et des couleurs) de Mathieu Lauffray qui n'a déjà été dit !
Là encore, je trouve que l'artiste se surpasse, nous offrant des planches frôlant le sublime ! Je ne vais pas tout vous énumérer tant il y a de la richesse graphique dans ces pages. D'ailleurs, le trésor que cherche Silver est surement les planches de Lauffray ! Quelle mise en scène aussi ! Tenez ! Pages 42 et suivantes : du cinémascope, du grand spectacle entre vos mains !

Le western a son oeuvre crépusculaire avec La Horde Sauvage de sam Peckinpah. Le récit de pirates a le sien avec Long John Silver !
Xavier Dorison et Mathieu Lauffray viennent de donner l'une des plus grandes oeuvres du genre avec ce récit en 4 tomes ! Une saga à ne pas manquer, sous aucun prétexte !

Allez, pour ma part, je vais m'ouvrir une bouteille de rhum et m'en boire une rasade à la santé du dernier des pirates : Long John Silver !
Et même à sa légende, dorénavant !

Par , le

Les albums de la série LONG JOHN SILVER

Nos interviews liées

Un entretien avec Xavier Dorison pour la sortie de sa nouvelle série : Red Skin

Avec Red Skin, Xavier Dorison nous plonge dans un univers inspiré comics qui entremêle bien harmonieusement super-héros, humour, sensualité, action en tout genre et affrontements idéologiques.

Interviewer : Olivier
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Xavier Dorison Scénariste de Long John Silver

Sceneario.com : comment à débuter cette association avec Matthieu Lauffray ?
Xavier Dorison: Entre Mathieu et moi, c'est une longue histoire d'amitié et de collaboration de plus de 10 ans et que je ne pourrais pas résumer ici... Pour faire court, j'ai écrit les séquenciers des 4 tomes de LJS en les "visualisant" dessinés par Mathieu... Et sans espérer une seconde que ce soit possible ! A la fois pour des raisons de disponibilité et, sans doute, parce que je n'osais pas espérer qu'ils lui plaisent. François Lebescond a eu le courage que je n'avais pas et a joué les entremeteurs. Mathieu a aimé et a trouvé la disponibilité en question....
Après, il s'est "emparé" du sujet (dans le meilleur sens du terme) et nous le travaillons ensemble. Nous sommes maintenant comme les personnages de cette histoire. Tous les deux sur le bateau, essayant de le faire avancer en utilisant nos forces et métiers respectifs [...]

Lire la suite ›

Mathieu LAUFFRAY pour Long John Silver

Sceneario.com: Quelles sont vos influences ?
Mathieu LAUFFRAY: Je ne sais pas vraiment. Cela paraît simple et pourtant c’est une question compliquée. J’aime beaucoup de chose, j’aime regarder, j’admire les victoires des autres, parfois les miennes quand mon intention passe selon mon souhait . Mais aimer voir et aimer faire sont deux choses différentes.
Je pense qu’aujourd’hui je reviens naturellement vers ce qui m’a fait découvrir la beauté du dessin au tout début. Ce moment de transition entre culture classique et redécouverte de la stylisation. J’aime les écoles françaises et Américaine de la fin du 19e et du début 20e.
Les deux premières bandes dessinées qui on compté pour moi sont « Tintin » et « Little Nemo » de Windsor McKay. Les deux à égales forces et je les cites car elles illustrent un sacré grand écart stylistique ! Or, j’adore les deux [...]

Lire la suite ›

Sanctuaire Remined tome 1

Sceneario.com : Qu’est-ce qui vous a décidé à proposer une adaptation manga de votre série ?
Xavier Dorison : L’une des raisons de ce choix est liée au fait que, lorsque l’on travaille sur une BD franco-belge, on a une place limitée. Il y a une forme d’essentiel, de radicalisme. Le manga permet de développer les univers et les personnages. On savait que Sanctuaire offrait des pistes à emprunter et nous avions le choix des auteurs. Cela est donc apparu comme une bonne idée. En outre, cela permettait d’accompagner le développement de Shôgun mag. Sceneario.com : Aviez-vous des contraintes pour la reprise du scénario ?
Stéphane Betbeder : On avait toute latitude. On ne souhaitait pas faire une simple adaptation mais une réelle interprétation. L’objectif était de s’approprier l’univers de Sanctuaire [...]

Lire la suite ›