LLOYD SINGER #4 Quantico

voir la série LLOYD SINGER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

BAMBOO

Collection :

Grand Angle

Genre :

Policier

Suspense

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782818902585

Résumé de l'album Quantico


Compte tenu des résultats très positifs qu'il a obtenu dans la gestion du dossier Zéna, Lloyd Singer, directeur financier au FBI, est appelé à devenir agent de terrain. Alors que ce dernier, hanté par ses démons, entame sa formation quelque peu grevée par les quolibets injustifiés de ses compagnons de promotion, l'agent spécial Simon La Bianca lui propose de s'occuper en même temps du cas de Patsy Lee. En effet, cette dernière a été victime d'un tueur en série qui sévit depuis une quinzaine d'année dans tous les Etats-Unis et qui a la particularité de tuer de belles jeunes femmes après les avoir défigurées et violées, et de signer son acte en abandonnant dans leurs bras une poupée musicale. Aussi, considérant l'opportunité que représente pour l'enquête le témoignage de la rescapée, Lloyd doit faire appel à ses aptitudes humaines et tenter de renouer le dialogue avec cette jeune femme profondément marquée par sa mésaventure.


 

Par Phibes, le 15/02/2011

Notre avis sur l'album Quantico


Après un premier cycle entreprenant et émotionnellement fort, l'atypique Lloyd Singer, par l'intermédiaire de ses créateurs, repart pour de nouvelles péripéties qui devraient s'étaler également sur trois tomes.


Quantico, du nom de la ville où se trouve réellement le centre de formation du FBI, donne déjà le ton de la nouvelle affaire, psychologiquement grave. Lloyd a quitté ses registres de comptabilité pour l'action de terrain, ce qui, en soi, est une révolution pour ce personnage qui devient évolutif et dont Luc Brunschwig a su, en premier lieu, nous faire apprécier sa double personnalité. Mais, semble-t-il non rassasié par cette image, il poursuit son introspection caractérielle de ce protagoniste tout en repartant dans une nouvelle affaire et en lui infligeant quelques secousses internes supplémentaires. Ainsi, la cohabitation entre Makabi et Lloyd semble devenir plus difficile, tout comme la finalité de ses actes sème le doute en lui. De plus, il se doit de gérer une crise familiale naissante via son frère convalescent et comble de malheur, subir une moquerie incessante de ses pairs. De fait, l’ambiance de ce tome n’affiche pas un climat des plus heureux et c’est tant mieux.


Là-dessus, se greffe la mission qui a été attribuée au futur agent spécial, celle de mettre en confiance une jeune femme qui a subi un choc émotionnel intense à la suite de l’agression d’un tueur en série. Reprenant un tant soit peu le même concept de départ que pour les Poupées russes, Luc Brunschwig entame une sorte de compte à rebours aléatoire en nous entraînant dans une enquête de longue haleine. La mise à plat du délicat dossier et ainsi donc de l’intrigue est ici réalisée via l’agent Ron de Vries. La parole ou plutôt l’action est ainsi donnée à Lloyd qui va pourvoir se distinguer dans des circonvolutions toujours ahurissantes compensant inévitablement avec ses déboires personnels.


Le coup de crayon efficace d’Olivier Neuray s’affirme sans contexte. Ce dernier démontre qu’il connaît plus que bien l’univers de Lloyd Singer qu’il restitue avec force dans une quête d’expressions on ne peut plus averties. Sans toutefois utiliser des effets picturaux racoleurs, il va à l’essentiel de son message et lui donne le mouvement qu’il convient. A ce titre, le travail sur les expressions de ses personnages suffit à lui seul pour nous attirer dans son sillage.


Une très bonne rentrée en matière dans une nouvelle affaire psychologiquement sinistre dont on attendra avec impatience la suite.


 

Par , le

Les albums de la série LLOYD SINGER

Nos interviews liées

Un entretien avec Luc Brunschwig

Sceneario.com : Commençons par le tome 4 d’Holmes. (Tiens, au fait, on n'est pas loin de Bob Morane avec Holmes et le personnage du Colonel Moran, l’un des criminels imaginé par Conan Doyle) ! Cette série, avec Cecil au dessin, n’est pas le genre de récit habituel que nous voyons sur le personnage de Sherlock Holmes. Ce n’est pas vraiment une enquête du célèbre détective du 221 Bis, Baker Street ?
Luc Brunschwig : En effet. Lorsqu'avec Cecil nous avons commencé à réfléchir ce projet, nous nous sommes dits qu'il serait fou d'espérer nous montrer aussi fûtés que Sherlock Holmes et son créateur Conan Doyle. Sherlock doit ses incroyables capacités au fait que la société anglaise victorienne était très codifiée. Il « suffisait » donc de posséder une connaissance pléthorique des codes de cette époque pour décoder d'un regard tout un tas de choses [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG

Entretien avec Luc BRUNSCHWIG pour la série URBAN (Editions Futuropolis) durant le 40° Festival International de la BANDE DESSINEE d'Angoulême. (2013).
Luc brunschwig par SCENEARIO Interviewer: Berthold et Melville
Images et son: Mat et Olivier
Montage: Aubert Une interview Off est visible à la fin du montage...Un grand moment de franche poilade. [...]

Lire la suite ›

Urban : une vision futuriste par Luc Brunschwig

Sceneario.com : Bonjour Luc. Tu as encore une actualité chargée pour cette rentrée 2011. Outre la sortie du nouveau spin-off tiré du Pouvoir des innocents, intitulé car l’enfer est ici (fin août 2011), tu nous proposes aussi Urban (sortie le 15 septembre 2011). Urban est un projet, je crois bien, que tu as porté sur plusieurs années. Peux tu nous raconter la genèse de ce récit.
Luc Brunschwig : En fait, ça remonte à loin, très loin… 1983, pour être précis, ce qui ne nous rajeunit pas. J’avais 16 ans… et j’écoutais du hard-rock comme tous les gamins de mon âge. Iron Maiden (dont un titre m’avait inspiré Angus Powderhill, un récit d’Héroïc-Fantasy), Scorpion et ACDC qui avait écrit dans la période Bon Scott (premier chanteur du groupe) un titre qui sonnait bien à l’oreille SIN CITY… ce titre m’avait fait fantasmé et je me suis mis à imaginer ce qui pouvait bien se cacher derrière lui : l’idée d’une ville vouée à tous les plaisirs, les raisons de son existence… 6 ans plus tard, SIN CITY a même été le second scénario que j’ai proposé à des éditeurs après le Pouvoir des Innocents (bon, un certain Frank Miller m’a soufflé le titre sous le nez, mais je jure que j’avais imaginé mon histoire avant lui) [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Luc Brunschwig pour Lloyd Singer et Les enfants de Jessica

Sceneario.com : Bonjour Luc. Ton actualité récente est donc la sortie du tome 5 de Lloyd Singer qui n’est autre que la série Makabi paru auparavant chez Dupuis, mais aussi la ressortie des quatre premiers tomes depuis janvier 2011 chez un nouvel éditeur Bamboo. Peux tu revenir sur cette affaire qui a du dérouter plus d’un lecteur ?
Luc Brunschwig : Disons qu’il s’agit essentiellement de problèmes de coulisses, qui ne devraient pas concerner les lecteurs… mais avec tous ces changements, il semble légitime d’expliquer ce qui s’est passé. Dupuis a signé MAKABI il y a 10 ans. Dans l’intervalle, un album est sorti, puis deux… puis, la maison belge a été rachetée par Media Participations. Ce rachat a pas mal déstabilisé notre éditeur. Nous avons changé 3 fois en 6 ans de directeurs de collection. Tous ont toujours soutenu MAKABI, mais il est vrai que leurs idées sur la façon de le défendre différaient considérablement [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG un auteur prolifique

Sceneario.com: Comment avez vous rencontré Vincent? Quels éléments particuliers vous ont décidé à travailler ensemble ?
Luc BRUNSCHWIG: Avec Vincent, c’est une vieille amitié… Vincent vient de la même école que Laurent Hirn (le dessinateur du Pouvoir des Innocents). Il habitait Strasbourg à l’époque où moi-même j’y habitais, nous avions quelques amis communs, on se rencontrait lors de mini-festivals organisés autour du renouveau de la BD en Alsace. J’appréciais beaucoup son travail, le côté très graphique de ses univers, son trait très personnel, même si je trouvais que tout son potentiel ne s’était pas exprimé sur sa première série le Cœur de Sang. Il y a chez lui un étrange mélange de force brute (faut avoir vu le gaillard) et de sensibilité (pour ne pas dire, de poésie), un cocktail qui fait toute la différence entre Angus Powderhill et une héroïc-fantasy que je qualifierai de plus classique. Il était vraiment l’homme de la situation.

Sceneario [...]

Lire la suite ›