LLOYD SINGER #7 Psychothérapie

voir la série LLOYD SINGER
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

BAMBOO

Collection :

Grand Angle

Genre :

Policier

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782818908419

Résumé de l'album Psychothérapie


En ce mois de décembre, la fratrie Singer participe à une séance de psychothérapie familiale menée par le Docteur Hannah Goldblum, afin de comprendre l'état d'anorexie dans lequel se trouve Esther, la sœur cadette. En effet, cette dernière est dans une situation de faiblesse extrême qu'il convient de traiter au plus vite. Rapidement, au cours de l'entretien, les langues se délient et permettent de découvrir que la cause de la maladie de la jeune femme trouve ses racines dans sa prime jeunesse. Qu'en est-il exactement ?

Pendant ce temps, à la suite d'une soirée de speed-dating peu engageante, un homme d'un âge avancé a décidé de quitter les réjouissances. Toutefois, posté dans son véhicule, il attend la fin des rencontres pour se focaliser sur une femme plutôt charismatique qui l'a marqué précédemment. Il se décide à épier ses faits et gestes, et prend position dans la maison même de celle-ci.


 

Par Phibes, le 04/03/2012

Notre avis sur l'album Psychothérapie


Pour notre plus grand plaisir, Lloyd Singer, l'ex comptable du FBI devenu agent de terrain revient parmi nous et ce pour de nouvelles péripéties qui devraient se décliner en deux volets. Cet épisode a son importance puisque, d'une part, il représente le 40ème album réalisé (dans la douleur semble-t-il !) par le scénariste et également annonce le changement de dessinateur dans la série.


Luc Brunschwig a vraiment le don de peser judicieusement sur les récits qu'il concocte, de façon à leur donner un côté secret, réversible et psychologiquement fort. Psychothérapie en est l'exemple parfait, déjà de par son intitulé évocateur mais aussi de par les deux histoires au déroulement parallèle. C'est ainsi que le lecteur est appelé à jongler entre les agissements ténébreux d'un vieil homme et la psychothérapie à laquelle participent les membres de la famille Singer, deux situations juxtaposées très habilement et qui, inévitablement ont quelque chose en commun.


Une nouvelle fois, la magie opère grâce aux circonvolutions scénaristiques qui, dans les deux cas, soulèvent des énigmes, du suspense et des rebondissements. Luc Brunschwig joue merveilleusement avec les situations, présentes et passées, et avec le charisme à contre-emploi de ses personnages. Certes, ces dernières n'engendrent pas la gaieté mais ont l'avantage d'attiser grandement, par leur facette humaniste, notre attention.


Olivier Neuray, dessinateur de la première heure de la série, cède, pour cette nouvelle donne, sa place à Olivier Martin. Nullement inconnu du scénaristique puisqu'ils ont déjà en commun le diptyque Face cachée, l'artiste possède le potentiel suffisant pour assurer la continuité graphique de la saga. A ce titre, il conviendra de soulever que ce dernier a bien assimilé l'univers pictural de son prédécesseur. Son trait est clair, précis, habile et bien évidemment explicite pour permettre de reconnaître les personnages récurrents, dans des séquences passées ou présentes.


Une première partie efficace pour ce troisième cycle d'un thriller contemporain que l'on pressent psychologiquement envoûtant.


 

Par , le

S'il y a bien un scénariste dont je surveille les sorties avec intérêt, c'est Luc Brunschwig. Depuis Le pouvoir des innocents, L'esprit de Warren et Makabi, une nouvelle série est un évènement.
Makabi est l'une de celle qui m'avait le plus surpris : du récit policier avec un agent du FBI plus que quelconque mais qui cache quelque chose et une histoire de famille qui s'est révélé fort passionnant dès le premier cycle.
Le second cycle a connu quelques déboires puisque la série a été stoppé chez Dupuis et est revenu chez un autre éditeur, Bamboo dans sa collection Grand Angle, lui a donné un nouveau titre : Lloyd Singer et ce nouveau format qui sied fort bien à la série.
Le second cycle s'est avéré aussi réussi que le précédent et le lecteur avait hâte de lire la suite.
C'est en ce mois de mars 2012, qu'est sorti le septième tome qui ouvre un nouveau cycle.
Là encore, Luc Brunschwig nous bluffe.
On commence le récit en étant témoin d'une scénace de speed-dating ou un vieil homme portant le numéro 22 tente de trouver l'âme soeur. Bon, là, c'est ce que l'on se dit. Puis, nous nous retrouvons dans une séance de psychothérapie familiale concernant la famille Singer. Nous allons en apprendre un peu plus sur la jeunesse de Lloyd et de ses frères et sœurs, surtout concernant les traumatismes de la maladie d'Esther, qui est en train de se laisser mourir.
Là, on se demande où nous mène le scénariste ? Est il en train de faire un tome spécial sur la famille ?
Là, on se trompe.
En effet, nous allons voir qu'une équipe du FBI mené par Simon, l'ami de Lloyd, travaille à rechercher et stopper un serial-killer.
Peu à peu, le suspense s'est installé. Le lecteur es pris par cette histoire et va découvrir un (ou plusieurs ?) secret du passé de la famille Singer et d'ailleurs, le final de ce tome va vous laisser pantois, ébahi avec la forte envie de lire le prochain épisode.
Luc Brunschwig s'affirme une nouvelle fois comme un grand scénariste, un grand conteur. Il a un don pour vous installer dans une histoire, dans l'ambiance. Il vous présente une famille comme si c'était la sienne et vous donne l'impression d'être avec des amis.

Pour ce nouveau cycle, c'est un nouveau dessinateur que nous retrouvons. Olivier Martin rejoint cette aventure et remplace Olivier Neuray. Le lecteur n'est pas décontenancé par le changement de graphisme. Martin nous a déjà montré son talent dans d'autres séries et se montre sous un nouveau jour avec Lloyd Singer.

Ce tome 7, intitulé Psychotérapie, est une bonne surprise, un nouveau départ pour cette série qui s'affirme comme l'une des plus réussies et intelligentes que l'on ait pu lire dans le genre !
A ne pas manquer !

Par , le

Les albums de la série LLOYD SINGER

Nos interviews liées

Un entretien avec Luc Brunschwig

Sceneario.com : Commençons par le tome 4 d’Holmes. (Tiens, au fait, on n'est pas loin de Bob Morane avec Holmes et le personnage du Colonel Moran, l’un des criminels imaginé par Conan Doyle) ! Cette série, avec Cecil au dessin, n’est pas le genre de récit habituel que nous voyons sur le personnage de Sherlock Holmes. Ce n’est pas vraiment une enquête du célèbre détective du 221 Bis, Baker Street ?
Luc Brunschwig : En effet. Lorsqu'avec Cecil nous avons commencé à réfléchir ce projet, nous nous sommes dits qu'il serait fou d'espérer nous montrer aussi fûtés que Sherlock Holmes et son créateur Conan Doyle. Sherlock doit ses incroyables capacités au fait que la société anglaise victorienne était très codifiée. Il « suffisait » donc de posséder une connaissance pléthorique des codes de cette époque pour décoder d'un regard tout un tas de choses [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG

Entretien avec Luc BRUNSCHWIG pour la série URBAN (Editions Futuropolis) durant le 40° Festival International de la BANDE DESSINEE d'Angoulême. (2013).
Luc brunschwig par SCENEARIO Interviewer: Berthold et Melville
Images et son: Mat et Olivier
Montage: Aubert Une interview Off est visible à la fin du montage...Un grand moment de franche poilade. [...]

Lire la suite ›

Urban : une vision futuriste par Luc Brunschwig

Sceneario.com : Bonjour Luc. Tu as encore une actualité chargée pour cette rentrée 2011. Outre la sortie du nouveau spin-off tiré du Pouvoir des innocents, intitulé car l’enfer est ici (fin août 2011), tu nous proposes aussi Urban (sortie le 15 septembre 2011). Urban est un projet, je crois bien, que tu as porté sur plusieurs années. Peux tu nous raconter la genèse de ce récit.
Luc Brunschwig : En fait, ça remonte à loin, très loin… 1983, pour être précis, ce qui ne nous rajeunit pas. J’avais 16 ans… et j’écoutais du hard-rock comme tous les gamins de mon âge. Iron Maiden (dont un titre m’avait inspiré Angus Powderhill, un récit d’Héroïc-Fantasy), Scorpion et ACDC qui avait écrit dans la période Bon Scott (premier chanteur du groupe) un titre qui sonnait bien à l’oreille SIN CITY… ce titre m’avait fait fantasmé et je me suis mis à imaginer ce qui pouvait bien se cacher derrière lui : l’idée d’une ville vouée à tous les plaisirs, les raisons de son existence… 6 ans plus tard, SIN CITY a même été le second scénario que j’ai proposé à des éditeurs après le Pouvoir des Innocents (bon, un certain Frank Miller m’a soufflé le titre sous le nez, mais je jure que j’avais imaginé mon histoire avant lui) [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Luc Brunschwig pour Lloyd Singer et Les enfants de Jessica

Sceneario.com : Bonjour Luc. Ton actualité récente est donc la sortie du tome 5 de Lloyd Singer qui n’est autre que la série Makabi paru auparavant chez Dupuis, mais aussi la ressortie des quatre premiers tomes depuis janvier 2011 chez un nouvel éditeur Bamboo. Peux tu revenir sur cette affaire qui a du dérouter plus d’un lecteur ?
Luc Brunschwig : Disons qu’il s’agit essentiellement de problèmes de coulisses, qui ne devraient pas concerner les lecteurs… mais avec tous ces changements, il semble légitime d’expliquer ce qui s’est passé. Dupuis a signé MAKABI il y a 10 ans. Dans l’intervalle, un album est sorti, puis deux… puis, la maison belge a été rachetée par Media Participations. Ce rachat a pas mal déstabilisé notre éditeur. Nous avons changé 3 fois en 6 ans de directeurs de collection. Tous ont toujours soutenu MAKABI, mais il est vrai que leurs idées sur la façon de le défendre différaient considérablement [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG un auteur prolifique

Sceneario.com: Comment avez vous rencontré Vincent? Quels éléments particuliers vous ont décidé à travailler ensemble ?
Luc BRUNSCHWIG: Avec Vincent, c’est une vieille amitié… Vincent vient de la même école que Laurent Hirn (le dessinateur du Pouvoir des Innocents). Il habitait Strasbourg à l’époque où moi-même j’y habitais, nous avions quelques amis communs, on se rencontrait lors de mini-festivals organisés autour du renouveau de la BD en Alsace. J’appréciais beaucoup son travail, le côté très graphique de ses univers, son trait très personnel, même si je trouvais que tout son potentiel ne s’était pas exprimé sur sa première série le Cœur de Sang. Il y a chez lui un étrange mélange de force brute (faut avoir vu le gaillard) et de sensibilité (pour ne pas dire, de poésie), un cocktail qui fait toute la différence entre Angus Powderhill et une héroïc-fantasy que je qualifierai de plus classique. Il était vraiment l’homme de la situation.

Sceneario [...]

Lire la suite ›