Lie-de-vin

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DARGAUD

Sortie :
ISBN : 2205046543

Résumé de l'album Lie-de-vin

Lie-de-vin traine depuis son enfance cette tache "de vin" qui lui barre le côté droit du visage. Il ressent cette marque comme une fatalité, le souvenir de cette mère qui l'a abandonné peu de temps après sa naissance. Depuis, Lie-de-vin vit chez ses "tantes" Perrine et Albertine, deux sœurs qui l'ont receuilli dans ce petit village, complètement paumé, où on ne trouve que des vieux !
Alors, tandis qu'il rencontre la belle Maïs, que cette dernière le séduit, histoire de pimenter un peu ce quotidien ennuyeux, Lie-de-vin se pose des questions sur l'inconnue qui a emménagé dans la grande maison à la sortie du village, qui est elle ? Il s'imagine qu'elle est magnifique mais personne ne l'a vu ! Et puis... et puis y a Lulu, le chien du jeune homme, qui a disparut. C'est étrange. Il va essayer de comprendre un peu ce qui se cache derrière tout ça !

Par Fredgri, le NC

Notre avis sur l'album Lie-de-vin

Corbeyran, dans cet album, a une écriture très fine, lente et délicate, c'est parfois cruel, injuste mais en tout cas on s'attache tout de suite aux différents personnages qui parcourent les pages de cette histoire. On est aux antipodes de ses travaux plus "grand public" et c'est tant mieux. De plus le travail de Berlion est fantastique de sensibilité aussi. Finalement je me demande si cette histoire aurait pu être racontée autrement !!!
Alors ce récit est "brut" car c'est principalement au travers des pensées de Lie-de-vin qu'il nous est communiqué, son rapport direct au monde qui l'entoure, sa cruauté, sa bétise aussi donnent à l'ensemble un ton très particulier, limite fascinant, qui fait que, finalement, j'ai dévoré ces planches sans m'arréter une seconde.
Alors bien sur ça n'est pas un chef d'œuvre absolu, simplement c'est magnifiquement bien écrit et dessiné, on a notre lot de surprises, des personnages aux psychologies bien décrites...
Je ne sais pas si ce village me plairait, je pense que je m'y ennuierais mais en tout cas cette petite escale fut bien agréable !

Par , le

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›