LES VIEUX FOURNEAUX #4 La magicienne

voir la série LES VIEUX FOURNEAUX
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Chronique sociale

Humour

Sortie :
ISBN : 9782505065425

Résumé de l'album La magicienne

Après avoir accompagné Sophie, sa petite-fille, durant la tournée d’été de son spectacle de marionnettes, Antoine retrouve son domicile afin de reprendre les bonnes vieilles habitudes. A la Chope, il revoit ses amis et découvre, en consultant le journal local, qu’une Zad (Zone à défendre) s’est constituée sur le terrain où devait s’implanter la nouvelle usine du groupe pharmaceutique Garan-Servier. En effet, en ces lieux naturels, subsiste une sauterelle rare surnommée la magicienne dentelée que des opposants au projet, défenseur de l’environnement, ont décidé de sauvegarder en s’installant sur place. Irrité par cette atteinte à la relance économique de la région, Antoine décide de s’en rendre compte par lui-même pour entendre les revendications des zadistes. C’est alors que survient, sous le couvert de l’association Ni yeux Ni maître, un bus empli de vieux débris dont Pierrot, l’ami d’Antoine, qui ont décidé de prêter mainforte aux défenseurs de la fameuse sauterelle. Autant dire que ces renforts vont provoquer de sacrés remous au sein de la petite localité ! A moins qu’il y ait quelque stratégie de la part de Pierrot…

Par Phibes, le 11/11/2017

Notre avis sur l'album La magicienne

On l’attendait, ce quatrième opus des vieux fourneaux ! Eh bien, le voilà donc avec sa couverture rouge bien flashie (on ne peut pas le rater sur les étalages) sur laquelle sont représentés deux de ses interprètes récurrents (Antoine et Pierrot). Wilfrid Lupano et Paul Cauuet, toujours disposés à nous divertir, reviennent donc en force pour nous replonger dans la suite des pérégrinations de leurs personnages décatis et plein de vitalité.

Tout se passe dans la localité du Tarn-et-Garonne où réside Antoine. Ce dernier, qui prône ardemment la relance de l’économie locale, voit ses aspirations contrariées par la règlementation européenne et plus précisément par la présence d’un insecte qui squatte le terrain sur lequel doit être construite une usine. Se nourrissant pleinement de l’actualité (sur l’environnement, sur les déserts médicaux en zones rurales…), Wilfrid Lupano nous livre une histoire pétulante à souhait, dans laquelle Antoine, Pierrot et même Emile, nos trois vieux fourneaux, vont avoir droit au chapitre. Sous quelques accents revendicateurs, le récit nous entraîne dans le remous provoqué par des zadistes dont le mouvement va évidemment en entrainer d’autres (en particulier ceux de l’asso Ni Yeux Ni Maître).

On sera comblé par le travail ô combien aiguisé du scénariste qui accompagne son équipée loufoque de dialogues nature véritablement truculents. Sous le couvert d’Antoine mais aussi de Sophie, sa petite-fille, et bien d’autres, les péripéties s’enchaînent dans des effusions garanties de rires. Chemin faisant, les petits secrets de certains personnages se délitent progressivement à commencer par celui qui concerne Bernard (le fil d’Antoine et le père de Sophie) et également celui lié à Juliette (la fille de Sophie). Grâce à la magicienne dentelée et également à l’intervention de cette génération délustrée, la magie opère à toutes les pages et nous permet de passer un moment de lecture jouissif comme on les aime, débordant de vérité et d’humour.

Paul Cauuet peut se targuer d’être vraiment dans le coup. A l’appui d’un très beau travail réalisé sur les trois premiers tomes, l’artiste enfonce le clou pour nous offrir encore une fois une mise en images totalement convaincante. Sa force vient surtout de la galerie de portraits qu’il renforce au fil des albums et qui nous permet de voir des personnages âgés en pleine effervescence, réellement attachants par le côté comique qu’ils mettent en avant. A cet égard, on saluera la gestuelle de ces derniers, les postures « arthrosées » qui ajoutent un certain piquant, leur vigueur décalée…

Avec un épisode comme ça, on ne peut que confirmer que c’est dans les vieux fourneaux qu’on fait les meilleures soupes ! Ça, Wilfrid Lupano et Paul Cauuet l’ont bien saisi et c’est tant mieux pour nous puisqu’on en redemande !

Par , le

Les albums de la série LES VIEUX FOURNEAUX

Nos interviews liées

Un entretien avec Paul Cauuet

Un entretien avec Paul Cauuet.


Interviewer : Berthold
Image & Son Mathieu & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano : rencontre avec ses Sept Nains et son Traquemage

Rencontre avec Wilfrid Lupano à l'occasion de la sortie de Traquemage et des Sept Nains


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Wilfrid Lupano et Rodguen

    Interviewer : Aubert
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano

Sceneario.com : Bonjour Wilfrid. En ce mois d'avril 2011, votre actualité est des plus fournies. Pas moins de trois albums font l'objet d'une publication chez Delcourt (L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, L'honneur des Tzarom et Le droit chemin). Hasard de calendrier ou boulimie de travail permanente ?
Wilfrid LUPANO : Hasard complet. J’ai écrit ces ouvrages à des moments très différents ( le T2 de l’honneur des Tzarom, par exemple, est écrit depuis 2005!) C'est simplement le temps nécessaire à leur fabrication, le temps de trouver les bons dessinateurs et le choix de l'éditeur de programmer à telle ou telle date. Pour le Droit Chemin, par exemple, le premier album est achevé depuis longtemps, mais nous avons décidé d'en retarder la sortie pour pouvoir raccourcir le délai entre les deux premiers tomes, pour que les lecteurs attendent moins. C'est donc là encore un scénario écrit il y a deux ans environ [...]

Lire la suite ›

Wilfrid LUPANO pour L'Honneur des Tzarom chez Delcourt

Sceneario.com: Comment vous est venue cette histoire de tziganes intergalactiques ? Erriez vous sur une aire de gens du voyage, face à la pleine lune, lorsque l’inspiration est venue ?   Wilfrid LUPANO: Presque. J’avais, je crois, envie d’un grand bol d’air. Et paradoxalement, je suis allé le chercher là où il n’y en a pas : dans l’espace. La science-fiction ne m’intéresse plus beaucoup, car elle est assez largement en panne, mais c’est un genre qui offre encore de belles possibilités sur le registre du comique. L’espâââce reste un espace de libertés, alors profitons-en.   Sceneario.com: Les tziganes représentent le lointain, la liberté, la rébellion contre les codes établis. Ce sont des thèmes qui semblent vous attirer en permanence non ?   Wilfrid LUPANO: C’est exactement ça. A l’heure des caméras partout, des GPS, des passeports biométriques, les gens du voyage me paraissent finalement des gens assez libres [...]

Lire la suite ›

Interview de Wilfrid LUPANO sur l'Ivresse des Fantômes

 
Sceneario.com : Bonjour, et merci de nous accorder cette interview. Pourriez-vous vous présenter pour les internautes ?

Wilfrid Lupano :
Je suis Wilfrid LUPANO, j’ai 36 ans, je suis père d’un petit garçon. Je suis venu à la bande dessinée il y a une petite dizaine d’années, par hasard, ma première activité ayant été le monde de la nuit comme on dit. J’ai travaillé dans le monde de la nuit pendant 15 ans ; j’ai commencé tôt. En parallèle, j’écrivais. J’ai toujours plus ou moins écrit, mais pour moi. En même temps, je lisais de la bande dessinée mais bizarrement, je n’avais pas fait le lien entre les deux activités. D’abord parce que je n’aurais pas su comment m’y prendre et puis, je ne sais pas pourquoi, mais je ne faisais vraiment pas le lien [...]

Lire la suite ›