LES VIEUX FOURNEAUX #2 Bonny and Pierrot

voir la série LES VIEUX FOURNEAUX
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Chronique sociale

Humour

Sortie :
ISBN : 9782505061632

Résumé de l'album Bonny and Pierrot

Après son périple italien qu’il a partagé avec Antoine, Mimile et Juliette, chez l’ancien magna du groupe pharmaceutique Garan-Servier, Pierrot est de retour chez lui et a repris ses bonnes vieilles habitudes. A la suite d’une virée chez le boulanger du coin, il tombe sur le postier qui lui remet un colis mystérieux. L’ayant ouvert, il y découvre une très grosse somme d’argent ainsi qu’un mot de son expéditeur qui signe sous le pseudo surprenant d’Ann Bonny. En fait, ce cadeau financier, c’est Juliette, la petite fille d’Antoine qui le lui fait pour son collectif de vieux anars après avoir piqué dans le compte anonyme dont le vieux Garan-Servier lui a refilé les codes. Malheureusement, depuis, Pierrot semble avoir disparu de la circulation. Antoine qui a pris le train pour participer à une manifestation avec lui en a fait l’inquiétant constat. Où est donc passé Pierrot ? C’est en allant au siège des vieux activistes qu’Antoine, tout en découvrant ce lieu complètement dingue propriété de la Tordue, va enfin revoir son pote… prêt à faire une grosse connerie. Mais qu’est-ce qui lui est passé par le ciboulot ? Quels souvenirs marquants le geste de Juliette a bien pu réveiller en lui ?

Par Phibes, le 30/10/2014

Notre avis sur l'album Bonny and Pierrot

Par le truchement de l’association payante de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet, les quatre larrons qui ont marqué de leurs paroles libertaires le premier épisode remettent les couverts pour un nouveau tour de roue tout aussi espiègle et ébranlant que le précédent. Cette fois-ci, c’est le geste au demeurant généreux de la sémillante Juliette qui va replonger deux des trois papis contestataires dans une série de péripéties acidifiantes tandis que le troisième s’essaye à l’écriture pour la jeunesse.

Fort de ces péripéties parallèles qui ne manquent pas de se croiser, Wilfrid Lupano continue à se jouer de ses trois emmerdeurs décatis (et même Juliette qui a aussi son caractère), ô combien attachants, en leur faisant exécuter de prouesses toujours aussi sénilement délectables, offrant par la même occasion un regard bien critique sur la société moderne. Le scénariste, pour le moins inspiré par ses derniers, continue avec efficacité à étoffer leur personnalité rebelle en dévoilant là, un certain passé (Pierrot), là, une aptitude insoupçonnée (Mimile).

Si ce tome renvoie le réactif Pierrot dans ses souvenirs de jeunesse révolutionnaire et dans ses anciens épanchements amoureux, il nous permet également d’élargir le cercle du quatuor, partie visible de l’iceberg, pour nous immerger dans le microcosme des vieux anarchistes qui agitent fièrement et sans tabou la bannière Ni yeux, ni maître. Grâce au fameux Baba et ses pairs déliquescents, Wilfrid Lupano trouve la juste expression pour susciter une fois de plus l’hilarité (on se bidonne de bon cœur), usant à la perfection de termes argotiques ou se servant des particularismes physiques défraîchis de ses personnages comme par exemple Jean-Chi utilisé en tant qu’arme de guerre et Fanfan, la Tordue, en apprentie hacker.

Le travail graphique de Paul Cauuet continue d’être en totale adéquation avec l’histoire contée. L’artiste, d’un trait indubitablement maîtrisé, parvient à donner vie à ses personnages (de tout âge) dans une expressivité un tantinet caricaturale et une sensibilité admirable qui ont le don de les rendre très attachants et également très drôles. Le geste est éloquent, plein de subtilité, générateur de prises de vue osées et au réalisme enchanteur.

Un nouvel album terriblement ravageur et risible à souhait qui confirme que c’est dans les vieux fourneaux que l’on fait mijoter les meilleures histoires. Ce n’est pas pour rien que le premier tome a reçu le prix des libraires de bande dessinée 2014. Un gros coup de cœur !

Par , le

Les albums de la série LES VIEUX FOURNEAUX

Nos interviews liées

Un entretien avec Paul Cauuet

Un entretien avec Paul Cauuet.


Interviewer : Berthold
Image & Son Mathieu & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano : rencontre avec ses Sept Nains et son Traquemage

Rencontre avec Wilfrid Lupano à l'occasion de la sortie de Traquemage et des Sept Nains


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Wilfrid Lupano et Rodguen

    Interviewer : Aubert
Images et Son : Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Wilfrid Lupano

Sceneario.com : Bonjour Wilfrid. En ce mois d'avril 2011, votre actualité est des plus fournies. Pas moins de trois albums font l'objet d'une publication chez Delcourt (L'homme qui n'aimait pas les armes à feu, L'honneur des Tzarom et Le droit chemin). Hasard de calendrier ou boulimie de travail permanente ?
Wilfrid LUPANO : Hasard complet. J’ai écrit ces ouvrages à des moments très différents ( le T2 de l’honneur des Tzarom, par exemple, est écrit depuis 2005!) C'est simplement le temps nécessaire à leur fabrication, le temps de trouver les bons dessinateurs et le choix de l'éditeur de programmer à telle ou telle date. Pour le Droit Chemin, par exemple, le premier album est achevé depuis longtemps, mais nous avons décidé d'en retarder la sortie pour pouvoir raccourcir le délai entre les deux premiers tomes, pour que les lecteurs attendent moins. C'est donc là encore un scénario écrit il y a deux ans environ [...]

Lire la suite ›

Wilfrid LUPANO pour L'Honneur des Tzarom chez Delcourt

Sceneario.com: Comment vous est venue cette histoire de tziganes intergalactiques ? Erriez vous sur une aire de gens du voyage, face à la pleine lune, lorsque l’inspiration est venue ?   Wilfrid LUPANO: Presque. J’avais, je crois, envie d’un grand bol d’air. Et paradoxalement, je suis allé le chercher là où il n’y en a pas : dans l’espace. La science-fiction ne m’intéresse plus beaucoup, car elle est assez largement en panne, mais c’est un genre qui offre encore de belles possibilités sur le registre du comique. L’espâââce reste un espace de libertés, alors profitons-en.   Sceneario.com: Les tziganes représentent le lointain, la liberté, la rébellion contre les codes établis. Ce sont des thèmes qui semblent vous attirer en permanence non ?   Wilfrid LUPANO: C’est exactement ça. A l’heure des caméras partout, des GPS, des passeports biométriques, les gens du voyage me paraissent finalement des gens assez libres [...]

Lire la suite ›

Interview de Wilfrid LUPANO sur l'Ivresse des Fantômes

 
Sceneario.com : Bonjour, et merci de nous accorder cette interview. Pourriez-vous vous présenter pour les internautes ?

Wilfrid Lupano :
Je suis Wilfrid LUPANO, j’ai 36 ans, je suis père d’un petit garçon. Je suis venu à la bande dessinée il y a une petite dizaine d’années, par hasard, ma première activité ayant été le monde de la nuit comme on dit. J’ai travaillé dans le monde de la nuit pendant 15 ans ; j’ai commencé tôt. En parallèle, j’écrivais. J’ai toujours plus ou moins écrit, mais pour moi. En même temps, je lisais de la bande dessinée mais bizarrement, je n’avais pas fait le lien entre les deux activités. D’abord parce que je n’aurais pas su comment m’y prendre et puis, je ne sais pas pourquoi, mais je ne faisais vraiment pas le lien [...]

Lire la suite ›