LES MUNROE #1 La vallée du Rift

voir la série LES MUNROE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Grafica

Genre :

Aventure

Drame

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782723472371

Résumé de l'album La vallée du Rift


En ce début de mois de mai 2006, Robert Munroe, citoyen aux origines aristocratiques anglaises et gestionnaire d’une plantation de café kenyane, se prépare à son futur mariage avec Victoria, la fille d’un riche pasteur de Nairobi. Cette union est des plus délicates car l’exploitation Munroe est en perte de vitesse depuis les errements de l’ancien maître des lieux, Kerrill, et la tenue dissolue de ses héritiers. Elle aurait l’avantage, grâce à la fortune de Victoria, de relancer l’activité du domaine. Malheureusement, c’est sans compter sur l’évasion de Sean, le fils de Robert, qui a été emprisonné à la suite de l’assassinat de sa petite amie Wanza et qui, animé par une obscure volonté, parcourt dangereusement le bush.


 

Par Phibes, le 29/06/2010

Notre avis sur l'album La vallée du Rift


Christian Perrissin et Boro Pavlovic, les auteurs patentés de la superbe série El Niño, ont conjugué une fois de plus leurs immenses talents respectifs pour se lancer dans une nouvelle aventure chez l’éditeur Glénat qui prend des tournures de grande saga familiale. Heureuse est cette initiative qui démontre sans contestation l’excellence de ces artistes et qui nous entraîne dans des péripéties modernes au cœur de la savane kenyane.


S’appuyant sur une affaire dramatique qui a défrayé la chronique dans l’année 2006 (l’assassinat d’un braconnier noir par l’aristocrate kenyan blanc Cholmondeley issue de la lignée richissime Delamere, pionnier de la colonisation anglaise au Kenya), Christian Perrissin tisse, avec rigueur et avec une fluidité exemplaire, sa toile en se faisant l’évocateur de la traversée du désert d’une famille d’anciens colonialistes. Les engluant dans des travers intrafamiliaux (un père séducteur invétéré, un fils meurtrier en cavale, un autre asocial, une fille homosexuelle) qui mettent à mal la gestion d’une plantation de café, il dresse un tableau fort intrigant qui nous amène dans des circonvolutions très prenantes.


Tout en faisant quelque peu cas à la ségrégation raciale qui règne en ce pays africain, décriant les relations entre autochtones et anciens colons, le récit virevolte entre les affaires douteuses du représentant de la famille Munroe, l’escapade difficile de Sean et l’enquête policière menée par un vieil inspecteur. Dans un alternat impeccable, l’histoire coule sans violence extrême, dans une sorte de climat attentiste qui présage quelques rebondissements prochains.


On pourra être subjugué par la beauté du graphisme de Boro Pavlovic. Fortement aiguisé par le travail exemplaire qu’il a fourni sur la série d’El Niño, son trait se déguste tel un hommage à la magnificence des décors sauvages de la savane kenyane, à sa faune et à sa flore, à ses habitants. L’authenticité de ses personnages est fascinante et campe à merveille le climat intrigant dans lequel baigne la famille Munroe. A noter que la colorisation douce de Bertrand Denoulet conforte au plus niveau le dessin de Boro Pavlovic en lui donnant la délicatesse et la profondeur voulues.


Un tome inaugural excellent qui présage une saga familiale des plus attrayantes.


 

Par , le

Les albums de la série LES MUNROE

Nos interviews liées

Christian PERRISSIN pour CAP HORN T3

Sceneario.com : Bonjour Christian, En ce mois de mai sort le troisième opus de votre série Cap Horn. Comment vous est venue l'idée de vous lancer dans une telle aventure historico-fictive qui prend ses bases dans la Patagonie ? Est-ce une envie de marcher sur les pas de ceux qui ont espéré trouver une sorte d'Eldorado en ces lieux isolés ?
Christian Perrissin : Au tout début, il y a la lecture de "En Patagonie" de Bruce Chatwin. Une façon unique de raconter un voyage, de parler d'un territoire, de son histoire, sa géographie et ses habitants. Une expérience que j'ai aimée relire. Plus tard, un autre livre, de photographies cette fois, qui a pour titre "Cap Horn, rencontre avec les Indiens Yaghan". Une sorte de rapport de mission, celle de 1882 qui explora les canaux de Terre de Feu un an durant pour en achever la cartographie commencée 50 ans plus tôt par Fitz-roy à bord du Beagle [...]

Lire la suite ›

Le destin de Martha Jane Cannary à la croisée des réponses

Compte tenu de la grande complicité des deux auteurs, ces derniers ont souhaité répondre chacun à leur tour aux réponses posées (Paires pour Ch. Perrissin, impaires pour Mat. Blanchin), une façon de dire que leur complémentarité n'est nullement surfaite.
Sceneario.com : Ce mois de janvier 2008 a été l'occasion de voir éclore votre nouvelle série "Martha Jane Cannary". Comment cette sortie est-elle ressentie par vous-même et votre lectorat ?
Matthieu Blanchin : Pour nous c’est à la fois un cadeau et un soulagement car cela fait plus de 5 ans que nous avons commencé à réfléchir à ce portrait et l’aspect général du livre qui doit beaucoup au Talent de Didier Gonord, nous comble. .. Pour notre lectorat, il est encore un peu tôt pour le dire, mais vous savez, cela peut être très relatif car Blanchin par exemple, sort des albums très ponctuellement jusqu’à présent [...]

Lire la suite ›