LES GUERRES D'ALBERT EINSTEIN #INT Les guerres d'Albert Einstein

voir la série LES GUERRES D'ALBERT EINSTEIN
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

Robinson

Genre :

Historique

Sortie :
ISBN : 9782016291146

Résumé de l'album Les guerres d'Albert Einstein

Première Guerre Mondiale. Albert Einstein voit avec horreur son ami Fritz Haber mettre sa science au service de l’Armée. Quelques années plus tard, le brillant physicien va se retrouver lui-aussi confronté au même dilemme…

Par V. Degache, le 18/12/2021

Notre avis sur l'album Les guerres d'Albert Einstein

Le diptyque Les guerres d’Albert Einstein, réuni ici en intégrale, s’attache à raconter le rapport complexe entretenu par Albert Einstein avec la guerre, en creusant notamment l’amitié nouée avec le chimiste Fritz Haber, concepteur des gaz asphyxiants qui serviront aux attaques chimiques allemandes durant la Première Guerre mondiale. Le visage du Prussien vient d’ailleurs s’incruster sur le corps d’Einstein en couverture de l’ouvrage…

C’est un Einstein farouchement pacifiste qui se dégage de la première partie de l’ouvrage, alors que son ami Haber met la science au service de la mort de masse. Le deuxième conflit mondial voit le natif d'Ulm se résoudre à soutenir la conception de la bombe atomique étatsunienne, en encourageant la mise en place du Projet Manhattan, afin d'éviter que les Nazis devancent les Alliés, et fassent de cette arme un usage aux conséquences terribles.
Deux destins liés, semblant s’opposer, mais qui finiront par mettre leur savoir et leur science au service de la guerre et de la destruction.

Le dessin d’Eric Chabbert (Docteur Monge, Shadow banking) sied à merveille à cette reconstitution historique de cette première moitié de vingtième siècle. Que ce soit pour faire revivre les rues berlinoises, ou pour représenter la guerre chimique, son trait réaliste et ses personnages expressifs font des Guerres d’Albert Einstein un ouvrage passionnant et graphiquement très réussi, appuyé par le scénario de Corbeyran et du journaliste scientifique François de Closets, qui réussissent à rendre le récit dynamique et même haletant !
Dommage qu’un format plus grand de cette intégrale ne nous permette pas de mieux profiter du dessin ! Celle-ci donne aussi envie de (re) lire la série de David Vandermeulen consacrée à Fritz Haber (Delcourt, 2005-2014) !

Précipitez-vous sur cette intégrale éditée par les éditions Robinson, vous découvrirez peut-être une autre facette du célèbre physicien, et prendrez plaisir à parcourir cette Europe du début de siècle, avant de basculer de l'autre côté du Pacifique !

Par , le

Les albums de la série LES GUERRES D'ALBERT EINSTEIN

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›