Les gardiens des Enfers

Dessinateur :


Scénariste :


Coloristes :



Éditions :

GLENAT

Genre :

Aventure

Fantastique

Historique

Sortie :
ISBN : 9782723475839

Résumé de l'album Les gardiens des Enfers

Sur les côtes de Holyhead Island, une jeune plongeuse explore les fonds marins dans l’espoir d’y retrouver de l’or provenant du naufrage du Royal Charter survenu en 1859.
Alors qu’elle est sortie de l’eau, les mains vides, une apparition spectrale se dresse devant elle, marmonnant une phrase inintelligible et désignant un point dans les rochers. Une fois remise se sa frayeur, elle se dirige vers le lieu désigné et y découvre un ceinturon sur lequel est gravé cette phrase énigmatique : « HE KILLED THEM ALL HE… »

Par Olivier, le 28/07/2010

Notre avis sur l'album Les gardiens des Enfers

C’est une histoire étrange dont la narration, dans les premières planches, peut sembler décousue, car le drame qui nous est conté ici a débuté il y a 150 ans, en Australie dans une mine d’or, mais aussi en Angleterre au large de Scilly Island, ainsi qu’à Holyhead au Pays de Galle.
Trois lieux et des hommes dont la destinée tragique va inspirer à Didier Alcante un scénario brutal et violent comme la mer, mystérieux et angoissant comme ses légendes.
C’est une histoire terrible, puissante et romantique où la folie rejoint la réalité, où le diable répond à l’incantation d’un malade pour broyer la vie de centaines de malheureux, mais c’est avant tout une histoire d’hommes, travailleurs acharnés et modestes héros.
Tout en s’appuyant sur des faits historiques précis, sur des personnages ayant réellement existé, Alcante crée une fiction où il exploite légendes et croyances qu’il met superbement en avant comme explication d’un naufrage meurtrier.
Jack Jones, assistant du maitre de phare, jeune et téméraire, voue sa vie à son métier, à la mer et à ses marins.
Un terrible accident le laisse amputé et l’oblige à quitter la haute mer, il obtient de se retrouver sur un phare à terre. Il se retrouve à travailler avec Henry Bowen, gardien d’apparence affable mais qui cache un lourd secret, une activité et des manipulations étranges.
Entre ces deux hommes et malgré la perspicacité et le courage de Jack, les éléments et le diable vont se liguer pour transformer une tempête en ouragan et envoyer le Royal Charter, navire ramenant au pays des centaines de chercheurs d’or se drosser contre les rochers.
De retour d’Australie, ces derniers, fortune faite, rentraient pour retrouver femme et enfants.
Terribles dommages collatéraux, des malheureux noyés, des familles meurtries pour le seul bénéfice d’un seul qui, par ses incantations, à ouvert une porte sur l’enfer pour récupérer l’énergie vitale des malheureux qui rendront l’âme durant cette terrible nuit.
Le dessin de Matteo a quelque chose de magique et de perpétuellement surprenant. Je l’avais déjà beaucoup apprécié dans Protecto, mais son travail sur cet album est bluffant, son style s’adapte au temps, et à la couleur du cœur et de l’âme des protagonistes. Planches claires et lumineuses lorsque le calme et le bonheur bien fragiles s’installent pour quelques heures, cases au dessin plus marqué, plus sauvage lorsque la tempête gagne, que les éléments se déchainent et que la noirceur d’une âme damnée déchaine la folie et l’ouragan.

Par , le

Nos interviews liées

Bollée et Alcante, deux scénaristes dans l'univers de XIII

Sceneario.com : Bonjour, merci de nous accorder cette interview à l’occasion de la 5è édition du Comic Con où pour la première fois une bande dessinée franco-belge est mise à l'honneur.
Sceneario.com : Comment avez-vous été castés pour la série dérivée XIII Mystery ?

Alcante : Moi ça remonte à fin 2006, j’avais fait la connaissance de Jean Van Hamme suite à la parution de mon premier livre. En fait l’attachée de presse de Dupuis savait que j’étais un grand fan et elle s’était arrangée pour qu’on puisse aller manger ensemble un midi pendant une journée presse. Donc nous avons fait connaissance, le courant est bien passé. Lui à l’époque avait annoncé qu’il allait arrêter Thorgal et j’étais intéressé par reprendre éventuellement cette série et c’était très ambitieux de ma part parce que…
Bollée : (en riant) : Oui, tu t’es dit « oh bah oui, carrément, allons-y ! » [...]

Lire la suite ›

Didier Alcante et Fracis Valles pour le tome 3 de RANI aux Editions du Lombard

Interviews de Didier Alcante et Francis Valles pour le tome 3 de RANI aux Editions du Lombard. (Interview de l'Editeur)
[...]

Lire la suite ›

Didier Alcante Pour Re-Mind chez Dargaud

SCENEARIO.COM : Bonjour Monsieur Alcante. Nous vous retrouvons sur une nouvelle série chez Dargaud : Re-Mind ; comment est né ce projet ?
Didier Alcante:Honnêtement, je ne m’en souviens plus trop. Je me rappelle juste que quand j’ai trouvé cette idée de technologie - permettant d’enregistrer ce fameux film de sa vie qu’on voit défiler devant nos yeux juste avant de mourir -, je me suis dit que je tenais quelque chose d’intéressant avec ça. J’ai ensuite développé une histoire partant de là, et elle a immédiatement attiré l’attention de Yves Schlirff, le directeur éditorial de Dargaud. Et voilà. SCENEARIO.COM :Re Mind est un thriller d’anticipation ? Qu’elles ont été vos influences ?
Didier Alcante:C’est effectivement un thriller à la « 24 heures chrono », mais avec un petit piment qui est apporté par une technologie fictive [...]

Lire la suite ›

Didier Alcante

Interview pour sceneario.com 14/03/2006


Sceneario.com: Didier Alcante, voilà que les deux derniers tomes de ta série Pandora Box viennent de sortir, quelles sensations ressens tu aujourd’hui que tu es arrivé au bout du travail ?
Didier Alcante:
Il y a plusieurs sentiments qui s’emmêlent. Tout d’abord, sans fausse modestie, quand même une certaine fierté d’avoir réalisé ces 8 albums. Je crois qu’il s’agit d’un beau début J. Mais je suis également un peu triste de devoir tourner cette page, car j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec toute l’équipe de Pandora Box : dessinateurs, coloristes, sans oublier l’équipe de Dupuis, avec qui j’ai eu de très bons contacts. Et puis il y avait une certaine effervescence puisqu’on a sorti ces 8 albums en à peine un peu plus d’un an. Maintenant, ça va redevenir plus calme… Mais pas trop j’espère ;-)


Sceneario [...]

Lire la suite ›

Didier ALCANTE, Pandora Box la suite...

Sceneario.com: Didier, nous vous retrouvons avec les tomes 3 et 4 de Pandora Box... La sortie de 2 nouveaux tomes vous a-t- elle procurée les même sensations que pour les 2 premiers?
Didier Alcante: Globalement oui. Disons que j’étais un peu moins impatient que la première fois, mais peut-être un peu plus nerveux, car comme la critique a quand même été très positive (globalement) pour les deux premiers tomes, j’avais un peu peur que les gens soient déçus par les tomes 3 et 4. Heureusement, ce n’est apparemment pas le cas ;-)

Sceneario.com: Avec un peu de recul, êtes vous satisfait du travail réalisé?
Didier Alcante: Oui, globalement je suis très satisfait. Comme je suis plutôt perfectionniste, il y a certaines choses que j’essayerais peut-être d’améliorer si je devais recommencer, mais globalement je suis très content.

Sceneario.com: Le public a-t-il bien suivi cette série? L’accueil a-t-il été bon?
Didier Alcante: Je n’ai pas encore des chiffres de vente, mais Dupuis a déjà réimprimé les deux premiers tomes et a quasi doublé les tirages pour les tomes 3 et 4, c’est un excellent signe [...]

Lire la suite ›