LES FLEURY-NADAL #2 Benjamin 1/2

voir la série LES FLEURY-NADAL
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Aventure

Drame

Fiction

Historique

Sortie :
ISBN : 9782723455824

Résumé de l'album Benjamin 1/2

Dans le Paris de 1830, des combats de rue rapprochent Hippolyte Lecomte, artiste peintre à Benjamin Fleury, élève à Polytechnique. Dès la fin des évènements, ils se retrouvent pour fêter la destitution de Charles X. A cette occasion, Benjamin remarque chez le peintre un tableau représentant le portrait d’une jeune femme. Envoûté par la beauté du regard, Benjamin obtient de l’artiste que l’œuvre a été réalisée 13 ans plus tôt et que le modèle qui se nomme Ana-Luna Beauchamp a disparu depuis.
Obsédé par cette dernière, il apprend par son père que celle-ci est morte du choléra et que son mari n’a plus donné signe de vie.
En 1834, toujours hanté par la belle vision, Benjamin réalise son vœu le plus cher en oeuvrant pour la construction d’un barrage en Egypte. Alors qu’il assure le contrôle des travaux, son attention est attirée par la présence sur les lieux d’une femme dont les traits correspondent à s’y méprendre à ceux d’Ana-Luna.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Benjamin 1/2

La grande saga historique initiée par Franck Giroud se poursuit. A ce titre, la famille Fleury-Nadal regorge de nombreux faits marquants à conter. C’est le tour de Benjamin, le fils de Ninon et d’Alexandre Fleury, d’être sous les feux de la rampe.

Nous sommes en 1830 sous le règne naissant de Louis-Philippe 1er ; Charles X a fui suite à la révolution des « trois glorieuses » qui a généré de nombreux combats dans les rues de Paris encombrées de barricades. Un jeune homme, insensible aux balles de la soldatesque, se dresse, pistolet au poing, sur un tas de pavés. C’est Benjamin Fleury-Nadal qui a choisi de combattre pour la liberté de ses pairs.

Benjamin n’est pas un inconnu. Nous l’avons déjà côtoyé à plusieurs reprises dans divers albums de la série « Le Décalogue » alors qu’il était enfant. Adepte du saint-simonisme (doctrine prônant l’amélioration matérielle et morale de l’humanité), il est, tout comme son oncle Eugène, envoûté par l’Egypte. Cet ensorcellement s’éclipse quand son regard croise les yeux d’une belle inconnue retranscrits sur une toile.

Cette aventure qui se déroulera en 2 épisodes a quelque chose d’enivrant. Tout d’abord, grâce à son contexte historique, nous avons la possibilité de croiser dans le récit des personnages illustres tels que le peintre Hippolyte Lecomte connu pour ses peintures sur les combats de rues de la révolution de juillet en 1830, le polytechnicien Prosper Enfantin, initiateur du canal de Suez.
D’autre part, le portrait de l’énigmatique Ana-Luna dont le regard vert émeraude interpelle, est d’une rare beauté et magique. Il nous incite, comme pour Benjamin, à en savoir plus sur la jeune femme.
Ensuite, les recherches désespérées de Benjamin sur cette femme qui apparaît et disparaît à volonté excitent notre soif de vérité.
Enfin, les paysages extérieurs égyptiens tantôt irradiés par un soleil incandescent, tantôt noyés par des pluies diluviennes et les intérieurs des palais richement décorés sont un appel au voyage.

Daniel Hulet produit un travail exemplaire. Après « Extra-Muros », l’artiste nous revient en force avec un dessin à la coloration sublime non agressive, toujours au plus proche de la réalité. Soucieux du moindre détail, il croque la vie parisienne du XIXème d’un trait assuré. Les personnages sont convaincants par leur posture, leurs mouvements et leur apparence. Pareillement, l’Egypte, qui semble n’avoir aucun secret pour lui, parait magnifiquement avec ses grandes étendues de sables et ses riches monuments bigarrés.

Cet album, tout comme la série complète, est, pour ma part, incontournable et à conseiller vivement au lecteur qui apprécie les grandes fresques familiales dans une époque révolue.

Par , le

Les albums de la série LES FLEURY-NADAL

Nos interviews liées

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›