Les enfants sauvés

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Genre :

Biographie

Drame

Guerre

Historique

Sortie :
ISBN : 9782756015767

Résumé de l'album Les enfants sauvés


Cet album rassemble huit témoignages d’enfants juifs sauvés pendant la seconde guerre mondiale. Chaque témoignage est traité en bandes dessinées sur quelques pages. Il est précédé d’une photo d’époque et d’un petit texte autobiographique écrit par ces enfants devenus des adultes...
 

Par Sylvestre, le NC

Notre avis sur l'album Les enfants sauvés

Ce projet d’album est né du rapprochement des éditions Delcourt et de l’organisation juive Yad Layeled qui a monté une exposition sur les enfants sauvés et sur les "Justes parmi les Nations", ces gens qui, au mépris du danger, ont caché des enfants juifs promis sinon à une mort plus que probable. Cinq des huit histoires racontées dans cet ouvrage étaient à l’honneur dans cette exposition. Les trois autres sont elles abordées dans un DVD disponible auprès de Yad Layeled.

Autour de Philippe Thirault qui a adapté ces témoignages, ce sont huit dessinateurs différents qui ont pris en main la réalisation des planches ; chacun s’occupant d’une des huit histoires. Une préface signée par Tomi Ungerer les précède. Un dossier historique et lexical fait office de cahier bonus en fin d’ouvrage.

Ces gosses ont traversé des moments que personne n’aurait jamais dû connaître. Des moments de peur, d’effroi, d’horreur, de doute, d’attente... Aussi, tout sauvés qu’ils ont été, il serait peut-être hardi de parler de la "chance" qu’ils ont eue. C’est leur histoire, dramatique, à l’issue heureusement un peu plus gaie pour eux qu’elle n’aurait pu l’être. Ces moments, voire ces années d’angoisse, de fuite et de profil bas ont dû être très longs pour eux comme pour ceux de qui ils ont été séparés...

Voilà pourquoi si l’initiative de cet album est bonne, on pourra par contre trouver que ces petites bandes dessinées n’ont malheureusement pas un impact optimal... Elles sont trop courtes ! Ca passe donc sûrement trop vite sur des éléments ou des sentiments essentiels ou bien ça les amène trop rapidement. On a l’impression qu’on n’a pas le temps de s’immerger que déjà, on peut passer au témoignage d’après. Dommage.

Enfin, d’aucuns trouveront que ces histoires d’enfants telles qu’elles nous sont présentées ne sont pas super-abordables par tous les lecteurs enfants. Attention, je ne dis pas que les enfants n’y comprendront rien. Je mets juste en avant l’idée que les écoliers n’ont sans doute pas tous été sensibilisés de la même manière sur le sujet. Et que les enfants ne feront peut-être pas tous l’effort d’aller se plonger dans la lecture du dossier, dédaigneront les termes suivis d’un astérisque pour ne pas être coupés dans leur lecture et perdront donc beaucoup pour la compréhension du récit et pour leur culture générale. La faute justement (en partie) aux nombreux termes spécifiques dont l’explication est à trouver dans le dossier en fin d’album, la faute aussi probablement à la méconnaissance du contexte selon les pays concernés (les histoires se déroulent pour certaines en France, mais d’autres en Macédoine, aux Pays-Bas, en Pologne...)

Un ouvrage bien entendu utile, au final, très joli, aussi, et ayant le mérite de rappeler qu’il n’y a pas qu’Anne Frank qui a vécu cachée. Une lecture à ne conseiller toutefois qu'aux lecteurs âgés d'au moins douze-treize ans, ce qui est dommage quand on sait que certains "héros" avaient alors parfois 6 ans lorsqu'ils ont vécu la guerre qui nous est ici racontée...
 

Par , le

Nos interviews liées

Rencontre avec Steve Cuzor et Philippe Thirault pour O BOYS

Sceneario.com : Bonjour Philippe et Steve, vous commencez à vous forger une certaine réputation au sein du monde du 9ème art. Pouvez-vous nous conter vos ascensions respectives en ce milieu bien fourmillant ?
Philippe Thirault : J’ai eu la chance de commencer aux Humanos, il y a 10 ans tout juste, à une époque où les éditeurs Sébastien Gnaëdig (aujourd’hui Futuropolis) et Philippe Hauri (aujourd’hui Glénat) y travaillaient. Ils ont tous les deux "couvé" ma première série : Miss. Cette série a eu un beau succès critique mais surtout a été repérée chez les auteurs. Mes dernières collaborations avec des dessinateurs de la qualité de Steve Cuzor, Lionel Marty ou Bruno Duhamel ont pu avoir lieu parce que ces dessinateurs avaient apprécié Miss lors de sa parution. Cette série m’a donc apporté énormément et a été un précieux sésame [...]

Lire la suite ›