LES DOSSIERS D'OLIVIER VARESE #2 Bienvenue à Kokonino World

voir la série LES DOSSIERS D'OLIVIER VARESE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Alpen publishers

Genre :

Aventure

Sortie :
ISBN : 2731608234

Résumé de l'album Bienvenue à Kokonino World

En juin 1989, Olivier Varèse est convoqué par la milliardaire japonaise Kokonino pour lui rappeler les faits qui se sont déroulés quelques jours plus tôt à Pekin. Cette dernière avait contacté le journaliste pour prendre les photos de l’exécution d’une centaine de manifestants hostiles au régime chinois et les publier dans son journal.
Ne voyant rien paraître, elle séquestre Olivier pour l’interroger. Parvenant toutefois à s’échapper grâce à l’intervention providentielle de Frenchman, il apprend que ces photos devaient être utilisées par un consortium pour faire pression sur un éminent personnage chinois en vue de l’achat d’un biologiste.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Bienvenue à Kokonino World

1989 sera pour la Chine l’année de la répression marquée par des évènements tragiques survenus à des opposants au régime en place. Plus particulièrement au mois de juin, où l’armée, au moyen de chars, intervient sur la place de Tienanmen et tire sur la foule faisant un nombre effarant de tués.

C’est dans ce contexte historique que débute le nouveau dossier de ce reporter étonnant. En effet, ce roi de la gaffe n’a certainement pas l’étoffe « d’un prix Pulitzer ». Et c’est grâce au concours d’un inconnu qu’il pourra se sortir de situations bien embarrassantes. Egalement, il obtiendra des informations essentielles sur l’empire Kokonino grâce à l’érudition d’un très jeune passionné de jouets japonais.

En remplacement de Marelle, Thierry Smolderen intervient dans cet épisode aux accents tragiques et dont les quelques traces d’humour essaimées dans le récit arrivent tout juste à nous faire esquisser quelques sourires. On sent que le scénariste connaît bien l’influence qu’a le manga sur Enrico Marini en lui permettant de réaliser des personnages issus de cet univers ultra robotisé.

« Bienvenue à Kokonino » qui trouvera sa suite dans le prochain album n’a pas la prétention d’être un monument de la BD mais nous fera remarquer que l’association de ces deux auteurs permettra plus tard la création de la série réputée : le Gipsy.

Par , le

Les albums de la série LES DOSSIERS D'OLIVIER VARESE

Nos interviews liées

Ghost Money : une vision prémonitoire de la géopolitique actuelle

Sceneario.com : Dans votre série Ghost Money, dès le premier tome paru en 2008, vous évoquez des thématiques qui se sont brutalement matérialisées dans notre actualité : attentats djihadistes, cyber-surveillance, Islam des Lumières... D'où vous est venue cette vision prémonitoire ?
Thierry Smolderen : Ghost Money est une bande dessinée d'Anticipation. Elle est construite à partir des forces en présence : les djihadistes, les dictatures et les Etats-Unis. Elle veut montrer que nul bord n'est le bon, que nul ne détient la vérité et n'a raison.
Elle est nourrie des événements des années 2000, de la politique du pire qui a surgi au grand jour au lendemain du 11 septembre 2001. A cette époque, j'avais un regard très critique sur ce qui se mettait en place : la politique du mensonge de Bush, la surveillance électronique, etc [...]

Lire la suite ›

Interview vidéo d' Enrico MARINI à la galerie du 9° Art

Interview vidéo d' Enrico MARINI à la galerie du 9° Art, réalisée en Octobre 2009.
Interview réalisée par FEF pour Sceneario.com. [...]

Lire la suite ›

Interview Bertail & Smolderen

Sceneario : C'est votre deuxième collaboration. Avez-vous utilisé les mêmes méthodes de travail ?
Bertail :
Non, je ne pense pas qu'on puisse dire ça. A la première collaboration (l'enfer des pelgram, Delcourt) le scénario était déjà écrit et les éléments déjà mis en place. On a un peu essuyé tous les plâtres avec cette première série.

Sceneario : Et cette fois, vous avez travaillé plus en amont avec le scénariste ?
Smolderen :
Je l'ai écrit en flux tendu en dialoguant constamment avec Dominique, et en tenant compte de ses remarques et de ses envies. C'est un travail de collaboration vraiment très très proche. On passe beaucoup de temps à discuter de chaque scène. Dominique a des tas d'idées que j'essaye d'intégrer.

Sceneario : Avant cette interview, j'ai pu voir les originaux qui étaient exposés à la galerie Arludik [...]

Lire la suite ›

Rencontre avec Enrico Marini

Sceneario : Comment êtes-vous venu à la bande dessinée ?
Marini :
J'habite dans la Suisse alémanique et la bande dessinée ne fait pas partie de la culture. J'ai eu beaucoup de chance d'avoir une famille italienne et d'avoir passé beaucoup de mes vacances en Italie. J'aimais les bandes dessinées et ma grand-mère m'en achetait. Je lisais des fumetti (petits recueils en noir et blanc italiens). J'achetais aussi des Superman et des Batman dans les kiosques.

Je n'ai découvert la bande dessinée franco-belge qu'à l'âge de 12/13 ans, à part Astérix et Tintin que je connaissais depuis longtemps et qui faisaient partie de mes préférés, bien avant les comics. C'étaient des classiques on les trouvait même en Allemagne.

Je dessinais aussi de mon côté parce que j'aimais les dessins animés japonais. Je les suivais, un peu, par le club Dorothée qui était aussi diffusé en Suisse et j'essayais de recopier ce que je voyais [...]

Lire la suite ›