Les Croix de Bois

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

ALBIN MICHEL

Genre :

Adaptation

Drame

Guerre

Sortie :
ISBN : 9782226445629

Résumé de l'album Les Croix de Bois

16 Aout 1914, à Paris, au siège du journal L'Homme Libre. Clemenceau, le rédacteur en chef est très surpris par l'une des requêtes d'un de ses journalistes qui veut s'engager et aller sur le front. Il se nomme Roland Dorgelès, il a été reformé deux fois. Grâce à l'appui de Clemenceau, il parvient à rejoindre l'armée et rejoint ses camarades à Rouen où il découvre la vie de soldats en se faisant des amis. Puis un jour, c'est le départ… Jamais il n'oubliera cet éblouissant désordre. Et c'est ce moment qui ouvre son roman Les Croix de Bois, où Dorgelès se représente sous deux rôles : celui de Gilbert Demanchy et un autre.

Novembre 1914, Demanchy et son régiment arrivent en gare de Dormans...

Par Berthold, le 16/09/2020

Notre avis sur l'album Les Croix de Bois

Les Croix de Bois est un roman célèbre, écrit par Roland Dorgelès, publié en 1919 chez Albin Michel. Ce récit est inspiré parce qu'a vécu l'écrivain pendant la première Guerre Mondiale. Le roman fut même pressenti pour le Prix Goncourt, mais passa en second, derrière "A l'ombre des jeunes filles en fleurs" de Proust. Il fut adapté au cinéma en 1932 avec, entre autres, Charles Vanel.

Albin Michel fait donc son retour dans le petit monde de la bande dessinée, et pour ouvrir la bal, il propose une adaptation des Croix de Bois avec JD Morvan au scénario et Facundo Percio au dessin !
Le scénariste nous raconte d'une part, des extraits de la vie de Roland Dorgelès et la genèse de son roman, puis il nous montre des passages du livre, avec quelques scènes coupées. Je trouve que Morvan a fait un choix très judicieux qui ajoute de la force au récit, à cette adaptation.
Cela nous montre aussi la vie de ces poilus, dans les tranchées et hors des combats, un point de vue très réaliste. On s'attache à ces quelques soldats que nous suivont dans leur vie de tous les jours, au front jusqu'aux combats violents. Certains moments sont émouvants et nous touchent.
Pour Dorgelès, on s'intéresse à son départ à l'armée et son retour à la vie civile, soit lors d'une permission ou quand il est envoyé sur un autre poste moins dangereux. Nous découvrons aussi sa rencontre avec Albin Michel et comment l'éditeur achète Les Croix de Bois, alors que le roman n'est pas encore fini.
Une adaptation passionnante et instructive, un magnifique témoignage de cette période sombre. Sans oublier le travail de l'argentin Percio.

L'artiste propose deux styles graphiques pour cette adaptation. L'un en couleur, pour nous raconter la vie de Dorgelès. Et un autre qui met en avant davantage le blanc, le noir et une texture orangé-marron qui ajoute une certaine force visuelle aux images. Par moment, ce travail rapelle celui de Gus Bofa, comme si l'album avait été fait durant la première Guerre Mondiale.
Percio nous fait entrer dans la vie des tranchées, comme si nous étions avec ces hommes face aux bombardements ou aux tirs ennemis. Ces personnages sont très expressifs. Très présent, une sacré claque visuelle que nous n'oublierons pas de sitot.

Un superbe album qui donne très envie de replonger dans le roman de Dorgelès. Je ne peux que vous recommander de dévorer ces pages captivantes, que les instituteurs et professeurs d'écoles devraient avoir pour illustrer leurs cours sur la première Guerre Mondiale. Un album qui mérite une très belle place dans toute bonne bibliothèque.
La grosse surprise de cette rentrée 2020.

Par , le

Nos interviews liées

SERIAL KILLERS nouvelle collection chez Glénat

Aubert pour Sceneario.com: Jean-David, comment êtes-vous arrivé sur cette nouvelle collection chez Glénat ? Qui a proposé ce thème ? Vous, Stéphane Bourgoin ou votre Editeur ?

Jean-David MORVAN: Je suis un enfant des serial killers, même si ça parait bizarre à dire. A 12 ans, j'ai lu Dragon Rouge, le livre de Thomas Harris qui précède le Silence des Agneaux. Après, et pendant des années, il n'y avait que des histoires de serial killer, tout le temps, partout : Cinéma, romans etc. Y'en avait qui étaient passionnantes, mais au bout d'un moment, c'était lassant. Il y avait toujours des scènes gores, d'autopsies. Je m'en suis un peu lassé. Un jour, Séverine Tréfouël, avec qui je travaille sur divers projet, m'a parlé de ça, en me disant que cet aspect psychologique des serial killers était très intéressant, avec une approche différente des gens par rapport à ma génération, même si nous n'avons pas tant d'années de ça de différence [...]

Lire la suite ›

Un entretien avec Jean-David Morvan

Un entretien avec Jean-David Morvan


Interviewer : Olivier
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET pour leur série Sillage

Jean-David MORVAN et Philippe BUCHET nous parlent du tome 16 de leur grande série Sillage.
    Interviewer : Vincent
Images et Son : Mat
Montage: Vincent [...]

Lire la suite ›

Jean David Morvan.... et Spirou

Sceneario.com : Le tome 49 de Spirou vient de sortir. Pouvez-vous nous en raconter l'histoire de sa conception ?
Jean-David MORVAN : Hmm, l'idée d'envoyer Spirou à Tokyo date d'avant la création du 47. Je veux dire qu'avec Laurent Duvault de Dupuis, nous avions planifié les thèmes de 4 albums. Tokyo arrivait en troisième position. On s'y est tenu.
Je pense que c'est la ville qui fait rêver les nouvelles générations, elle a supplanté New-York. Et comme Spirou est une BD pour les jeunes...


Sceneario.com : On remarque tout de suite les costumes : rouge pour Spirou et bleu pour Fantasio. Ces couleurs sont souvent indissociables de nos héros. Hasard, ou volonté de conserver ce « code couleur » ? C’est important de ne pas choquer le lecteur, de garder les caractères des personnages ?
Jean-David MORVAN : Eh bien, ce n'est pas nous qui avons inventé ces codes couleurs [...]

Lire la suite ›

Interview de Jean-David Morvan sur l'univers Sillage

Sceneario.com: Mr Morvan, bonjour et merci de bien vouloir répondre à nouveau à nos questions ! Vous n’êtes plus à présenter dans le milieu de la Bd avec vos travaux sur Sir Pyle, Nomad, TDB… Pouvez-vous néanmoins résumer votre parcours jusqu’à aujourd’hui pour les nouveaux venus dans le monde de la Bd ?
Jean-David Morvan: Fan de BD depuis que j'ai 11 ans en lisant un Valérian. En cherchant la suite, je suis entré dans un magasin de BD et j'ai découvert toute la production "adulte" des années 80. J'ai décidé que ce serait mon métier. Passé en coup de vent à l'école st Luc, signé un premier contrat avec Zenda : ventes 1200 ex et solderie. Mais Nomad chez Glénat a lancé la machine un an plus tard.

Sceneario.com: Dans quelques mois, les fans auront l’immense joie de retrouver les péripéties de Nävis, héroïne de la série Sillage, que vous réalisez avec Philippe Buchet [...]

Lire la suite ›

Jean-David MORVAN

Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)
JD Morvan:JD Morvan, scénariste de BD. Bac A3, institut saint-Luc section BD quitté avec pertes et fracas pour incompatibilité de vision avec les profs. C'est ce qui m'a poussé à demander à mes amis s'ils n'avaient pas envie d'illustrer certains de mes scénarios (je ne me sentais pas encore au point au dessin, et c'est donc comme ça que j'ai finalement arrêté de dessiner). Et je suis allé les montrer à des éditeurs, et c'est Zenda qui a dit oui pour Reflets Perdus, mon premier album avec Sylvain Savoia. Du coup je ne suis plus allé aux beaux arts de Bruxelles où j'étais inscrit et ils m'ont viré.

Sceneario.com: La bande dessinée abordée par Morvan, c'est du polar (Al Togo), de l'héroic Fantasy (Troll), de la bd jeunesse (Merlin), la sf (TDB, Sillage, HK) etc... quel est votre genre préféré ? JD Morvan: Je n'ai pas de genre préféré. Je crois qu'on peut raconter des choses intéressantes dans tous les genres [...]

Lire la suite ›