LES CHEVALIERS D'HELIOPOLIS #4 Citrinitas, l'oeuvre au jaune

voir la série LES CHEVALIERS D'HELIOPOLIS
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Aventure

Fantastique

Historique

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782344032732

Résumé de l'album Citrinitas, l'oeuvre au jaune

1888, au Refuge des Chevaliers d’Héliopolis. Asiamar a désormais 110 ans, il se prépare à accomplir l'ultime rituel de son initiation :  "Citrinitas, l’œuvre au jaune". Ainsi, il retrouvera  jeunesse et vivra mille ans. Mais, il découvre aussi le secret des Chevaliers d'Héliopolis, un secret gardé par leur Maître qui leur révélera quel est leur but, dorénavant. Mais avant tout, Asiamar doit accomplir une ultime mission, s'occuper d'une menace qui touche leur ordre. A Londres, un tueur tue des prostituées, Asiamar doit l'arrêter...

Par Berthold, le 18/02/2020

Notre avis sur l'album Citrinitas, l'oeuvre au jaune

Jodorowsky et Jeremy terminent en beauté la saga Les Chevaliers d'Héliopolis.

Franchement, lorsque j'avais lu le premier tome de cette série, jamais je n'aurais pensé que nous allions avoir une telle fin.
Jodorowsky a encore réussi à nous surprendre. Nous retrouvons d'ailleurs certaines des thématiques de l'auteur de L'Incal qui nous propose quelques très bonnes idées scénaristiques en ajoutant une touche de crédibilité très bien vue.
Le destin d'Asiamar se révèle ainsi, Jodorowsky fait des révélations, ainsi que ses habituelles vérités sur l'humanité. La fin est d'ailleurs très bien amenée.

Quand à Jérémy, son travail reste remarquable, il nous offre de magnifiques scènes, dans des décors sublimes, le tout mis en lumière par le talent du coloriste Felideus. Depuis Barracuda, nous apprécions son travail. Un jeune artiste qui continue de nous surprendre par son talent et ces belles idées dans la mise en scène.

Une magnifique série en quatre volumes que je ne peux que vous recommander chaudement.

 

Par , le

Les albums de la série LES CHEVALIERS D'HELIOPOLIS

Nos interviews liées

Jeremy Pétiqueux interviewé pour le festival d'Angoulême 2011

Sceneario.com : Bonjour Jérémy. Tu as commencé par t’intéresser au manga. Comment as-tu évolué vers une BD disons plus classique ? Jeremy Petiqueux : Quand j’étais ado, ce que l’on voyait partout dans la cour d’école c’était du manga. Il n’y avait pas une grande communication sur la BD franco-belge dans le milieu adolescent.

Puis j’ai rencontré Delaby quand j’avais quinze seize ans. Je lui ai montré mon travail. Avec lui j’ai pu m’ouvrir à tout ce qui se faisait en dehors du manga et des comics. Quand j’étais gamin je lisais bien des « Tintin » et des « Astérix », mais c’est vraiment avec Delaby que j’ai pris goût au dessin réaliste.

Quand je l’ai rencontré il travaillait sur «Moriganes » pour « La complainte des landes perdues » [...]

Lire la suite ›