LES CHEMINS DE LA GLOIRE #1 Le temps des innocents

voir la série LES CHEMINS DE LA GLOIRE
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Genre :

Chronique sociale

Sortie :
ISBN : 9782723405751

Résumé de l'album Le temps des innocents

Raymond Lécluse est un jeune d'homme d'une vingtaine d'années qui attend avec impatience la fin de la guerre. Quand c'est l'heure du retour il revient chez lui, dans le Nord alors que gronde les ouvriers de toute part, accumulant grève sur grève. Par un malencontreux hasard il est mêlé à la mort d'un gendarme et doit donc fuir sur Paris ou un ancien camarade de régiment l'aide et le présente à la haute société...

Par Fredgri, le 25/01/2016

Notre avis sur l'album Le temps des innocents

Quand il commence, aux côtés de Jan Bucquoy, cette nouvelle série en 1984, dans Vécu, Daniel Hulet n'a à son actif que quelques albums de Pharaon ! Quelques albums qui ont néanmoins assis sa bonne réputation, avec un dessin solide et des couleurs désaturées de toute beauté !

Les chemins de la gloire démarrent sur les champs de bataille de la fin de la première guerre mondiale. Le héros est un jeune homme qui souhaite grimper dans l'échelle sociale et se dit que son expérience de boxeur pourrait l'y aider. Cependant, les auteurs insistent aussi beaucoup sur le cadre historique, sur la douloureuse réalité économique qui voit le pays appauvri par ces années de guerre et les mouvements sociaux qui opposent les ouvriers aux forces de l'ordre. Évidemment, au milieu de cette débâcle, ce jeune bidasse qui revient du front ne rêve que d'une seule chose, sortir de cette univers pour frayer avec les hautes sphères !

Ce premier album est avant tout là pour poser les bases de ce qui va suivre. On voit Raymond qui vit ses derniers moments de bidasse, qui revient chez lui et qui doit ensuite s'en aller, histoire de couper le lien avec les siens pour arriver, matière brute, à Paris ou tout va s'écrire pour lui ! La dernière case de l'album montrant bien qu'il s'agit avant tout du départ pour le reste !

L'histoire est prenante, même si je la trouve réellement bavarde, avec des textes parfois écrits en noir sur fond coloré foncé, du coup ça n'est pas toujours ultra lisible !
En contre partie, graphiquement, on a déjà le Daniel Hulet de L’État Morbide, en plus classique. C'est très beau et très expressif, avec une vraie science de la couleur !

Peut-être que ce premier volume souffre de son statut introductif, qu'il faut en lire davantage pour bien apprécier. C'est pour ça que je vous conseille de redécouvrir cette série qui promet pas mal de bonnes choses !

Par , le

Les albums de la série LES CHEMINS DE LA GLOIRE