LES CHAMPS D'AZUR #4 Sarabande à la turque

voir la série LES CHAMPS D'AZUR
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

GLENAT

Collection :

Grafica

Genre :

Aventure

Aviation

Historique

Sortie :
ISBN : 9782723488815

Résumé de l'album Sarabande à la turque

Octobre 1916. La Somme.
Théo Fayard tombe sur le commandant André Joliot. Il lui annonce qu'il va se marier avec Maureen Lowell, son associée. Il lui raconte aussi comment Maureen a mis le temps pour faire le deuil de son mari, Charles. Mais voilà, Théo apprend que ce dernier serait peut être encore en vie. Enfermé dans une prison turque. Il ne sait que faire du coup. Doit il garder ça pour lui ou bien le dire à Maureen ? Si le mariage n'a plus lieu, son projet de concevoir d'autres avions ne se concrétisera pas...

 

Par Berthold, le 09/07/2013

Notre avis sur l'album Sarabande à la turque

Les Champs d'Azur est une très belle saga qui se clôture avec ce tome 4.
Le scénariste du Décalogue, Frank Giroud, nous raconte avec talent l'aventure de ceux que l'on nomme les "avionneurs". Il nous offre une belle saga d'aventure et une belle histoire d'amour.

Ce quatrième opus démarre sur les chapeaux de roues avec un combat aérien dans lequel, comme nous le voyons quelques cases plus tard, a pris part Théo Fayard. Touché, il rejoint les lignes françaises où il croise son ami André Joliot, officier dans l'armée française. C'est là qu'il lui raconte ce qui s'est passé dernièrement concernant Maureen Lowell et lui. Mais surtout, le fait que Maureen n'a toujours pas fait le deuil de son mari et qu'ils ont passé du temps à le rechercher jusqu'à ce qu'on les envoie vers une tombe qui serait celle de Charles Lowett. Ce qui permet à Théo de demander la main de Maureen. Sauf que le destin en décide autrement.
Frank Giroud nous offre une bien beau final à l'image de ce qu'a été cette saga en quatre tomes. L'intrigue est bien construire, les dialogues efficaces et finalement, Giroud laisse une fin ouverte permettant peut être d'écrire une suite à ce titre.
Comme on peut le constater, Giroud ne ménage pas son lecteur avec de nombreux rebondissements et un bon suspense.

Quand au graphisme de Luc Brahy, il est toujours à la hauteur. Son talent sert au mieux le récit de Giroud. On se régale devant certaines scènes vraiment spectaculaires et splendides. On apprécie le rythme donné par Brahy, un rythme qui nous entraine dans cette aventure où les avions tiennent là aussi le devant de la scène.

Sarabande à la turque est un très beau final pour cette série. Giroud et Brahy se sont surpassés sur cet ultime tome et font des Champs d'Azur, une série digne d'importance et que je vous recommande sans hésiter !
Bon vol !

 

Par , le

Les albums de la série LES CHAMPS D'AZUR

Nos interviews liées

Interview de Luc Brahy

Sceneario.com : Bonjour Luc. Avant toute chose, peux tu te présenter et nous conter ton parcours avant d’arrivée dans le monde la bande dessinée ?
Luc Brahy : J’ai eu plusieurs trajectoires dans mon parcours… on va dire que j’ai eu mon premier album de BD entre les mains a deux ans et demi (c’etait Tintin au Tibet et je l’ai dechiré)… je me sens en dette envers la BD depuis ce temps là.
Sceneario.com : Ta carrière débute avec Zoltan, je crois bien. Puis, tu te lances dans la série Imago Mundi. Quels souvenirs gardes-tu de cette période ?
Luc Brahy : Mon tout premier album était NEW YORK DRINK, une auto edition dans un style proche de MUNOZ ET SAMPAYO… c’est du collector, ca. Puis oui, ZOLTAN avec dejà Frank Giroud, suivi d’Imago mundi, de Climax et de tout le reste… [...]

Lire la suite ›

Frank Giroud pour Quintett tome 5

  Sceneario.com: Nous arrivons déjà à la fin de Quintett, quel effet ça fait de cloturer cette excellente série ?

Frank Giroud: Je suis à la fois soulagé d’avoir mené un tel navire à bon port… et nostalgique d’en quitter le pont.
 
Sceneario.com: De Vita vous a proposé Giancarlo Alessandrini lorsqu'il s'est agi de lui trouver un remplaçant. Avez-vous fait confiance au choix de Giulio De Vita ou bien Giancarlo Alessandrini a-t-il dû "passer des tests" ?

Frank Giroud: J’avais pleine confiance dans les goûts de Giulio et j’ai bien aimé les extraits des divers travaux envoyés par Giancarlo. Mais je ne pouvais pas l’accueillir à bord sans m’être assuré qu’il serait vraiment l’homme de CETTE situation [...]

Lire la suite ›