Spirou sous le manteau

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DUPUIS

Genre :

Beaux livres

Guerre

Hommage

Jeunesse

Sortie :
ISBN : 9782800158921

Résumé de l'album Spirou sous le manteau

"Interdit de publication par les Allemands en 1943, Le Journal de Spirou continua pourtant d'être produit et distribué clandestinement dans les rues de Bruxelles. Se résumant à une page pliée mettant en scène Spirou, Fantasio et Spip, le "journal" était signé par le dessinateur Al... Se procurer alors ce Journal de Spirou distribué sous le manteau s'apparentait à une véritable chasse au trésor : sur chaque dessin étaient imprimés, codés, la date et le lieu de distribution du numéro suivant.
Dans chacun des 41 numéros de ce Journal de Spirou clandestin, Spirou, Fantasio et Spip partagent le quotidien des Bruxellois. Rationnement, systèmes D, bombardements, répression allemande... "

L'Editeur...

Par Fredgri, le 09/09/2013

Notre avis sur l'album Spirou sous le manteau

Ce magnifique album est un véritable ovni autour de Spirou, Fantasio et Spip version rétro, ambiance deuxième guerre mondiale avec l'occupation allemande et la propagande qui a suivi !

Aux manettes, sous le pseudo faussement trompeur de "Al" on retrouve le génial Al Severin qui nous ouvre là les portes d'un hommage très inspiré qui revient vers une période ou, malgré la guerre, les personnages gardaient leur fraîcheur et cette légèreté incroyablement communicative ! Ainsi, avec cette galerie d'une quarantaine d'illustrations, nous retrouvons nos trois héros (car Spip est complètement de l'aventure, bien sur !) gentiment confrontés aux occupants, aux restrictions de la guerre, mais aussi aux multiples aspects du quotidien, plus bon enfant, comme l'animation d'un petit spectacle d'ombres chinoises, le ramonage sous l'orage, une promenade sur l'eau avec de belles jeunes filles, des tours de manège...
Al revient donc sur les valeurs très humanistes que véhiculaient à cette époque le petit monde de Spirou, on donne l'exemple, on partage les peines des lecteurs tout en lui permettant quand même de penser à autre chose, de se détendre. C'est très généreusement rendu, et on retrouve Spirou au quotidien, loin des longues aventures dans des pays lointains, car il est comme le lecteur, il est concerné, même s'il peut s'amuser aussi !

Ainsi, sans en avoir l'air l'auteur nous raconte une sorte d'histoire dans l'Histoire, celle d'un groupe de héros auquel il est facile de s'identifier, qui traverse la guerre tant bien que mal, subissant plus qu'autre chose, mais ne perdant jamais sa bonne humeur ! Les illustrations sont magnifiques, elles rappellent bien sur Jijé, mais aussi des ambiances comme celles d'Albert Dubout ou ces vieilles affiches de films des années 40. Fantasio y est très grand et filiforme et Spip plus Jijien que jamais, avec Spirou ils sont farceurs, charmeurs, ils font de la contrebande, se cachent des soldats allemands, un brin saltimbanques, c'est la bohème, l'insouciance prudente ! On tombe tout de suite sous le charme de ces planches en imaginant les récits qui se cachent derrière... Quelles aventures !

Alors, bien sur, concrètement la "lecture" de l'album est assez courte, mais il faut aller plus loin, se laisser prendre au jeu et se perdre dans la contemplation, d'une part, et ensuite dans cette reconstitution d'une époque, d'un esprit plein de charme. Puis tout est tellement beau que passer à la va vite sur ces illustrations est tout simplement impossible !

Un voyage dans le temps qui devrait plaire à tout ces amateurs qui, comme moi, aiment ces épisodes retro...

Un vrai délice à savourer avec lenteur, morceau après morceau !

Par , le

Nos interviews liées

Alec SEVERIN

Alban Jarry : Alec Séverin, vous êtes presque le seul auteur à connaître toutes les facettes des métiers de la bande dessinée : Scénariste, dessinateur, éditeur, imprimeur et relieur. Pourquoi une telle spécificité ? Comment vous est venue l’envie de réaliser intégralement la réalisation d’un album ?
Alec Séverin : Le concept DE L'UNIVERS D'HARRY m’oblige à pratiquer tous ces métiers ; IL est constitué de publications de toutes sortes ; les albums de BD édités intentionnellement sous diverses formes, des portfolios et autres ouvrages « d’archives » … Je dois même endosser la veste de critique sous le nom de Harold Raymond, afin de décortiquer « l’antique oeuvrette » … Il faut que tout ça soit crédible et semble sortir du passé …Je suis heureux de jouer tous ces petits rôles …

Alban Jarry : Pouvez-vous parler un peu plus de chaque étape ?
Alec Séverin : J’ai en tête, depuis bien longtemps, l’organisation de cet univers, et la fabrication de livres à l’ancienne m’a toujours amusé ; je reliais les planches de Rusty Riley (découpées dans des « Spirou » incomplets) en jolis albums, alors que je n’avais pas douze ans … Toutes les étapes se chevauchent et s’interpénètrent selon mes envies du moment [...]

Lire la suite ›