CONVOI Intégrale

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

LES HUMANOÏDES ASSOCIES

Sortie :
ISBN : 2731612738

Résumé de l'album CONVOI Intégrale

Année 2069. Alors qu'elle se rend sur une île déserte afin de tourner la nouvelle émission à la mode, le suicide télévisé, Karen Springwell va rencontrer un étrange individu, soit disant abandonné par sa société, Ushaïdo, depuis 10 ans sur cette île.
Voulant le ramener en Amérique, ce dernier va aussitôt se faire arrêter par les autorités chinoises.
Karen va alors essayer de l'aider, et pour cela va contacter un certain M. Moolsan, qui serait le directeur de cette fameuse compagnie Ushaïdo.
Elle est alors loin de s'imaginer qu'elle vient de mettre le pied dans une gigantesque conspiration, qui va étendre ses ramifactions des premières colonies spatiales aujourd'hui dissidentes, jusqu'au coeur du très célébre jeu de réalité virtuelle Convoi.

Par Ronan, le NC

Notre avis sur l'album CONVOI Intégrale

Convoi l'intégrale est le condensé de 4 albums ayant vu le jour dans les années 90, dans la série "Les Aventures de Karen Springwell".

Quand j'ai eu cet intégrale dans les mains, je ne connaissais alors pas du tout la série, mais le résumé m'a tout de suite attiré.
A la lecture, ma première impression fut confirmée : cet album sort des sentiers battus.
Ce n'est pas tant l'histoire qui y est intéressante, que tout le background que l'auteur à construit autour, de l'origine du fameux jeu Convoi, de l'évolution des relations avec les premières colonies spatiales etc... On se sent plongé dans cet univers, où l'environnement virtuel du jeu est tout aussi riche que celui de la réalité... deux mondes en un seul où évoluent les personnages.
Coté dessins par contre, c'est à l'opposé de l'histoire, on est loin du futurisme, même proche. Il faut être vraiment accroché à l'histoire pour ne pas trop y faire attention. Ils fleurtent souvent avec la ligne clair, dans un style très Yoko Tsuno avec des couleurs parfois hallucinantes que je n'avais pas revues depuis mes vieux "Journal de Spirou". Bref, ce n'est pas le dessin qui accrochera l'oeil.
Une chose que j'ai trouvé excellente, c'est l'utilisation, à chaque apparition dans les dessins d'un appareil sophistiqué, d'un insert avec la marque et le copyright de cet appareil. Cela donne à mon goût une consistance supplémentaire à ce monde futuriste.
Bref, au final, j'ai trouvé cette bd excellente, et je vous conseille vivement de la découvrir, ou de la redécouvrir.

Par , le

Nos interviews liées

Ghost Money : une vision prémonitoire de la géopolitique actuelle

Sceneario.com : Dans votre série Ghost Money, dès le premier tome paru en 2008, vous évoquez des thématiques qui se sont brutalement matérialisées dans notre actualité : attentats djihadistes, cyber-surveillance, Islam des Lumières... D'où vous est venue cette vision prémonitoire ?
Thierry Smolderen : Ghost Money est une bande dessinée d'Anticipation. Elle est construite à partir des forces en présence : les djihadistes, les dictatures et les Etats-Unis. Elle veut montrer que nul bord n'est le bon, que nul ne détient la vérité et n'a raison.
Elle est nourrie des événements des années 2000, de la politique du pire qui a surgi au grand jour au lendemain du 11 septembre 2001. A cette époque, j'avais un regard très critique sur ce qui se mettait en place : la politique du mensonge de Bush, la surveillance électronique, etc [...]

Lire la suite ›

Interview Bertail & Smolderen

Sceneario : C'est votre deuxième collaboration. Avez-vous utilisé les mêmes méthodes de travail ?
Bertail :
Non, je ne pense pas qu'on puisse dire ça. A la première collaboration (l'enfer des pelgram, Delcourt) le scénario était déjà écrit et les éléments déjà mis en place. On a un peu essuyé tous les plâtres avec cette première série.

Sceneario : Et cette fois, vous avez travaillé plus en amont avec le scénariste ?
Smolderen :
Je l'ai écrit en flux tendu en dialoguant constamment avec Dominique, et en tenant compte de ses remarques et de ses envies. C'est un travail de collaboration vraiment très très proche. On passe beaucoup de temps à discuter de chaque scène. Dominique a des tas d'idées que j'essaye d'intégrer.

Sceneario : Avant cette interview, j'ai pu voir les originaux qui étaient exposés à la galerie Arludik [...]

Lire la suite ›