LEO LODEN #25 Massilia aeterna

voir la série LEO LODEN
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Humour

Policier

Sortie :
ISBN : 9782302059740

Résumé de l'album Massilia aeterna

Au temps où elle était une cité romaine et avait pour nom latin Massilia, Marseille se déployait sur un tout petit territoire. Pourtant, malgré sa faible densité, les affaires criminelles avaient leur place et les questeurs privés, tels Leo Lodanum, faisaient leur office. Un jour, ce dernier est consulté par Ala Vacumjtepus, une matrone aisée qui suspecte son mari, riche propriétaire des thermes d’Aqua Sextiae, d’avoir une relation extraconjugale. Contrat en poche, il se lance alors dans une longue filature qui l’amène, tard le soir, dans les quartiers nord. C’est en ces lieux en chantier que le surveillé est tué devant un Leo impuissant à retenir l’assassin. Seul témoin du crime, il se retrouve bientôt face à la CRS dont la responsable est la centurionne Marlena, sa dulcinée. Libéré par cette dernière, il décide d’aller voir l’épouse de la victime pour lui faire part de la mauvaise nouvelle, après avoir récupéré au port Ulysse, son oncle marin. La désormais veuve demande alors à Léo de mener son enquête. Qui pourrait avoir intérêt à faire disparaître le mari d’Ala Vacumjtepus ? Entre ses positions anti-développement du port, ses ambitions politiques et sa vie dissolue, la victime avait beaucoup d’ennemis… autant de pistes que le questeur Leo Lodanum va devoir explorer.

Par Phibes, le 10/12/2017

Notre avis sur l'album Massilia aeterna

Avec cet épisode, Christophe Arleston et Loïc Nicoloff opèrent sans autre forme de procès un changement pour le moins radical dans la saga et visible dès le premier de couverture. En effet, les deux coscénaristes ont décidé de quitter notre époque contemporaine pour nous renvoyer au temps des romains, lorsque la cité phocéenne était Massilia, bourg de faible importance, planté au bord d’une baie encore sauvage sans zone portuaire digne de ce nom.

Aussi, on pourra être étonné de retrouver nos chers personnages que sont Leo, Marlène et Louis-Ulysse dans une équipée transposée au temps des romains, plongés dans une affaire criminelle menée glaive en main et tige de clématite au bord des lèvres. L’enquête qui suit l’assassinat d’un opposant à la création du nouveau-port permet aux auteurs de nous introduire dans une intrigue tortueuse, gérée subtilement par des personnages cette fois-ci ancestraux aussi efficaces que dans notre époque.

Si le développement des investigations reste dans des dispositions classiques, il n’en demeure pas moins que cette affaire est l’occasion pour Arleston et Nicoloff de jouer sur les clins d’œil. Plusieurs univers s’entremêlent donc comme celui d’Astérix (avec des personnages s’y référant comme Barbe-Rouge, Triple-pattes et Baba), celui de l’Odyssée d’Homère, celui de Pagnol, celui du film Le parrain… Puisqu’il est question de Marseille, le sosie de Gaston Deferre a également droit au chapitre, le tout initiant un méli-mélo original et bien cocasse.

Dessinateur patenté de cette série, Serge Carrère tire efficacement son épingle du jeu pictural dans cet épisode. En effet, le fait de transposer l’univers dans lequel il a l’habitude de travailler au temps des romains ne lui pose aucun problème. En fait, cet exercice lui permet de s’inspirer grassement du travail d’Uderzo dans Astérix, dans des effets (hormis certains regards) qui témoignent une réelle cohérence au niveau des décors et des personnages. Le plaisir est d’autant plus grand que l’effort sur les caricatures est on ne peut plus perceptible. Entre le président des Etats-Unis, Raimu, Gaston Deferre, Marlon Brando… chacun passe sous la houlette de l’artiste dans des dispositions bien comiques.

Un épisode certes atypique dans la saga pour une intrigue comico-policière menée tambour battant, tendant à faire penser que Leo Loden, désormais, n’est plus le personnage d’une seule époque…

Par , le

Les albums de la série LEO LODEN

Nos interviews liées

A l'occasion des 20 ans de Lanfeust, un bel entretien avec Christophe Arleston

sceneario.com : Christophe, bonjour, nous fêtons les 20 ans de Lanfeust, cela représente 70 albums parus durant ces 20 ans. 
Christophe Arleston : Avec uniquement le monde de Troy on doit effectivement être dans ces eaux-là. Sceneario.com : Cela représente trois albums par an 
Christophe Arleston : Je ne fais pas vraiment de statistiques sur ma production Il y a eu des années ou les parutions ont été plus nombreuses, des années où il y en a eu moins, en fonction des dessinateurs qui pouvaient travailler en parallèle mais on arrive quand même à 70 bouquins. sceneario.com : Il y a juste un cas particulier, les Gnomes de Troy qui sont des gags en une page alors que toutes les autres séries de l’univers de Troy sont des récits complets. 
Christophe Arleston : En fait, les Gnomes sont nés dans Lanfeust Mag parce que la tradition des gags en une page permet d’animer le journal par rapport à la simple prépublication habituelle, traditionnelle d’albums [...]

Lire la suite ›

Entrez dans l'univers de DOMES

A l’occasion de la sortie de « Chrysalide », le premier tome de leur série « Dômes » aux éditions Soleil, le dessinateur Xavier Roth-Fichet ainsi que le scénariste Loïc Nicoloff nous font le plaisir de répondre à quelques questions !

Sceneario.com : Loïc, Xavier, bonjour et soyez les bienvenus sur Sceneario.com. Comme pour toute première fois, vous serait-il possible de vous présenter aux scénarionautes qui ne vous connaissent peut-être pas, vous et vos parcours respectifs?   XRF : Sorti des études de design, je me suis orienté dans le milieu de la BD par passion. J’animais mon blog régulièrement (à l’époque) ce qui a permis de rencontrer des personnes intéressées par mon travail, et c’est comme ça que je suis tombé dans le monde de l’animation [...]

Lire la suite ›

Serge Carrère pour Léo Loden 17

Sceneario : Comme c'est le troisième interview que l'on fait ensemble, on va parler des choses nouvelles.
J'ai vu que tu fais partie du studio Aquarium à Toulouse avec Dab's, Tony Valente, Guillaume Chuffart, Thomas Jourdas, Simon Leturgie. Comment se passe la cohabitation/travail avec les autres auteurs ?

Serge Carrere : Éh bien, cela se passe le plus naturellement possible, Nous partageons un lieu de travail ainsi que du matériel et surtout, le plus important, nos expériences, nos points de vue et notre savoir faire. Le fait que cet atelier existe, permet de fédérer de la création, des motivations ainsi que des rencontres avec d'autres auteurs, qui passent nous rendre visite, des journalistes qui viennent nous interviewer, bref du mouvement, de la vie quoi !

Sceneario : Depuis octobre 2006 tu gères un blog
Qu'est-ce qui t'a amené à utiliser un blog au lieu de ton ancien site web ?

Serge Carrere : Le côté "pratique" du blog, Facile à gérer, et puis, mon site, je l'hébergeais moi-même sur mon propre serveur et quelquefois, ce serveur était déconnecté, lent, faut dire que c'était un vieil ordinateur que j'avais transformé en serveur [...]

Lire la suite ›

Serge Carrere: Je suis un boulimique de travail...

Sceneario.com: Le tome 3 de private ghost qui fini le premier cycle a une fin assez ouverte, la série est finie ou avez vous d'autres projet pour cette série ?
Serge Carrere: Didier et moi avons prévu d'autres histoires avec notre fantôme chéri, des aventures en deux tomes, afin de pouvoir s'amuser scénaristiquement parlant avec Sam. L'éditeur dès le début a demandé à Didier, de prévoir une série et non un one-shot. Tout dépendra aussi de l'accueil du public sur ce premier opuscule en trois tomes. Bref, cela reste ouvert...

Sceneario.com: C'est une règle stricte de ne travailler que sur une seule série à la fois?
Serge Carrere: Il n'y a pas de règles là-dessus.. Je peux travailler sur plusieurs boulots à la fois. C'est une question d'organisation et de gestion du temps...
Et puis, travailler sur quasiment une seule série pendant plus de dix ans, cela use... On a envie de passer à autre chose, de s'aérer les pinceaux.


Sceneario [...]

Lire la suite ›