LEFRANC #12 La camarilla

voir la série LEFRANC
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

CASTERMAN

Genre :

Aventure

Sortie :
ISBN : 2203314125

Résumé de l'album La camarilla


Lors du grand prix de Monza, le pilote de F1 Yon Clare est contraint par sa firme d'abandonner la course au profit de son adversaire, Jim Hall. Exaspéré par les magouilles incessantes et la pression dont il fait l'objet, il décide de se confier au journaliste Guy Lefranc. Malgré tout, plutôt que d'abandonner la compétition, il clame publiquement sous l'égide de la Comtesse Falashi-Karenberg de donner un coup de fouet à sa carrière. Cette décision de dernière minute ne sert nullement les intérêts le groupuscule d'industriels vénaux formant la "camarilla" qui prend le parti, par le biais d'un tueur à gage, d'intimider le pilote.
 

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album La camarilla


Jacques Martin s'attaque au monde de la course automobile pour les besoins de sa nouvelle aventure journalistico-policière et plus précisément sur les malversations d'une organisation secrète constituée de professionnels et industriels liés à ce sport, prêts à tout (y compris en trichant) pour obtenir des bénéfices substantiels.

Tel un moteur diesel, le récit prend le temps de se mettre en chauffe, et se cale sur le rythme de croisière des affirmations de Yon Clare à Guy Lefranc, entrecoupées de rencontres plus ou moins convaincantes. L'intrigue n'arrive malheureusement pas à atteindre les tours suffisants pour griser le lecteur et se transforme vite en un cheminement parsemé d'embûches moyennement intenses. Axel Borg est bien sûr de la partie et se révèle, en cet épisode, un adversaire peu probant, surtout dans la deuxième partie de l'aventure.

Jacques Martin arrive toutefois à susciter quelques émotions en employant une radicalité par rapport à Yon Clare et le petit Stefano peu habituelle. Le drame vient donc côtoyer la quête du reporter et plombe quelque peu l'affaire.

Le travail de Gilles Chaillet est minutieux, se révèle dans des cases regorgeant de détails finement restitués. On regrettera, toutefois, l'imprécision des personnages (visages, corpulence) qui tranche avec le superbe réalisme des décors et des véhicules exécutés en association avec Thierry Lebreton.

"La camarilla" est un opus dont l'intrigue, un peu fade à mon goût, servira sans nul doute les accros du reporter Guy Lefranc. 
 

Par , le

Les albums de la série LEFRANC

Nos interviews liées

Interview Convard & Chaillet

Sceneario.com : Vous avez déjà travaillé ensemble sur le Triangle Secret, mais seulement sur un tome ?
Chaillet :
Oui tout à fait, dans le premier tome de cette belle saga. C'était une façon pour nous de travailler ensemble. C'était un projet qu'on avait depuis très très longtemps. J'avoue que cette petite incursion dans le domaine du Triangle Secret a été pour moi un très grand plaisir, mais avec quelque part une petite frustration : c'était un peu court.
Convard : Cela faisait bien un quart de siècle qu'on avait envie de travailler ensemble. Le Triangle Secret nous a permis de faire déjà un premier pas. Il y avait un flash-back à réaliser, et j'avais l'intention de demander à mes amis d'en faire un chacun. J'ai immédiatement pensé à Gilles, à André Juillard, à Jean Charles Kraehn, qui sont mes amis [...]

Lire la suite ›

Gilles CHAILLET

Sceneario.com : Si quelqu’un ne vous connaissait pas encore, que pourriez vous dire en quelque mot pour vous présenter.
Gilles Chaillet : Je suis dessinateur de Bande Dessinée, passionnée d’histoire et plus particulièrement par Rome. J’ai eu enie de faire de la Bande dessinée en découvrant le journal de Tintin à l’age de 8 ou 9 ans. Je disais à l’époque à mes parents : »quand je serai grand je voudrais faire de la Bande dessinée »… à cela on me répondait : « va faire tes devoirs on verra ensuite… ».
Dans le même temps je découvrait la civilisation Romaine dans l’œuvre de jacques Martin avec Alix, et mes deux passions sont nées en même temps. Je voulais faire de la BD et représenter Rome comme ça devait être à l’époque des Romains. Mes deux passions m’ont suivi toute ma vie [...]

Lire la suite ›