Léa ne se souvient pas comment fonctionne un aspirateur

Dessinateur :


Scénariste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Chronique sociale

Drame

Intimiste

Roman Graphique

Sortie :
ISBN : 9782505008613

Résumé de l'album Léa ne se souvient pas comment fonctionne un aspirateur

Louis Levasseur est un écrivain d’une quarantaine d’année n’ayant jamais réellement connu le succès. Solitaire endurci et en panne d’inspiration, il n’est pas au mieux de sa forme… Un peu par hasard il trouve un journal intime dans une poubelle appartenant à une certaine Léa, une fille qui confie ne plus se souvenir comment fonctionnent les appareils ménagers : un sujet tout trouvé pour son prochain roman. Son livre Le choix de Léa est un véritable best-seller, Louis Levasseur bit désormais confortablement mais une question le hante toujours, qui est vraiment Léa ?...

Par Melville, le 02/07/2010

Notre avis sur l'album Léa ne se souvient pas comment fonctionne un aspirateur

Derrière ce titre Léa ne se souvient pas comment fonctionne l’aspirateur se cache un récit sensible et plein de surprise à la porté sociale inattendue.

Le scénario d’Eric Corbeyran renferme une richesse insoupçonnée. Tout commence comme un histoire assez classique d’un écrivain raté en pleine crise de la quarantaine qui trouve l’inspiration et le succès grâce aux écris d’un autre. Classique mais tout de même bien mené on se laisse bercer par ce premier chapitre sans prétention. Puis vient ensuite le deuxième chapitre de l’histoire et avec lui le récit prend une tournure tout autre, des révélations sont faites sur le destin des personnages qui soulèvent un problème de société grave. D’un coup l’histoire prend de l’ampleur, une dimension dramatique et là où Eric Corbeyran fait preuve d’un grand talent de scénariste c’est que cet « engagement » s’inscrit parfaitement dans la continuité du récit. Depuis le début l’auteur sait où il veut nous emmener et il nous y conduit par des chemins détournés en ancrant son récit dans l’émotion et la tendresse. La solitude, le manque, sont des sentiments au cœur même de cet album et pourtant la richesse avec laquelle sont traités les personnages transmet cette émotion avec fidélité sans pour autant que l’on ressente une impression désagréable de vide…

Au dessin c’est un auteur coréen méconnu en Europe que l’on retrouve, Gwangjo. Réalisé au crayon ce qui apporte de la douceur et une touche de mélancolie à l’atmosphère, son dessin réaliste et expressif porte l’histoire. Un auteur dont j’espère avoir à nouveau l’occasion d’apprécier le travail.

Léa ne se souvient pas comment fonctionne l’aspirateur est une bande dessinée à lire pour son propos subtile et fort. Maintenant je vous laisse entre les mains de nos deux auteurs pour découvrir par vous-même de quoi il retourne exactement…

Par , le

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›