LE VAGABOND DES LIMBES #17 La martingale céleste

voir la série LE VAGABOND DES LIMBES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

VAISSEAU D'ARGENT

Genre :

Aventure

Science Fiction

Sortie :
ISBN : 2877570029

Résumé de l'album La martingale céleste


Pourchassé par la police de Stardup et par tous ceux qui croient qu’il possède la martingale céleste, Axle Munshine est parvenu en compagnie de Musky et de Marthy, à quitter in extremis la fameuse cité du jeu. Dans l’attente d’être récupérés par Matt resté à bord du Dauphin d’Argent, ils se doivent d’échapper à leurs poursuivants en s’enfonçant de plus en plus dans la forêt voisine pour finalement atteindre, grâce à l’aide d’un guetteur de feux, l’ancienne ville nouvelle de Vraye. Mais là aussi, le danger est présent et pour le limiter, le trio doit passer par les sous-sols de la ville abandonnée qui est le repère de bandes marginales, les terribles Squines. Est-ce que les trois fuyards parviendront à se sortir de ce mauvais pas ?


 

Par Phibes, le 12/11/2010

Notre avis sur l'album La martingale céleste


Axle Munshine, l’ex diplomate déchu de la Guilde n’en finit pas de courir. Ayant échoué sur la planète Stardup, véritable système géré par le jeu, il a retrouvé les traces de son père Korian dont la prononciation du nom suffit à plonger l’ancien grand conciliateur dans une course-poursuite sans fin.


Cet épisode qui fait suite à celui intitulé Le dépotoir des étoiles ne change pas le ton mis en place par ce dernier. Affublé de sa facétieuse Musky et du longiligne Marthy, le vagabond des limbes fuit devant lui à la rencontre d’un monde étrange, vivant au rythme des jeux les plus délirants. A ce titre, Christian Godard se plaît à extrapoler son aventure en nous opposant des épreuves sportives totalement loufoques (course des vierges dans un parking souterrain, les échecs-coinchés dans un stade commenté par la caricature de Léon Zitrone…).


Par ailleurs, il entretient adroitement le mystère sur Korian qui reste un personnage insaisissable à multiples facettes. A l’image d’Axle, on découvre chacune d’elles au fur et à mesure que l’on avance dans les péripéties.


Graphiquement, Julio Ribera se tire à merveille de cet univers grouillant et quelque peu aberrant qu’est Stardup. Le travail sur les ombres est efficace (une partie du récit se passe dans la nuit et dans des sous-sols). De même, la masse des personnages qu’il réalise est assez impressionnante et démontre que le détail le plus loufoque ne le rebute pas.


Une suite d’aventure rocambolesque que l’on lit avec plaisir.


 

Par , le

Les albums de la série LE VAGABOND DES LIMBES