Le trésor du Cygne Noir

Dessinateur :


Scénaristes :



Éditions :

DELCOURT

Collection :

Mirages

Genre :

Ligne Claire

Thriller

Sortie :
ISBN : 9782413019961

Résumé de l'album Le trésor du Cygne Noir

Alex débarque à la veille d’une tempête au Ministère de la Culture espagnol. Diplomate brillant, mais tout juste diplômé, il intègre l’équipe qui doit gérer la bataille judiciaire qui s’annonce entre l’Etat et les chasseurs de trésors américains de l’entreprise Ithaca.

Ces derniers ont mis la main sur un fabuleux trésor, dans l’Atlantique. Tout porte à croire qu’il s’agit des restes d’un galion appartenant à l’Espagne.

Par Legoffe, le 13/03/2020

Notre avis sur l'album Le trésor du Cygne Noir

Attention, pépite ! Car, si le livre parle de trésor, il est lui même une très belle trouvaille. Ses auteurs nous permettent de découvrir un sujet assez méconnu, celui des pilleurs d’épaves et des enjeux financiers et patrimoniaux qui naviguent autour.

L’ensemble est raconté comme un véritable thriller, nous plongeant au coeur des bureaux des ministères, dans une ambiance qui frôle parfois le récit d’espionnage. Mais le ton, malgré le sérieux du sujet, est presque léger et, surtout, très humain. Les auteurs ont veillé, en effet, à bien travailler leurs personnages. Cette fine équipe d’employés du ministère, et leur avocat, sont plutôt attachants. Leur histoire personnelle rejoint, en quelque sorte, la grande histoire et la jurisprudence officielle.

Car cette bande dessinée, bien que romancée, est basée sur des faits réels. Tous les noms, jusqu’au navire, ont été changés, à l’exception du nom de code du galion, donné par les Américains, « Black Swan » (le Cygne Noir). Mais on retrouve, dans l’aventure, les grandes lignes de l’affaire qui mena devant les tribunaux l’Etat espagnol et l’entreprise Odyssey lorsqu’elle découvrit l’épave du Nuestra Senora de las Mercedes y las Animas, en 2007. Une bataille judiciaire s’engagea, qui dura jusqu’en 2012.

Je ne vous dévoilerai pas, bien sûr, le résultat, vous invitant plutôt à lire cet excellent album. Ses 200 pages se dévorent grâce au talent de narrateur de Paco Roca, qui s’est parfaitement saisi du récit du diplomate Guilermo Corral. Jamais on ne s’ennuie tant le récit est rythmé. On découvre tout un univers de façon passionnante. Une réussite qui ne m’étonne pas, venant de l’auteur du très bon livre de guerre « La Nueve ».

Le tout est mis en image avec brio, grâce à une ligne claire moderne, qui offre des planches très graphiques.

Bref, cette BD mérite de faire partie des trésors de votre bédéthèque !

Par , le