LE SOURIRE DU CLOWN #2 Deuxième tome

voir la série LE SOURIRE DU CLOWN
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

Futuropolis

Genre :

Chronique sociale

Drame

Sortie :
ISBN : 9782754800679

Résumé de l'album Deuxième tome

Suite à un nouvel assassinat perpétré sur la personne de Rachid Ben Raïs et la tentative d'arrestation du jeune Djin, la cité des "Hauts Vents" connaît un regain de tension. Des barricades sont dressées par des jeunes casseurs pour interdire tout accès aux forces de l'ordre. Dans ce contexte brûlant, le nouveau curé, le père Desternod, fait usage de son influence pour organiser le ravitaillement et la cohésion d'une population hétéroclite perturbée par les évènements. Par ailleurs, l'homme d'église semble nourrir une certaine animosité envers le jeune Djin dont le cas intéresse beaucoup de monde.

Par Phibes, le NC

Notre avis sur l'album Deuxième tome

Nous retrouvons avec un plaisir non dissimulé le deuxième tome de cette série entamée voilà déjà deux ans par les auteurs de la superbe série "le pouvoir des innocents". Nous avions laissé la cité des "Hauts Vents" dans un climat de tension extrême à la suite de l'assassinat de trois personnes bien présentes dans la vie de celle-ci. Nous repartons au contact de Djin, le jeune garçon marqué psychologiquement par ces derniers faits qui est la cible d'un harcèlement médiatique et policier et qui le pousse à vivre en marge de son entourage.

Cet épisode fait le point sur l'organisation quotidienne de toute une population isolée par une minorité déterminée tout en nous divulguant parcimonieusement certains indices propres au passé tragique de Djin, aux intérêts partiellement avoués du curé vis-à-vis de la confrérie des clowns et au climat social qui est à l'origine de cette montée de la violence.

Dans cette tragédie, Luc Brunschwig se joue du temps en faisant, à tour de bras, des retours en arrière essentiels à la compréhension de cette crise sociale. Je reconnais qu'il est nécessaire de bien s'imprégner du récit pour nous permettre d'aligner les différentes périodes dans un ordre chronologique. De plus, le scénariste joue subtilement sur la bonté toute relative de ce curieux prêtre qui étend sournoisement son aura sur la cité sinistrée.

La beauté des graphiques réalisés par Laurent Hirn m'a entièrement conquis. En effet, ces derniers sont d'une vérité criante rehaussés par une colorisation directe d'un ton pastel. La douceur qui se dégage de ses dessins contraste habilement avec la violence des faits. Les personnages, très expressifs, libèrent, pour la plupart, une bonhomie convaincante. Le désarroi et l'incompréhension du jeune Djin se lisent sans ambiguïté sur son regard clair qui remplace la parole qui lui fait défaut.

Cette fiction sur la vie dans les zones défavorisées est amère mais reste d'actualité de par les terribles évènements que l'on a connus il y a peu. Malgré son côté poignant, elle demeure un excellent moment de lecture.

Par , le

Les albums de la série LE SOURIRE DU CLOWN

Nos interviews liées

Un entretien avec Luc Brunschwig

Sceneario.com : Commençons par le tome 4 d’Holmes. (Tiens, au fait, on n'est pas loin de Bob Morane avec Holmes et le personnage du Colonel Moran, l’un des criminels imaginé par Conan Doyle) ! Cette série, avec Cecil au dessin, n’est pas le genre de récit habituel que nous voyons sur le personnage de Sherlock Holmes. Ce n’est pas vraiment une enquête du célèbre détective du 221 Bis, Baker Street ?
Luc Brunschwig : En effet. Lorsqu'avec Cecil nous avons commencé à réfléchir ce projet, nous nous sommes dits qu'il serait fou d'espérer nous montrer aussi fûtés que Sherlock Holmes et son créateur Conan Doyle. Sherlock doit ses incroyables capacités au fait que la société anglaise victorienne était très codifiée. Il « suffisait » donc de posséder une connaissance pléthorique des codes de cette époque pour décoder d'un regard tout un tas de choses [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG

Entretien avec Luc BRUNSCHWIG pour la série URBAN (Editions Futuropolis) durant le 40° Festival International de la BANDE DESSINEE d'Angoulême. (2013).
Luc brunschwig par SCENEARIO Interviewer: Berthold et Melville
Images et son: Mat et Olivier
Montage: Aubert Une interview Off est visible à la fin du montage...Un grand moment de franche poilade. [...]

Lire la suite ›

Urban : une vision futuriste par Luc Brunschwig

Sceneario.com : Bonjour Luc. Tu as encore une actualité chargée pour cette rentrée 2011. Outre la sortie du nouveau spin-off tiré du Pouvoir des innocents, intitulé car l’enfer est ici (fin août 2011), tu nous proposes aussi Urban (sortie le 15 septembre 2011). Urban est un projet, je crois bien, que tu as porté sur plusieurs années. Peux tu nous raconter la genèse de ce récit.
Luc Brunschwig : En fait, ça remonte à loin, très loin… 1983, pour être précis, ce qui ne nous rajeunit pas. J’avais 16 ans… et j’écoutais du hard-rock comme tous les gamins de mon âge. Iron Maiden (dont un titre m’avait inspiré Angus Powderhill, un récit d’Héroïc-Fantasy), Scorpion et ACDC qui avait écrit dans la période Bon Scott (premier chanteur du groupe) un titre qui sonnait bien à l’oreille SIN CITY… ce titre m’avait fait fantasmé et je me suis mis à imaginer ce qui pouvait bien se cacher derrière lui : l’idée d’une ville vouée à tous les plaisirs, les raisons de son existence… 6 ans plus tard, SIN CITY a même été le second scénario que j’ai proposé à des éditeurs après le Pouvoir des Innocents (bon, un certain Frank Miller m’a soufflé le titre sous le nez, mais je jure que j’avais imaginé mon histoire avant lui) [...]

Lire la suite ›

Entretien avec Luc Brunschwig pour Lloyd Singer et Les enfants de Jessica

Sceneario.com : Bonjour Luc. Ton actualité récente est donc la sortie du tome 5 de Lloyd Singer qui n’est autre que la série Makabi paru auparavant chez Dupuis, mais aussi la ressortie des quatre premiers tomes depuis janvier 2011 chez un nouvel éditeur Bamboo. Peux tu revenir sur cette affaire qui a du dérouter plus d’un lecteur ?
Luc Brunschwig : Disons qu’il s’agit essentiellement de problèmes de coulisses, qui ne devraient pas concerner les lecteurs… mais avec tous ces changements, il semble légitime d’expliquer ce qui s’est passé. Dupuis a signé MAKABI il y a 10 ans. Dans l’intervalle, un album est sorti, puis deux… puis, la maison belge a été rachetée par Media Participations. Ce rachat a pas mal déstabilisé notre éditeur. Nous avons changé 3 fois en 6 ans de directeurs de collection. Tous ont toujours soutenu MAKABI, mais il est vrai que leurs idées sur la façon de le défendre différaient considérablement [...]

Lire la suite ›

Luc BRUNSCHWIG un auteur prolifique

Sceneario.com: Comment avez vous rencontré Vincent? Quels éléments particuliers vous ont décidé à travailler ensemble ?
Luc BRUNSCHWIG: Avec Vincent, c’est une vieille amitié… Vincent vient de la même école que Laurent Hirn (le dessinateur du Pouvoir des Innocents). Il habitait Strasbourg à l’époque où moi-même j’y habitais, nous avions quelques amis communs, on se rencontrait lors de mini-festivals organisés autour du renouveau de la BD en Alsace. J’appréciais beaucoup son travail, le côté très graphique de ses univers, son trait très personnel, même si je trouvais que tout son potentiel ne s’était pas exprimé sur sa première série le Cœur de Sang. Il y a chez lui un étrange mélange de force brute (faut avoir vu le gaillard) et de sensibilité (pour ne pas dire, de poésie), un cocktail qui fait toute la différence entre Angus Powderhill et une héroïc-fantasy que je qualifierai de plus classique. Il était vraiment l’homme de la situation.

Sceneario [...]

Lire la suite ›