LE SOUFFLE DU VENT #1 Le souffle du vent

voir la série LE SOUFFLE DU VENT
Dessinateur :


Scénaristes :




Coloristes :



Éditions :

12bis

Genre :

Adaptation

Anticipation

Aventure

Fantastique

Sortie :
ISBN : 2356481192

Résumé de l'album Le souffle du vent

Le monde avait basculé dans le chaos.
Elise, une jeune fille, avait vu la mort de sa famille lors de l'explosion de leur appartement. Elle n'a dû son salut qu'à Maître Koleilat qui l'a recueillie et sauvée.
4 ans après ces événements, la jeune femme a su, grâce à l'enseignement de Maître Koleilat, s'initier aux arts martiaux et à la pratique zen.
Son professeur va lui faire découvrir, pour terminer son apprentissage, un autre monde. Elise y sera guidée par un étrange personnage qui est le Maître des Lieux.
Elise y découvrira une nouvelle initiation et devra y combattre d'autres ennemis

Par Berthold, le 03/04/2010

Notre avis sur l'album Le souffle du vent

Le souffle du vent est l'adaptation du spectacle du même nom, crée par Stéphane Anière et Martin Lebreton en 2007 au Cirque d'Hiver et qui depuis, tourne à travers le monde.
Ce sont les auteurs de La Conjuration d'Opale et de Métronom, Corbeyran et Grun, qui se sont attelés à cette tache.

Je ne connaissais pas ce spectacle. Je n'en ai même, à vrai dire, jamais entendu parler jusqu'à ce que je lise cette adaptation.
Si vous le feuilletez, vous vous direz que ce n'est pas le style du Grun qui a dessiné la Conjuration d'Opale. Ici, son style fait la part belle aux personnages, aux scènes d'action. Il faut dire que Grun respecte bien les positions des combats d'arts martiaux. Le dessinateur fait aussi la différence entre le monde réel et l'autre monde par son dessin.. Le souffle du vent se doit d'être visuel aussi.

Mais il faut saluer aussi le travail du scénariste, Éric Corbeyran, qui s'est donc essayé à l'exercice de l'adaptation d'un spectacle en BD. Cela ne doit pas être facile. Ici, le créateur des Stryges s'en sort vraiment bien. Aidé par les deux créateurs du spectacle, il nous en donne un récit fort et passionnant, je trouve. Il a su donner du relief et de l'émotion à ses personnages.
Il nous montre un futur pas très joyeux mais où le rêve subsiste toujours.

Le souffle du vent
est une oeuvre qui plaira aux amateurs de thrillers, d'arts martiaux, de zen, de récits initiatiques et à ceux qui aiment le grand spectacle.
Ne ratez pas le Souffle du vent. Il se pourrait qu'il amène le salut de vos âmes.

 

Par , le

Les albums de la série LE SOUFFLE DU VENT

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›