Le silence est d'ombre

Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Jeunesse

Genre :

Aventure

Jeunesse

Sortie :
ISBN : 9782413019718

Résumé de l'album Le silence est d'ombre

Il s'appelle Amun, il est orphelin, un brin solitaire. Lorsque l'orphelinat brule, il se retrouve entouré par les flammes et finit par mourir. C'est désormais un fantôme errant, découvrant le monde sous un nouvel angle ! Un jour, cependant, il rencontre Yaël, un autre fantôme plus "joyeux" qui lui redonne gout à l'après vie. Ensemble, il parcourent le monde, voir même vont faire une petite balade dans l'espace… Mais voilà, Yaël commence à avoir un peu le blues, c'est peut-être temps pour lui de partir pour de bon…

Par Fredgri, le 13/10/2020

Notre avis sur l'album Le silence est d'ombre

Ce très agréable album jeunesse, intègre la petite collection "Les Contes des cœurs perdus" qui regroupe d'autres albums de Loïc Clément comme "Chaussette", "Le voleur de souhaits", "Chaque jour Dracula" et "Jeannot" !

Petit à petit, le scénariste construit une belle œuvre, très cohérente, à travers ces albums qui se savourent doucement, sans pour autant être naïfs ! Bien au contraire, Loïc Clément aborde des sujets assez profonds, comme ici, l'après mort, sous un angle très subtil et émouvant.
On suit les pérégrinations d'un enfant qui a succombé suite à l'incendie de son orphelinat. Tout en discours indirect, avec un long monologue en voix off ou le jeune garçon explique les nouvelles sensations qu'il éprouve en tant que fantôme, la vision du monde qui s'élargit, la possibilité d'aller partout il veut, de redécouvrir les gens, tout ce qui l'entoure !
On sent bien que le propos dépasse largement le cadre de l'histoire, qu'il y a des éléments plus intimes, plus personnels à l'auteur, mais cet aspect plus "anecdotique" n'est absolument pas pesant, ni bourré de pathos. Clément dose très habilement ses effets et le pinceau de Sanoé ajoute une poésie, une intensité aussi aux ambiances posées, qui poussent à la réflexion.

Car il faut bien dire que les planches sont magnifiques, les couleurs, les silences ou le texte disparait pour laisser parler l'image, nous découvrons le talent d'une illustratrice qu'il va falloir surveiller de très près, bien qu'avec "La grande ourse" elle nous étonnait déjà !

Un album assez discret que je vous recommande vivement. Une vraie surprise, un beau moment…

Par , le