LE SIECLE DES OMBRES #1 La pierre

voir la série LE SIECLE DES OMBRES
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Machination

Genre :

Aventure

Fantastique

Historique

Sortie :
ISBN : 9782756012629

Résumé de l'album La pierre

1751.
Le Brésil, au cœur de la jungle amazonienne.
Des Indiens travaillent dans une mine de diamants, commandés par un certain Lubeck. Mais alors qu’ils évacuent la galerie, un accident survient. De l’eau envahit tout, emportant des hommes. Lubeck veut déblayer l’accès pour les retrouver. Il va faire une découverte à l’intérieur de la grotte qui va le forcer à rentrer à Paris plus tôt que prévu. Il faut qu’il annonce à D’Holbach ce qu’ils ont trouvé dans la mine…

Par Berthold, le NC

Notre avis sur l'album La pierre

Vous pensiez que Corbeyran nous avait tout dévoilé sur l’univers des Stryges ?
Que nenni.

La série Le chant des Stryges doit encore nous faire découvrir sa dernière saison.
Les séries dérivés Le maitre du jeu et Le clan des Chimères se sont terminés au bout de six tomes.
Et ce mois de mai 2009, voit débarquer chez vos libraires, une nouvelle série (prévu en 6 tomes) intitulé Le siècle des Ombres. Nous découvrons que cela fait partie de l’univers des Stryges et que l’auteur place son récit au XVIIIème siècle.
Nous allons d’ailleurs y retrouver des vieilles connaissances : un certain Sandor G.Weltman ainsi que Cylinia et Abeau de Roquebrune. D’entrée, Corbeyran nous place dans l’intrigue et l'action.
Je dois bien avouer que j'ai été agréablement surpris par ce premier tome : il m'a mis en appetit. il faut bien dire que j'ai été déçu par les derniers tomes du Maître du jeu et que c'etait avec une certaine appréhension que j'allais lire ce tome là.

Michel Suro accompagne l'auteur de Weena, Okhéania ou encore Nelson Lobster dans cette aventure. J'ai trouvé qu'il fait de l'excellent travail et que tout en gardant sa personnalité, il reste dans le style de Guérineau . Vous allez avoir droit à de belles scènes dans cet ouvrage. Oui, son dessin m'a convaincu.
Il faut signaler aussi le bon travail aux couleurs de Luca Malisan, un artiste italien qui accompagne souvent son confrère Andrea Mutti (voir Le syndrome de Cain) et que vous allez aussi découvrir comme dessinateur ce mois de mai 2009 avec le premier tome de La croisade des enfants (chez Soleil).

Le siècle des Ombres
débute plutôt bien et 'espère que les prochains tome seront à la hauteur.

Par , le

Les albums de la série LE SIECLE DES OMBRES

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›