LE SCORPION #13 Tamose l'egyptien

voir la série LE SCORPION
Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DARGAUD

Genre :

Aventure

Historique

Sortie :
ISBN : 9782505083313

Résumé de l'album Tamose l'egyptien

Cracovie, en Hiver 1765. Celui que l'on surnomme le Cosaque Juif, doit, à tout prix, préserver l'identité d'un homme dont le nom doit disparaitre à tout jamais.
Istanbu, en Turquie. Armando Catalano retrouve enfin la piste de Méjaï. Tout ce qu'il veut connaitre, c'est ce qu'est devenu leur enfant.
Empoisonné par la gitane, le Scorpion qui reprend ses esprits, découvre qu'il est accusé de meurtre. Il est alors conduit auprès du sultan. Mais, grace à l'aide d'un eunuque, au service d'une femme que l'on nomme la Sabbatéenne, il peut se sortir de ce pétrin. Cette dernière demande à Catalano de l'aider à déchiffrer le nom d'un homme gravé sur des stèles égyptiennnes. En retour de ce service, elle lui donnera un coup de main pour retrouver Méjaï...

Par Berthold, le 08/12/2020

Notre avis sur l'album Tamose l'egyptien

Nous retrouvons le Scorpion pour une nouvelle aventure en Turquie, à la recherche de Méjaï et de leur enfant.

Desberg et Marini proposent une nouvelle intrigue dans de nouveaux décors, et de nouveaux personnages. Et la réussite, c'est ce mysterieux "cosaque juif" ou le "juif albinos". Un nouveau méchant qui s'impose d'entrée, tout en gardant une bonne part de mystère.
Ce récit démarre plutôt bien et rserve de bonnes surprises. Cette aventure nous conduit sur les terres d'Egypte. Les auteurs renforce le mystère autour de Tamose, dont le nom semble être la cause de plusieurs morts violentes. Le mystere autour de l'enfant de Mejaï et du Scorpion reste préservé à la fin de l'album. Du coup, on a très envie de lire la suite.
Ce nouveau cycle tient toutes ses promesses avec un récit d'aventure exceptionnel.

Et à nouveau cycle, nouveau dessinateur.
Marini laisse sa place au dessin. Les scénaristes ont trouvé chaussure à leur pied avec Luigi Critone, qui est bien connu des amateurs de bande dessinée. Il s'adapte facilement à l'univers du Scorpion. Son travail est remarquable, il ne copie pas le style Marini, mais garde le sien, tout en restant dans la cohérence amenée par son prédécesseur. Les planches sont belles et lumineuses. Il parvient à rendre majestueux les déserts d'egypte. Il rend vivante cette mer que traverse le Scorpion. Il donne du rythme et quelles belles scènes d'escrime et de combat.

Ce tome 13 est une très bonne lecture, un bon récit d'aventure qui dépayse totalement. A lire !

 

Par , le

Les albums de la série LE SCORPION

Nos interviews liées

Un entretien avec Luigi Critone

Un entretien avec Luigi Critone


Interviewer : Olivier
Image & Son Mat & Raph
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Desberg et Queireix

Entretien avec Desberg et Queireix pour "MISS OCTOBRE" aux Editions LE LOMBARD durant le 40° Festival International de la BANDE DESSINEE d'Angoulême. (2013). Interviewer: Olivier
Images, son: Olivier et Mat
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

Interview vidéo d' Enrico MARINI à la galerie du 9° Art

Interview vidéo d' Enrico MARINI à la galerie du 9° Art, réalisée en Octobre 2009.
Interview réalisée par FEF pour Sceneario.com. [...]

Lire la suite ›

Rencontre avec Enrico Marini

Sceneario : Comment êtes-vous venu à la bande dessinée ?
Marini :
J'habite dans la Suisse alémanique et la bande dessinée ne fait pas partie de la culture. J'ai eu beaucoup de chance d'avoir une famille italienne et d'avoir passé beaucoup de mes vacances en Italie. J'aimais les bandes dessinées et ma grand-mère m'en achetait. Je lisais des fumetti (petits recueils en noir et blanc italiens). J'achetais aussi des Superman et des Batman dans les kiosques.

Je n'ai découvert la bande dessinée franco-belge qu'à l'âge de 12/13 ans, à part Astérix et Tintin que je connaissais depuis longtemps et qui faisaient partie de mes préférés, bien avant les comics. C'étaient des classiques on les trouvait même en Allemagne.

Je dessinais aussi de mon côté parce que j'aimais les dessins animés japonais. Je les suivais, un peu, par le club Dorothée qui était aussi diffusé en Suisse et j'essayais de recopier ce que je voyais [...]

Lire la suite ›