Le scarabée d'or d'Edgard Allan Poe

Dessinateur :


Scénaristes :



Coloriste :


Éditions :

DELCOURT

Collection :

Ex-Libris

Genre :

Adaptation

Sortie :
ISBN : 9782756015064

Résumé de l'album Le scarabée d'or d'Edgard Allan Poe

William Legrand a connu un revers de fortune. Depuis, il s'est réfugié sur l'île de Sullivan.
Un jour, un de ses amis lui rend une visite. Legrand va lui raconter la découverte qu'il a faite au sujet d'un scarabée d'or. L'ami pense que William ne va pas trop bien et s'inquiète de sa santé mentale.
Un mois plus tard, Legrand envoie Jupiter, un esclave affranchi, chercher son ami. Il va lui demander de l'aide pour trouver un trésor.
Un trésor dont il a trouvé la trace grâce au scarabée d'or. L'ami accepte tout en se demandant si la folie n'a pas gagné l'esprit de Legrand.

 

Par Berthold, le 06/02/2012

Notre avis sur l'album Le scarabée d'or d'Edgard Allan Poe

L'oeuvre d'Edgard Allan Poe a marqué de nombreux lecteurs et a su inspirer de nombreux scénaristes qui ont adapté avec plus ou moins de talent certains titres soit au cinéma, soit en bandes dessinées.
Je me souviens de cette adaptation de La chute de la maison Usher signée Richard Corben : un chef d'oeuvre ! Le travail de l'auteur de Den m'avait fortement marqué. Il y a eu d'autres adaptations réussies comme celle de Battaglia entre autres (disponible chez Mosquito).
Le scarabée d'or est une des nouvelles assez connues de Poe. Elle a déjà inspiré le scénariste Roger Seiter (avec Jean Louis Thouard) pour le tome 1 des Histoires extrordinaires d'Edgar Poe.

Cette fois-ci, c'est l'auteur du Chant des Stryges, Corbeyran, qui adapte la nouvelle pour la collection Ex-Libris de Delcourt. Il y fait un très bon travail. Il a su même mettre en avant le thème de la cryptographie dans un passage qui va s'avérer crucial pour le récit et qui est assez passionnant au final. Il maintient un bon suspense qui garde le lecteur hypnotisé par le récit..

Pour cette occasion, Corbeyran retrouve son complice Paul Marcel avec qui il a travaillé sur la série Le Malvoulant.
Paul Marcel a déjà montré qu'il était très à l'aise dans les ambiances, les atmosphères fantastiques. Ici, il nous montre une nouvelle fois son talent en nous offrant des planches d'une très belles qualités. Déjà, vous serez subjugué par son graphisme et les couleurs utilisées sur ses planches. Mais vous verrez aussi avec quelles ingéniosité, quelle intelligence, il met en avant son dessin et comment il utilise l'espace dans les cases, entre autre. Certaines pages sont vraiment impressionnantes comme lorsque Jupiter se retrouve sur l'arbre ou encore lorsqu'il nous montre Legrand expliquant à son ami comment il a décrypté le "plan" du trésor. Les personnages ont de la gueule et ça, ça a de l'importance ici.

Voilà donc une très belle adaptation de l'oeuvre de Poe, Le scarabée d'or. Les amateurs seront ravis de retrouver une oeuvre comme celle-ci, qui permettra aux autres de découvrir l'un des chefs d'œuvres de la littérature fantastique !
A ne pas manquer !!

Par , le

Nos interviews liées

Corbeyran nous parle d'Irina

Sceneario.com : Pourquoi le choix d’Irina ?
Eric Corbeyran : J’adore les filles qui portent des flingues. J’ai quelques héroïnes dans ce goût-là, des filles dangereuses, comme dans le Chant des Stryges où l’héroïne est une tueuse professionnelle, ou dans le Régulateur où les personnages principaux sont deux nanas. Donc le choix s’est naturellement porté sur cette tueuse.
Sceneario.com :
Eric Corbeyran : C’est facile, on a tendance à croire que trop de contraintes nuisent alors que c’est le contraire, c’est plus facile, j’aime les contraintes. J’ai adapté Assassin’s Creed, et il y avait beaucoup de contraintes, alors ici c’était de la « rigolade ».

J’avais toute liberté pour créer le personnage. Dans XIII on la voit tuer, c’est un comportement de tueuse stéréotypé [...]

Lire la suite ›

Eric Corbeyran et Brice Bingono pour Pavillon Noir chez Soleil

Sceneario.com : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Eric CORBEYRAN : C'est Jean Wacquet (de chez Soleil) qui nous a mis en contact. A l'époque Brice n'habitait pas loin de Bordeaux, nous nous sommes donc rencontrés "pour de vrai". Le courant est passé tout de suite...

Sceneario.com : Eric, qu'avez vous apprécié chez Brice pour avoir envie de travailler avec lui ?
Eric CORBEYRAN : D'abord, j'ai vu quelques uns de ses anciens travaux, des pages de bd mais aussi des illus. Ca a été très positif tout de suite. Le déclic s'est produit et la machine s'est mise en marche dans ma tête. Ensuite, j'ai rencontré le bonhomme et il m'a plu d'emblée. Après, je n'ai cessé d'être enthousiasmé par les planches de Pavillon noir. Chaque livraison était un petit événement tant son trait est énergique et attachant [...]

Lire la suite ›