LE SANG DU DRAGON #8 Une promesse est une dette !

voir la série LE SANG DU DRAGON
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Genre :

Aventure

Fantastique

Historique

Sortie :
ISBN : 9782302042087

Résumé de l'album Une promesse est une dette !

En 1709, le Pape Clément IX reçoit dans ses appartements à Rome son espion Bonetti. Ce dernier vient faire son rapport au pontife, un rapport qui concerne le Capitaine Hannibal Mériadec. En effet, deux ans plus tôt, ce dernier après avoir assouvi sa vengeance pour la mort de sa mère et obtenu la grâce de Louis XIV, a décidé de tenir sa promesse faite à sa compagne dame Elween. Pour ce faire, il part à la rencontre de Dame Eloam qui l’investit d’une mission, celle d’aller à la rescousse du peuple elfe qui vit au Nouveau Monde en pleine conquête, opprimé par les prêtres espagnols. Ayant accepté la mission qui l’éloigne totalement des actes pirateries qu’il a commis dans le passé, Mériadec part à la recherche d’hommes qui constitueront son équipage, des individus aguerris qu’il a eu l’occasion de croiser antérieurement, en bien ou en mal. Une fois la sélection faite, la quête commence… mais peu de temps après le départ, des faits pour le moins horribles se déclarent…

Par Phibes, le 15/09/2014

Notre avis sur l'album Une promesse est une dette !

Avec le précédent épisode (L’homme au masque de fer – Tome 7), Jean-Luc Istin finalisait la quête vengeresse du charismatique capitaine à la jambe de bois et lançait une partie de son fidèle équipage (Thor, Mael, Maclaw) dans une nouvelle intrigue, trois ans après les faits, qui les amenait à se frotter à un fossoyeur sans pitié et à découvrir que leur maître Mériadec était au Japon.

Contrairement à ce que l’on pouvait attendre, le récit développé dans cet opus écarte l’équipée nipponne (du moins pour quelques temps). En effet, en fin stratège, Jean-Luc Istin a décidé de combler cette époque de trois ans avant l’apparition de l’Ankou, en y insérant une nouvelle aventure de son flibustier sorcier qui se doit, suite à une promesse faite à sa belle, de reprendre la mer à destination du Nouveau Monde.

Après une introduction pour le moins explicite qui permet très habilement, au travers du rapport de l’espion Bonetti au Pape Clément IX, de faire la genèse de l’histoire de Mériadec et également d’en dessiner sa finalité, Hannibal Mériadec se lance dans sa quête, une quête qui semble se transformer en mission de secours d’un peuple opprimé. Pour l’instant, cet opus s’attache à mettre en avant les balbutiements de l’expédition, après une sélection d’équipiers (nouveaux dans la saga) pour le moins animée et atypique. La galerie de portraits mise en place, très bigarrée, promet à n’en pas douter des moments d’intenses rivalités qui vont d’ailleurs se déclarer très vite, suscitées par des évènements particulièrement horrifiques. L’on concèdera que Jean-Luc Istin reste une fois de plus dans des dispositions scénaristiques de haute volée et nous transporte, comme à son habitude, à la faveur d’un jeu verbal subtilement poli, dans des circonvolutions aventureuses à la fois marquantes, rebondissantes et gorgées de mystères.

Comme à son habitude, pourrait-on dire, Stéphane Créty nous gratifie d’un travail graphique superbement orchestré. Son style, des plus réalistes, donne sans contestation du coffre à l’histoire, grâce à la mise en place de décors exceptionnels (dont certains peuvent s’apprécier sur des planches intégrales), dans des perspectives osées et des visions grouillantes de détails. Les personnages quant à eux qu’il fait défiler ont une présence considérable et apportent beaucoup à l’ambiance de l’aventure.

Un très bon début d’épopée flibustière qui, au regard de la quête et des mystères qu’elle porte, promet bien du plaisir en perspective. Vive Mériadec et sa promesse !

Par , le

Les albums de la série LE SANG DU DRAGON

Nos interviews liées

Les auteurs de la nouvelle série Soleil nous livrent leurs secrets

Une rencontre avec : Nicolas Jarry, Pierre-Denis Goux, Stéphane Créty à l'occasion de la sortie de la nouvelle série Soleil :   NAINS


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Entretien avec un dessinateur Masqué !

Sceneario.com : Bonjour Stéphane. Ton actualité récente est la sortie du premier tome d’un cycle de quatre intitulé Masqué . Mais avant d’aborder le sujet : revenons sur ton parcours. Qui est donc ce Stéphane créty qui s’est fait connaître avec entre autres Acriboréa ?
Stéphane Créty : Je ne suis né un jour de novembre 69 pluvieux à Charleville –Mézières. Pour lutter contre une timidité maladive, je me suis réfugié dans la littérature de genre la Bande dessinée, et le dessin. Ma première bd, réalisée à 10 ans fut une adaptation d’une lecture passionnante, l’Homme invisible ; 80 pages (bon d’accord, le perso principale n’était pas très complexe à dessiner.).Après un Bac arts plastiques acquis de haute lutte, et une licence d’histoire, j’ai travaillé dans le dessin animé [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›