LE SANG DU DRAGON #11 Tu es ma chair

voir la série LE SANG DU DRAGON
Dessinateur :


Scénariste :


Coloriste :


Éditions :

SOLEIL

Collection :

Celtic

Genre :

Aventure

Fantastique

Sortie :
ISBN : 9782302054127

Résumé de l'album Tu es ma chair

En 1709, l’espion Bonetti continue à rapporter au Pape Clément IX les faits dont il a été témoin lors de la mission au Nouveau Monde. Après avoir atteint la côte, le commandant Vasquez, mandaté par la couronne espagnole, s’est mis en quête de la fameuse cité elfe qui regorge d’or. Semant la désolation chez le peuple indien, il s’appuie sur les pouvoirs du sorcier Accursio Medicis de l’ordre des cendres qui parvient à manipuler un des elfes captifs pour atteindre son objectif. C’est à ce moment-là que les quatre navires menés par Hannibal Meriadec font leur apparition sur le fleuve Orénoque et tombe bientôt dans le piège tendu par Vasquez. Malgré une riposte infernale, les hommes de Meriadec accusent de sévères pertes. Le Capitaine pirate décide alors de contre-attaquer avec une petite escouade. Tout en fonçant vers les rives où se trouvent leurs assaillants, ils se voient appuyés par une armée cauchemardesque de mort-vivants sortant des eaux qui fait fuir les espagnols. Ne serait-ce pas là l’intervention morbide de sa fille Lilith qui se trouve sur La Mandragore et qui étrangement a été épargnée par les canons espagnols ? Quel jeu joue-t-elle réellement ? Est-elle avec ou contre lui ?

Par Phibes, le 22/11/2016

Notre avis sur l'album Tu es ma chair

Nous replongeons, sous le couvert du rapport fait au Pape Clément IX par son espion Bonetti, dans la fameuse quête du non moins fameux pirate Hannibal Meriadec que Jean-Luc Istin anime depuis la fin du premier cycle dédié au Sang du Dragon. Ayant atteint désormais les rivages du Nouveau Monde accompagné en cela par sa fille nécromancienne Lilith récemment retrouvée, Hannibal Meriadec est encore appelé à s’engager dans des péripéties pour le moins hors norme.

C’est donc sur la trace du sinistre Vasquez que ce dernier s’est lancée, une trace qui bien évidemment est marquée par le sang et la soif de l’or. Force est de constater que le récit se veut ici on ne peut plus violent et nous entraîne, eu égard à l’univers porté par le personnage principal, dans une action perpétuelle qui n’élude en aucune manière des rencontres à effets hors du commun. Entre sorcellerie et nécromancie, Jean-Luc Istin joue beaucoup sur le fantastique et également sur le charisme démesuré de ses personnages.

Cet épisode se veut donner plus de profondeur à la fille du pirate. Enigmatique dans ses objectifs réels vis-à-vis de son père (est-elle prête à l’assassiner ?), elle vient ici dévoiler un peu plus de sa maléfique personnalité. Pour cela, l’histoire se scindera en deux courants, l’un actuel au contact de Meriadec face à Vasquez et également à son tuteur Abecassis, l’autre passé, lors d’une fuite durant laquelle elle intègre l’angoissante famille de Cardinal. On ne pourra que saluer la performance du scénariste qui maintient tout au long des 48 planches une ambiance toujours sombre et haletante.

Stéphane Créty contribue lui aussi à la réussite de cet album. Son dessin reste d’une grande qualité et donne une vision de l’aventure fortement prégnante. A cet égard, l’on pourra saluer la façon dont il anime ses personnages, comment il joue subtilement sur leur caractère, sur leurs aptitudes non conventionnelles et sur leur gestuelle mortelle. Les décors du Nouveau Monde sous une pluie battante sont également admirables et témoignent d’une richesse picturale impressionnante. De plus, l’action la plus sombre qui est au centre de cette aventure est remarquablement restituée dans des affrontements fantastiques très saisissants.

Un épisode sombre à souhait, qui amène son lot de réponses et qui reste d’un excellent niveau. Amateurs de récit de pirates à la sauce fantastique, vous êtes servis !

Par , le

Les albums de la série LE SANG DU DRAGON

Nos interviews liées

Les auteurs de la nouvelle série Soleil nous livrent leurs secrets

Une rencontre avec : Nicolas Jarry, Pierre-Denis Goux, Stéphane Créty à l'occasion de la sortie de la nouvelle série Soleil :   NAINS


Interviewer : Olivier
Images et Son : Mathieu
Montage: Olivier [...]

Lire la suite ›

ELFES tome 1 chez Soleil

Sceneario.com : Sous le couvert de la maison Soleil, sort ce mois-ci le premier opus d'une saga intitulée Elfes qui introduit, pour la première fois chez cet éditeur, la notion de série-concept. Qu'est-ce qui a motivé cette initiative éditoriale qui rejoint celle déjà utilisée chez d'autres éditeurs et en quoi se veut-elle, éventuellement, différente ?
Jean-Luc ISTIN A tort ou à raison, j’ai l’impression que les lecteurs, notamment ceux de ma génération en ont assez d’attendre un an minimum pour lire la suite d’un album lu en 30 minutes. Nous sommes depuis notre enfance baignés par des comics américains et des mangas qui ont un rythme de parution mensuel. J’ai donc l’impression que les séries concept sont une réponse à cette demande et c’est ce qui a motivé ma démarche. Le fait d’être une plus grosse équipe de créateurs nous permet de sortir des albums dans une période réduite [...]

Lire la suite ›

Entretien avec un dessinateur Masqué !

Sceneario.com : Bonjour Stéphane. Ton actualité récente est la sortie du premier tome d’un cycle de quatre intitulé Masqué . Mais avant d’aborder le sujet : revenons sur ton parcours. Qui est donc ce Stéphane créty qui s’est fait connaître avec entre autres Acriboréa ?
Stéphane Créty : Je ne suis né un jour de novembre 69 pluvieux à Charleville –Mézières. Pour lutter contre une timidité maladive, je me suis réfugié dans la littérature de genre la Bande dessinée, et le dessin. Ma première bd, réalisée à 10 ans fut une adaptation d’une lecture passionnante, l’Homme invisible ; 80 pages (bon d’accord, le perso principale n’était pas très complexe à dessiner.).Après un Bac arts plastiques acquis de haute lutte, et une licence d’histoire, j’ai travaillé dans le dessin animé [...]

Lire la suite ›

Interview de la team Lancelot au complet !

Sceneario.com : Bonjour ! Le tome 2 de la série Lancelot vient de paraître, un an et demi après le premier. C’est une bonne occasion pour vous poser quelques petites questions ! Bien des choses s’y passent, dans ce tome 2, et on y voit notamment grandir le héros Galaad qui va, durant l’album, changer non seulement de nom mais surtout découvrir sa vraie nature. Vous vous êtes donc réapproprié un personnage légendaire pour le changer sur le fond mais sans finalement que cela ne joue trop sur l’action en tant que telle, en tout cas jusque là. Comment est née cette idée que Lancelot put avant tout être une femme ?
Jean-Luc Istin : Une idée comme ça, qui m'est venue je ne sais plus trop comment. En fait, je voulais écrire l'histoire de Lancelot mais le personnage tel quel m'ennuyait ! Je me suis dit "Et si...", vous savez comme dans les comics : "et si Spiderman n'avait pas été piqué par une araignée [...]

Lire la suite ›

Istin et Jigourel, druides du 9ème art

Sceneario.com : Jean-Luc, Le succès des Druides ne se dément pas puisque le quatrième opus est classé dès sa sortie 15ème au TOP 15 BD Livres Hebdo / Ipsos, comment expliquez vous cela ?

Jean-Luc ISTIN : Peut être par l’adéquation du titre, du scénario et du dessin. Lorsque ces 3 choses sont au rendez vous, vous pouvez être quasiment sur que vous tenez un succès. L’aspect graphique est indéniablement séduisant et qualitatif et jacques assure également la fluidité du récit. Il n’en faut pas moins. 

Ensuite, le scénario que nous écrivons est basé sur un mystère et, qui plonge dans un mystère désire l’élucider.
Vous y ajoutez un peu de chance et vous secouez le tout. 

Sceneario.com : On voit se multiplier dans la littérature les Thriller ésotériques, pensez vous qu’il s’agisse d’un simple phénomène de mode, ou d’un malaise plus profond vis-à-vis de la religion ?

Jean-Luc ISTIN : Il faut se poser 2 questions :

1/ pourquoi autant de romanciers se mettent au thriller ésotérique ?

2/ Pourquoi autant de lecteurs pour ce genre ?

- Concernant l’abondance de roman de ce genre, on ne peut écarter l’effet da vinci code [...]

Lire la suite ›

DIM D & ISTIN

Sceneario.com: Comment vous êtes vous rencontrés?
Istin :
: C'est Guy Michel, le dessinateur d'Aquilon et des Contes du korrigan qui nous a présenté. Il nous connaissait tous les deux. Je travaillais déjà avec lui et il connaissait Dim D. On n'a pas bossé le jour même ensemble. Ça s'est fait petit a petit. On a participé à un fanzine municipal à peu près au bout d’un an après notre rencontre. On a d'abord eu une relation d'amitié avant d'avoir une relation de travail. Sceneario.com: J'ai vu dans tes influences que tu parles beaucoup des peintres ambulants, tu peux nous donner plus d'explications ?
Dim D :
Ce sont des peintres hyper réalistes russes du début du XIXieme siècle, Kramskoi, Repin, . Il y a un site sur Internet qui parle de cette école de peinture [...]

Lire la suite ›